Maison des journalistes
Un refuge pour journalistes exilés www.maisondesjournalistes.org
Abonné·e de Mediapart

149 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 sept. 2018

ZOOM SUR LA LIBERTÉ DE LA PRESSE EN TUNISIE

Interviewé par la Maison des journalistes, le responsable du bureau de Tunis de RSF Souhaieb Khayati explique ce qu’est la liberté de la presse en Tunisie. Si les acquis de 2011 en termes de pluralisme et de pluralité d’opinion ne sont pas remis en cause, il pointe l’intrusion de la politique dans les médias privés.

Maison des journalistes
Un refuge pour journalistes exilés www.maisondesjournalistes.org
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

134ème dans le classement de RSF en 2011, la Tunisie a fait un grand bond en avant entre 2015 et 2016, années au cours desquelles elle a avancé de trente places. En 2016, elle obtient le meilleur score de son histoire, à savoir 96 sur 180. À partir de 2017, le pays stationne à la 97ème place du classement.

Après la destitution de Zine Ben Ali, la parole se libère en Tunisie

Avec plus de quatre-vingt-dix médias de référence (presse écrite, sites web, chaînes de télé et stations de radio), la Tunisie dispose d’un large éventail de sites d’information. Cette situation est le résultat des mouvements populaires de 2011, qui ont abouti aux démissions de l’autocrate Zine Ben Ali, à la mise en place d’une démocratie et à l’élection d’une assemblée nationale constituante.

Souhaieb Khayati, responsable du bureau de Tunis de Reporters sans Frontières, confirme qu’après 2011, les acquis en matière de liberté de presse et d’expressions n’ont jamais été remis en cause. « La pluralité des médias reflète un véritable pluralisme d’opinion. Et, en général, les gens sont libres de s’informer et de choisir leurs propres médias de référence ».

Des motifs d’inquiétudes persistantes : les médias privés sont détenus par des hommes d’affaires ayant des ambitions politiques

Néanmoins, dans un communiqué de 2017, RSF soulignait que « des motifs d’inquiétudes persistent » dans le domaine de la liberté de presse et d’expression. Dans le communiqué on lit également que « la transition démocratique toujours en cours en Tunisie ne garantit pas encore une pleine liberté de l’information ».

Quelle est la raison de ce débat ? Interrogé par la Maison des journalistes, Souhaieb Kahyati explique que le lien entre les médias et la politique reste très fort en Tunisie: « En Tunisie, les médias privés sont détenus par des hommes d’affaires qui ont souvent des ambitions politiques. Les journaux et les télévisions ont en effet des lignes éditoriales différentes, qui sont cependant dictées par les jeux de pouvoir politiques. En d’autres termes, en Tunisie, il y a beaucoup de petits Berlusconi ».

Sur le site internet de RSF, dans la section consacrée à la Tunisie, dix chaînes de télévision parmi les plus influentes en Tunisie sont passées au crible. Le communiqué indique que « six des dix chaînes de télévision analysées ont des antécédents d’affiliation politique. En tant que média présentant les taux d’audience les plus élevés en Tunisie, les chaînes de télévision attirent naturellement des intérêts de la sphère politique […] L’État a confisqué un nombre important d’actions dans plusieurs médias détenus uniquement ou en partie par des personnes proches du pouvoir avant la révolution. Il s’agit notamment d’une maison d’édition (Dar Assabah), de trois stations de radio (FM Zitouna, Shems FM, Mosaïque FM), d’une chaîne de télévision (Hannibal TV) et d’une société de production proche d’une chaîne de télévision (Cactus Prod). La vente de ces médias devrait être entreprise dans le respect des préoccupations de transparence et de diversité ».

En 2016, sur le site Cercle Condorcet Annecy, la journaliste indépendante Amel Bejaoui déplorait le manque de sérieux des chaînes privées tunisiennes : « Les chaînes privées, au lieu de jouer leur rôle dans l’éducation civique ne se soucient que du buzz. Du coup on assiste à tout ce qui peut être dangereux pour une opinion publique non habituée à  une telle « ouverture » et qui a tendance à tout « avaler » : charlatanisme, discrimination, propagande… Outre le relais d’informations, parfois, non vérifiées, qui touchent au quotidien même des Tunisien-ne-s, exacerbant le raz le bol d’une population perdue dans un contexte où les injustices sociales perdurent et s’exacerbent, de jour en jour, dans une situation économique étouffante, au moment même où l’argent volé, des décennies durant, ne fait l’objet d’aucune mesure sérieuse pour être récupéré de la part des gouvernements successifs, afin de renflouer les caisse de l’Etat. Celui-ci se tourne à chaque fois vers les salariés pour « grignoter » encore plus sur le semblant de salaire qui leur reste. »

Les médias publics entre superficialité et sensationnalisme

Quant aux médias publics, ils sont financés par l’Etat. « Théoriquement, ils devraient être des médias de service public« , nous explique Khayati. « Mais les journalistes subissent diverses pressions de la part du gouvernement et des partis politiques. Malgré cela, les médias publics demeurent la principale référence en termes de crédibilité de l’information ».

Selon lui, “bien que le débat peut être ouvert, il reste trop souvent superficiel et plutôt orienté vers le sensationnalisme. Le problème ne concerne pas la forme, mais la substance, à savoir le traitement de l’information. Trop souvent, les problèmes mineurs sont traités avec beaucoup d’attention, tandis que les sujets plus sensibles et d’intérêt général ne sont que marginalement traités. En Tunisie, il n’y a pas d’enquête journalistique authentique ».

Khayati estime ainsi que l’information risque de se transformer en une forme de «divertissement». Cela ne signifie pas qu’il n’existe pas de médias plus sérieux et plus fiables que d’autres: « Le journal Nawaat est par exemple un bon canal d’information », précise Kahyati.

L’autocensure comme conséquence du lien entre les médias et la politique

Le traitement superficiel de certaines informations est le résultat de l’intrusion de la politique dans le domaine journalistique. Une autre conséquence très grave est le phénomène de la censure indirecte de certaines questions particulièrement délicates, par exemple la corruption. « Le phénomène concerne principalement l’autocensure », explique Kahyati.

« Les médias privés appartiennent principalement à des hommes d’affaires très influents, souvent impliqués dans des cas de corruption. C’est pourquoi ce sujet est rarement abordé ». Autre thème rarement abordé par les médias : le lien présumé entre certains hommes de pouvoir et les organisations terroristes.

« La censure est souvent le résultat de choix éditoriaux effectués par les rédactions journalistiques, financées par des hommes d’affaires ou des politiciens qui défendent leurs intérêts particuliers ».

Malgré tout, le procès de démocratisation n’est pas remis en cause

En 2018, aucun journaliste n’a été emprisonné en raison de l’exercice de sa profession. Cette situation -également constatée au cours des sept dernières années (à partir de 2011)-, distingue clairement la Tunisie de ses voisins, le Maroc et l’Algérie, où les cas de persécution de journalistes restent très répandus. « En termes de liberté de presse et d’expression, la Tunisie n’a rien à voir avec les autres pays du Maghreb. Les acquis de la révolution de 2011 n’ont jamais été sérieusement remis en question ».

Cela est dû, selon Khayati, à la vigilance de la société civile tunisienne. « Les Tunisiens sont profondément attachés à la liberté de la presse et de la parole et ne permettraient jamais que ces droits fondamentaux soient remis en cause ».

Article de Maria Elena Gottarelli

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement