Maison des journalistes
Un refuge pour journalistes exilés www.maisondesjournalistes.org
Abonné·e de Mediapart

149 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 juin 2018

JOURNÉE INTERNATIONALE POUR LE SOUTIEN AUX VICTIMES DE LA TORTURE

Mardi 26 juin est la journée “anniversaire” de l’entrée en vigueur (à dater du 26 juin 1987) de la Convention contre la torture par les Nations Unies. Une journée de sensibilisation à une plaie qui ne connaît ni patrie, ni frontière. Nommer l’ennemi devient compliqué: la pratique de la torture est tout aussi commune aux Etats-Unis qu’à l’Indonésie et s’applique tant aux soldats qu’aux civils.

Maison des journalistes
Un refuge pour journalistes exilés www.maisondesjournalistes.org
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Un engagement clairsemé

Sur les 189 états membres des Nations Unies, seuls 129 se sont engagés dans cette lutte. Ce qui signifie que 60 pays persistent ouvertement à ne pas prendre les mesures nécessaires, se complaisant dans une passivité n’excluant souvent pas l’utilisation de la torture.

La torture, figurant dans la liste des crimes contre l’humanité créée en 1945 dans le statut du tribunal militaire de Nuremberg, est depuis établie par la Charte de Londres.

Les journalistes face à l’acharnement

Figure de la libre-parole contestataire sous des régimes peu démocratiques, le journaliste est la cible idéale pour les adeptes des pratiques de torture. Concentrant toute la rage d’un pouvoir frustré de ne pouvoir museler une presse pourtant déjà opprimée, la plupart des journalistes des pays d’Afrique et du Moyen-Orient pèsent leurs mots. Dire l’information devient un combat pour la vie. Encore en mars dernier au Mozambique, Ericino de Salema, commentateur politique pour plusieurs médias, est kidnappé à Maputo.

Un fait dans un milliard, une vie qui se perd parmi tant d’autres. La lutte contre l’utilisation de la torture ne faiblit pas et les pays engagés auraient bien du mal à faire entendre raison aux dissidents des Droits de l’Homme: la dignité humaine a ses raisons que l’économie ignore.

Dire la violence pour l’interdire

“Viens par là”

O. journaliste spécialisé et archéologue syrien raconte. “Je travaillais et écrivais des articles pour le département d’archéologie du musée de Raqqa”. Ses écrits déplaisent au régime, les menaces et pressions diverses s’accumulent: “Si tu ouvres ta bouche et écris le moindre article, on t’arrête toi, ton père, ta mère, ta soeur. Ne parle pas”. Dénonçant les accointances entre le directeur du musée et les milices de Daesh et Al Nosra présentes dans la ville dès 2013, O décrit la situation: “Le musée avait été pillé”.

Le pire arrive bien assez vite: “J’allais au travail et la sécurité du régime m’a emmené. ‘Viens par là. Ton travail est terminé’, on m’a dit. Ils ont commencé à me frapper, je suis resté pendu pendant 3 jours. Ils me frappaient tous les jours, ils ont cassé toutes mes dents en me posant des questions. J’ai passé environs 3 mois enfermé. Dans la prison, la sécurité, après m’avoir frappé,  jouaient avec des pistolets près de ma tête, ils mettaient de l’eau dans la cellule et ouvraient l’électricité”.

Après plusieurs mois de menaces et 3 mois de torture, O est relâché et s’enfuit en Turquie. La situation n’y est que légèrement meilleure, mais au moins, il finit par obtenir un visa pour la France. Depuis, il est hébergé à la Maison des journalistes.

Si rien ne sert d’ouvrir un bureau des pleurs, la lutte doit continuer. En ce 26 juin, il est important de se souvenir que des pratiques barbares fleurissent toujours dans les prisons du globe, malgré les conventions internationales. Dans son ouvrage “Ni pardon ni talion”, Raoul Vaneigem permettra de conclure avec philosophie: “La connaissance éveille la conscience, la vengeance l’endort”. De quoi, au moins, tenter de garder son calme.

Journée mondiale contre la torture par Emma Ferey

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement