Maison des Lanceurs d'Alerte
Créée en 2018, la Maison des Lanceurs d'Alerte défend et accompagne les lanceurs et lanceuses d'alerte dans leur démarche. Elle fait évoluer le droit et conseille les lanceurs et lanceuses d'alerte, notamment lorsqu'ils sont victimes de représailles.
Abonné·e de Mediapart

58 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 nov. 2022

Maison des Lanceurs d'Alerte
Créée en 2018, la Maison des Lanceurs d'Alerte défend et accompagne les lanceurs et lanceuses d'alerte dans leur démarche. Elle fait évoluer le droit et conseille les lanceurs et lanceuses d'alerte, notamment lorsqu'ils sont victimes de représailles.
Abonné·e de Mediapart

Chronique 4/8 | Sans un lanceur d'alerte, nous n'aurions jamais su...

Des dissidents politiques exposés à la répression du régime chinois par les Nations-Unies elles-mêmes ? Grâce à une lanceuse d'alerte, ils connaissent les risques et peuvent s'en prémunir !

Maison des Lanceurs d'Alerte
Créée en 2018, la Maison des Lanceurs d'Alerte défend et accompagne les lanceurs et lanceuses d'alerte dans leur démarche. Elle fait évoluer le droit et conseille les lanceurs et lanceuses d'alerte, notamment lorsqu'ils sont victimes de représailles.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Illustration 1

Le Conseil des droits de l’homme des Nations unies est un organe consacré "à la promotion et à la protection des droits de l’homme dans le monde". Jusque là tout va bien. Mais, lorsqu'elle arrive dans le service, Emma Reilly réalise que ce Conseil lui-même transmet à la Chine le nom des dissidents politiques – des Ouïghours par exemple - accrédités mettant ainsi possiblement en danger leur sécurité et celle de leurs familles !!

Elle demande alors une enquête impartiale : combien de noms ont été révélés ? combien de fois ? quelles ont été les conséquences potentiellement désastreuses pour les proches restés en Chine ? - avant d'être licenciée en 2021 après avoir parlé à la presse.

L'ONU affirme avoir cessé ces pratiques en 2015 – sans les nier – et avoir informé les personnes concernées – ce que des dissidents ouïghours réfutent.

Les révélations de la lanceuse d'alerte auront permis d'informer les défenseurs des droits humains et, on l'espère, d'éviter à des dissidents chinois d'exposer leurs familles en s'en remettant à l'ONU.


Pour faire entendre la voix de lanceurs et lanceuses d'alerte comme Emma Reilly, nous avons besoin de votre aide : https://mlalerte.org/dons

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte