Maison des Lanceurs d'Alerte
Créée en 2018, la Maison des Lanceurs d'Alerte défend et accompagne les lanceurs et lanceuses d'alerte dans leur démarche. Elle fait évoluer le droit et conseille les lanceurs et lanceuses d'alerte, notamment lorsqu'ils sont victimes de représailles.
Abonné·e de Mediapart

34 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 déc. 2021

L’appel à l’aide de Valérie Murat, lanceuse d’alerte sur les pesticides dans le vin

Le 25 février, Valérie Murat et l’association Alerte Aux Toxiques ont été condamnées à payer 125 000 € au CIVB (Conseil Interprofessionnel des Vins de Bordeaux) et à d’autres professionnels du vin après avoir signalé la présence de pesticides de synthèse dans les vins de plusieurs domaines bordelais labellisés HVE. Une condamnation exorbitante qui nécessite la mobilisation de toutes et de tous.

Maison des Lanceurs d'Alerte
Créée en 2018, la Maison des Lanceurs d'Alerte défend et accompagne les lanceurs et lanceuses d'alerte dans leur démarche. Elle fait évoluer le droit et conseille les lanceurs et lanceuses d'alerte, notamment lorsqu'ils sont victimes de représailles.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le laboratoire chargé de l’analyse avait détecté jusqu’à 15 agents chimiques par bouteille dans des vins de Bordeaux labellisés "Haute Valeur Environnementale". © Kym Ellis

Ces professionnels, dont le budget se compte en millions d’euros, avaient attaqué l’association et sa porte-parole en justice pour « dénigrement » suite à la publication des résultats d’analyse d’un laboratoire. Ces analyses pointaient la présence de résidus de pesticides (jusqu’à 15 agents chimiques) dans les vins de vingt domaines du Bordelais censés pourtant donner des garanties en matière environnementale. Le juge leur a donné raison, et ce, bien que les résultats n’aient jamais été contredits.

La condamnation dont Valérie Murat et son association ont fait l’objet est exorbitante – le budget d’Alerte Aux Toxiques ne dépassant pas les 5 000 €. En amont du procès, plusieurs dizaines d’associations dénonçaient des poursuites s’assimilant à des procédures-bâillons et visant à décourager les militants anti-pesticides ainsi que tous les lanceurs et lanceuses d’alerte.

D’autant que cette amende doit être intégralement payée avant de pouvoir faire appel, les plaignants ayant obtenu la radiation de l’appel jusque là. Un véritable acharnement qui met en danger la survie de l’association mais aussi celle de Valérie Murat elle-même et de toute sa famille.

Valérie Murat, Porte-parole d'AAT © Murat valerie

Valérie Murat et ses soutiens, parmi lesquels la Maison des Lanceurs d’Alerte, en appellent à la mobilisation des citoyens et des citoyennes pour collecter les 125 000 € nécessaires à l’appel : « Toutes les personnes et organisations engagées dans la préservation et l’amélioration de l’environnement ou de la santé publique, sont concernées par cette décision qui interdit de facto la critique et l’information sur la composition des vins en particulier mais de tous les produits en général » s'exclamait la lanceuse d'alerte dans un communiqué publié à l'annonce de la radiation de son appel.

Une cagnotte a été mise en place pour permettre à la lanceuse d’alerte de poursuivre son combat.


La Maison des Lanceurs d'Alerte a besoin de vos dons pour agir en toute indépendance. Pour nous soutenir, c'est > ici <. Merci !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann