Maison des journalistes
Un refuge pour journalistes exilés www.maisondesjournalistes.org
Abonné·e de Mediapart

149 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 juil. 2018

LA COUPE DE CETTE «ÉQUIPE BELLE ET UNIE» OU LES VALEURS DE L'ÉDUCATION

Dans la masse de la littérature dédiée au parcours victorieux de l’équipe de France, que n’avons-nous pas lu ? Dans le flot des paroles dites, à cet effet, à travers la télévision et la radio, que n’avons-nous pas entendu ?

Maison des journalistes
Un refuge pour journalistes exilés www.maisondesjournalistes.org
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous avons lu et entendu l’éloge faite, sur une liste non exhaustive, aux qualités et vertus exprimées par l’ensemble de cette jeune équipe conquérante. Une «équipe belle et unie», selon le président de la République, Emmanuel Macron.

Tout au long de ce parcours épique de sept semaines, nous n’avons vu, sur la base du concret, rien d’autre que des «footballeurs français» : amis et frères, œuvrant à l’unisson, pour l’honneur de la France. Nous avons entendu, le dimanche de la victoire (15 juillet), Griezmann, Pogba, Varane, Giroud… répéter la même antienne, jusqu’à plus soif : «Nous avons gagné». Ce «nous» est important, car revêtu de noblesse du cœur.

Depuis ce dimanche glorieux, l’armée des Bleus (vocable déjà à la mode) portera, désormais, sur son «uniforme» un écusson : deux étoiles. Signe que la France a arraché, à deux reprises, ce joyau de prestige international. Mais, depuis, c’est la fête. Toute la France est comme traversée par un frisson de fierté, de fraternité et de grandeur partagée. Sur les Champs-Elysées, lundi – à l’image de toute la France réunie – la Coupe était, en vérité, le cœur battant de la nation.

En matière de football (et autres disciplines sportives), il y a toujours une grande leçon à tirer, pour quiconque veut réfléchir positivement sur la question communautaire. Et, en France – creuset, par excellence, des peuples différents – celle-ci ne se pose pas moins. Cette «équipe belle et unie», dite  par le président Macron, dans son speech au palais de l’Elysée, lundi soir, en présence des Bleus qu’il recevait et d’un millier d’enfants, invités pour la circonstance, n’est pas une simple clause de style.

La primauté de l’éducation

Cette phrase de quatre mots (presque un aphorisme) a-t-elle été décryptée et comprise ? Rien n’est moins sûr. Car des considérations liées à l’origine ethnique, comme c’est toujours le cas, ont été déterrées de plus belle. Et telles de flèches empoisonnées, elles ont été lancées sur les réseaux sociaux pour troubler la fête. Briser cet état de grâce, qui aurait eu la vertu, peut-être, de poser un premier véritable jalon du multiculturalisme.

On a lu et entendu dire que la finale opposait la Croatie entièrement «blanche» et la France «colorée». Que cette victoire n’était pas française ; qu’elle était plutôt africaine, à cause de la «coloration» des Bleus. Querelle de chiffonniers, dira-t-on ! Que nenni. Le problème est réel. Il ne relève pas moins, globalement, de la question sur «les discriminations en France», surtout sur celles ayant trait à l’ordre ethnique. D’où l’existence de la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (HALDE). Créée en 2005.

Pourtant, rien n’indique encore qu’il y a un début de solution valable. Les bisbilles sur la victoire de la France en Coupe du monde en témoignent. Nœud gordien ? François-Xavier Lefranc, dans l’édito intitulé «Merci au football français» (Ouest-France, du lundi 16 juillet), a pensé à un mot clé : «éducation». Deschamps a certainement «éduqué» les Bleus pour parvenir à leur unité et à cette victoire.

La victoire de la France multiethnique et multiculturelle est, d’abord, un fait de l’éducation. La «mixité» et autres moyens ne pouvant constituer qu’une sorte de clef de voûte.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse