Maison des Lanceurs d'Alerte
Créée en 2018, la Maison des Lanceurs d'Alerte défend et accompagne les lanceurs et lanceuses d'alerte dans leur démarche. Elle fait évoluer le droit et conseille les lanceurs et lanceuses d'alerte, notamment lorsqu'ils sont victimes de représailles.
Abonné·e de Mediapart

33 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 déc. 2021

« C'est important de sensibiliser les juges aux problématiques des lanceurs d'alerte »

Le 8 décembre 2021, le parquet national financier (PNF) et la Maison des Lanceurs d’Alerte (MLA) ont signé un protocole d’accord qui a pour objectif de définir les modalités pratiques de leur coopération. Juliette Alibert, avocate auprès de la Maison des Lanceurs d’Alerte, revient sur les enjeux de cette collaboration.

Maison des Lanceurs d'Alerte
Créée en 2018, la Maison des Lanceurs d'Alerte défend et accompagne les lanceurs et lanceuses d'alerte dans leur démarche. Elle fait évoluer le droit et conseille les lanceurs et lanceuses d'alerte, notamment lorsqu'ils sont victimes de représailles.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Juliette Alibert, avocate auprès de la Maison des Lanceurs d'Alerte

Pourquoi ce partenariat avec le parquet national financier (PNF) ?

Juliette Alibert : Ce partenariat [ndlr : voir le communiqué officiel] fait suite à une pratique qui s’est développée au regard des dossiers reçus par la MLA. Plus d’un tiers des alertes que nous recevons portent sur des faits de corruption, malversations ou fraudes financières. On souhaitait créer un canal particulier d’échange avec le PNF pour pouvoir relayer des alertes sensibles et travailler de concert avec eux. Eux voulaient pouvoir nous envoyer des lanceurs d’alerte en difficulté pour qu’on puisse trouver des solutions et les accompagner dans leur démarche et leurs autres procédures, par exemple aux prud’hommes.

Quel intérêt pour les lanceurs d’alerte ?

JA : Cette collaboration donne aux lanceurs d’alerte la capacité d’utiliser l’association « Maison des Lanceurs d’Alerte » comme pare-feu entre leur alerte et les personnes qu’elles mettent en cause. L’association peut, le cas échéant, porter l’alerte au nom des lanceurs d’alerte en garantissant la confidentialité de leur identité. Savoir qu’on est en lien avec les juridictions montre qu’on peut être un appui pour que leurs dossiers avancent efficacement.

Et pour le traitement des alertes ?

JA : Ce canal d’échange que nous avons avec le PNF permet de le mobiliser sur les alertes les plus sensibles, les alertes étayées et sérieuses qui ont déjà fait l’objet d’une instruction par la MLA.
Le PNF conserve pleinement sa marge d’appréciation sur les dossiers, bien sûr, mais dès lors qu’il est saisi par la MLA, il sait qu’il y a des éléments qui ont déjà été vérifiés. Ça donne des garanties pour que l’alerte soit prise au sérieux et c’est une reconnaissance de la qualité du travail de fond que réalise la MLA.

Qu’est-ce que cette collaboration dit des relations entre la justice et les lanceurs d’alerte ?

JA : Aujourd’hui, il n’y a pas de culture de l’alerte dans les entreprises et les administrations. Souvent, les alertes ne sont pas traitées en interne. Les dossiers que l’on reçoit le montrent bien. Cette collaboration dit que, pour qu’une suite soit donnée aux alertes, on ne peut malheureusement pas se passer d’un traitement judiciaire, de juges qui font des investigations qui peuvent aller jusqu’aux poursuites pénales.
La transposition de la directive européenne va donner aux lanceurs d’alerte la possibilité de saisir directement les autorités judiciaires, sans passer d’abord par le filtre interne de leur hiérarchie. Le PNF, comme toutes les autorités judiciaires, vont donc recevoir davantage de dossiers. C’est très important que les professionnels du droit, en premier lieu les juges, soient sensibilisés à la question de l’alerte et aux problématiques des lanceurs d’alerte. Donc un partenariat avec une association spécialisée est un signe fort.


La Maison des Lanceurs d'Alerte a besoin de vos dons pour agir en toute indépendance. Pour nous soutenir, c'est > ici <. Merci !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Au sud de l’Espagne, ces Algériens qui risquent leur vie pour l’Europe
En 2021, les Algériens ont été nombreux à tenter la traversée pour rejoindre la péninsule Ibérique, parfois au péril de leur vie. Le CIPIMD, une ONG espagnole, aide à localiser les embarcations en mer en lien avec les sauveteurs et participe à l’identification des victimes de naufrages, pour « soulager les familles ». Reportage.
par Nejma Brahim
Journal
Covid-19 : lever les brevets, une solution mondiale ?
Vaccination générale, nouveaux médicaments contre le Covid-19 : les profits des laboratoires pharmaceutiques explosent. Est-il envisageable qu’ils lèvent un jour leurs brevets ? On en parle avec nos invités Isabelle Defourny, de MSF, Jérôme Martin, cofondateur de l’Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament, et Rozenn Le Saint, journaliste santé à Mediapart.
par à l’air libre
Journal — Politique économique
Taxation de l’héritage : une lignée de fractures entre candidats à la présidentielle
La rationalité économique plaide pour un durcissement de l’impôt sur les successions, mais la droite se laisse aller à la démagogie en plaidant contre une hausse forcément impopulaire, dénonçant parfois un « impôt sur la mort ». La gauche cherche un équilibre entre justice et acceptabilité.
par Romaric Godin
Journal — Gauche(s)
Les partis de gauche opposés à la Primaire populaire durcissent le ton
Alors que le vote d’investiture de la Primaire populaire, qui compte déjà 288 000 inscrits, a lieu entre le 27 et le 30 janvier, les coups pleuvent sur cette initiative citoyenne. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report