Maison des Lanceurs d'Alerte
Créée en 2018, la Maison des Lanceurs d'Alerte défend et accompagne les lanceurs et lanceuses d'alerte dans leur démarche. Elle fait évoluer le droit et conseille les lanceurs et lanceuses d'alerte, notamment lorsqu'ils sont victimes de représailles.
Abonné·e de Mediapart

44 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 avr. 2022

Maison des Lanceurs d'Alerte
Créée en 2018, la Maison des Lanceurs d'Alerte défend et accompagne les lanceurs et lanceuses d'alerte dans leur démarche. Elle fait évoluer le droit et conseille les lanceurs et lanceuses d'alerte, notamment lorsqu'ils sont victimes de représailles.
Abonné·e de Mediapart

L'extradition d’Assange serait un signal désastreux pour tous les lanceurs d'alerte

À l'approche de la nouvelle audience d'extradition de Julian Assange, la Maison des Lanceurs d'Alerte réaffirme son soutien au fondateur de WikiLeaks dans une tribune publiée ce jour et cosignée par douze autres organisations, dont cinq grandes organisations de journalistes.

Maison des Lanceurs d'Alerte
Créée en 2018, la Maison des Lanceurs d'Alerte défend et accompagne les lanceurs et lanceuses d'alerte dans leur démarche. Elle fait évoluer le droit et conseille les lanceurs et lanceuses d'alerte, notamment lorsqu'ils sont victimes de représailles.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce 20 avril 2022, la justice britannique se penchera à nouveau sur le sort de Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, traqué, emprisonné, torturé et menacé d’extradition aux États-Unis pour avoir révélé des informations d’intérêt général. Une persécution d’autant plus inique qu’elle est là pour l’exemple : Julian Assange incarne aujourd’hui la menace faite à nos dirigeants de devoir rendre des comptes. Une menace que les détracteurs d’Assange voudraient réduire à néant, alors qu’elle est la garantie d’une démocratie qui fonctionne correctement.

C’est en ce sens que nous avons, à différentes reprises, appelé les autorités britanniques, françaises et européennes à faire cesser la persécution de Julian Assange. C’est avec cette conviction qu’à nouveau, et au regard de l’évolution du droit de l’alerte en France et en Europe, nous renouvelons, avec urgence et insistance, notre demande aux États-Unis de retirer leur demande d’extradition ; au Royaume-Uni de libérer immédiatement Julian Assange ; et à la France de lui accorder l’asile politique.

Le fondateur de WikiLeaks fait en effet partie de ces « facilitateurs » que la directive pour la protection des lanceurs d’alerte adoptée par l’Union européenne en 2019 est venue protéger et reconnaître : ces personnes qui, selon le droit français, « aide[nt] un lanceur d’alerte à effectuer un signalement ou une divulgation ». La France s’est positionnée en fer de lance de la transposition de ce texte, le revendiquant comme un « marqueur démocratique ». Elle a élargi les possibilités offertes aux lanceurs d’alerte de divulguer leurs informations à la presse. Peut-elle dans le même temps ignorer la partition grave pour la liberté d’alerter et d’informer qui se joue outre-Manche ?

Lorsque des crimes graves ou systémiques sont commis, que les alertes ne sont pas entendues, la vertu démocratique des leaks n’est plus à prouver. Panama Papers, Implant Files, Football Leaks… Ces « fuites d’informations » ont permis de faire éclater des scandales et de soulever des débats de société majeurs qui ont fait évoluer les mentalités et – malheureusement plus rarement – les législations dans le bon sens : celui de l’éthique. Ils donnent de la matière aux journalistes d’investigation. Ils arment les citoyens pour exiger des règles du jeu plus justes et plus éthiques. Ils interpellent les dirigeants qui ne peuvent plus se dédouaner en disant qu’ils « ne savaient pas ».

Tout cela, WikiLeaks l’a préfiguré en s’attaquant, entre autres, aux crimes de guerre d’un État puissant. Pour cette raison, son fondateur, Julian Assange, se retrouve aujourd’hui sur le banc des accusés. Resterions-nous indifférents si de telles accusations étaient portées à l’encontre des personnes qui permettent de documenter ce qu’il se passe aujourd’hui en Ukraine ou avant cela, en Syrie ?

Julian Assange risque 175 ans de prison pour avoir donné à des lanceurs d’alerte la possibilité de divulguer les actes répréhensibles dont ils ont été les témoins. Ces éléments seuls invitent à la clémence. Car personne ne devrait être sanctionné pour avoir défendu l’intérêt général. Ni Julian Assange ni tous ceux qui facilitent ou portent eux-mêmes des alertes et qui, par la portée symbolique de son extradition, seraient réduits au silence.

C’est pourquoi, aujourd’hui, il nous apparaît crucial de rappeler au Royaume-Uni que ce qui se joue dans la demande d’extradition qu’elle étudiera le 20 avril n’est ni plus ni moins que le sort du droit d’alerter. Assange, WikiLeaks, les consortiums de journalistes, les associations et les médias indépendants forment un écosystème qui entoure, soutient et protège les lanceurs d’alerte ; un écosystème grâce auquel ils ne sont plus seuls et peuvent faire entendre leur voix dans l’intérêt de tous les citoyens. S’attaquer à l’une de ses composantes aussi emblématique, c’est chercher à démontrer qu’il est dangereux de dénoncer des crimes d’État et éroder ainsi un des principaux garde-fous démocratiques. C’est tenter de faire un exemple afin de décourager toutes tentatives d’alertes ultérieures.

Il n’est pas concevable que la justice britannique porte cette responsabilité et, à défaut de l’abandon des poursuites par la justice américaine, nous lui demandons donc de refuser l’extradition et de libérer sans délai M. Julian Assange.

Signataires
Maison des Lanceurs d’Alerte
Fédération internationale des journalistes
Informer n’est pas un délit
Syndicat national des journalistes (SNJ)
Syndicat national des journalistes CGT (SNJ-CGT)
Reporters sans frontières
Transparency International France
Sciences citoyennes
APESAC
L214
Sud Recherche EPST – Solidaires
Gisti
Anticor
Ligue des droits de l'Homme (LDH)


La Maison des Lanceurs d'Alerte a besoin de vos dons pour agir en toute indépendance. Pour nous soutenir, c'est > ici <. Merci !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Les nouvelles liaisons dangereuses de Sarkozy avec le Qatar
Un rapport de la police anticorruption montre que Nicolas Sarkozy aurait fait financer a posteriori par le Qatar, en 2011, des prestations de communication réalisées par le publicitaire François de La Brosse pour sa campagne électorale de 2007, puis pour l’Élysée. Aucune d’entre elles n’avait été facturée.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal — Justice
Ce double condamné que Macron envoie représenter la France
À la demande d’Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy a représenté la France, mardi 27 septembre, aux obsèques de l’ancien premier ministre japonais. Le fait que Nicolas Sarkozy ait été condamné deux fois par la justice, notamment pour « corruption », et soit lourdement mis en examen dans l’affaire libyenne, notamment pour « association de malfaiteurs », ne change rien pour l’Élysée.
par Fabrice Arfi et Ilyes Ramdani
Journal
Crise de l’énergie : sans « compensation » de l’État, le scolaire et l’université en surchauffe
Pour affronter la flambée des prix de l’énergie dans tout le bâti scolaire et les établissements d’enseignement supérieur, collectivités et présidents d’université s’arrachent les cheveux. Le projet de loi de finances 2023 est cependant bien peu disert sur de possibles compensations de l’État et écarte l’hypothèse d’un bouclier tarifaire. En réponse, économies, bricolage ou carrément fermeture des établissements d’éducation.
par Mathilde Goanec
Journal
« Il faut aider les Russes qui fuient, qui s’opposent »
Alors que Vladimir Poutine a lancé la Russie dans une fuite en avant en annonçant la mobilisation partielle des réservistes, et des référendums dans les régions ukrainiennes occupées, quelle réaction de la société civile, en Russie ou en exil ? La chercheuse Anna Colin Lebedev et trois exilées qui ont quitté le pays depuis l’invasion de l’Ukraine sont sur notre plateau.
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige