Malik Salemkour
Président d'honneur de la LDH (Ligue des droits de l’Homme)
Abonné·e de Mediapart

52 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 janv. 2020

Malik Salemkour
Président d'honneur de la LDH (Ligue des droits de l’Homme)
Abonné·e de Mediapart

Une démocratie vivante et solidaire

La Ligue des droits de l'Homme (LDH) voit dans les engagements et les mouvements protestataires croissants, qui s’accumulent avec un large soutien populaire, un vivier puissant de solidarité autour des valeurs fondatrices de notre République, de liberté, d’égalité et de fraternité. Ces appels éminemment politiques doivent être entendus.

Malik Salemkour
Président d'honneur de la LDH (Ligue des droits de l’Homme)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vous étiez dans les rues et sur les ronds-points pour appeler à un renouveau démocratique et à la justice fiscale avec des efforts mieux partagés, alors que les richesses et les pouvoirs n’ont jamais été aussi concentrés.

Vous étiez avec vos chasubles dans les manifestations en observations citoyennes pour décrire les pratiques des forces de l’ordre et rendre compte des violences commises qui ont fait des dizaines de blessés graves, en dépit des intimidations, des agressions et de l’instrumentalisation de la justice.

Vous étiez aux côtés des étrangers qui demandent l’asile, leur apportant aide et assistance pour pouvoir vivre sur notre territoire qu’ils ont atteint au péril de leurs vies, au nom de l’égale dignité et d’une solidarité internationale nécessaire face à ces victimes des guerres et des misères sur lesquelles nos nations portent une lourde responsabilité.

Vous étiez sortis de vos classes de cours pour dire qu’en tant que jeunes, votre futur ne pouvait plus se contenter de mots et de promesses face à un dérèglement climatique qui menace la planète, et, avec elle, l’humanité tout entière, et qu’il est urgent de revoir radicalement tant nos comportements individuels qu’un système économique et de production devenus mortifères.

Vous étiez avec toutes les femmes victimes de violences trop longtemps tues, exigeant de mettre fin à un patriarcat mortel, d’avoir une justice et une police protectrices, et appelant à un engagement de toutes et tous pour refuser que des hommes insultent, agressent, assassinent impunément.

Vous étiez rassemblés face aux crimes et actes racistes, antisémites, homophobes toujours trop nombreux pour réaffirmer qu’un seul être est touché en raison de son origine, sa religion, sa culture, sa sexualité, son identité de genre, et c’est l’unique humanité qui est atteinte.

Vous étiez mobilisés pour défendre votre avenir avec des retraites qui permettent à toutes et tous de vivre durablement dans des conditions dignes par une juste solidarité entre les générations et entre tous les acteurs qui doivent contribuer à cette redistribution des ressources présentes et futures, socle de notre contrat social.

La LDH en était à chaque fois au nom de l’indivisibilité des droits et voit, dans ces engagements et ces mouvements protestataires croissants, qui s’accumulent avec un large soutien populaire, un vivier puissant de solidarité autour des valeurs fondatrices de notre République, de liberté, d’égalité et de fraternité. Ils s’inscrivent dans la sollicitation de nos institutions qui peuvent et doivent y répondre, signes d’une démocratie bien vivante et de la confiance a priori en ses ressorts. Elle a bouillonné en 2019 avec des citoyennes et citoyens qui ont exprimé leurs légitimes inquiétudes, leurs impatiences et leurs attentes mais aussi leur disponibilité pour participer aux changements nécessaires et être maîtres de leur destin.

Ces appels éminemment politiques doivent être entendus. Le gouvernement et sa majorité ne peuvent poursuivre dans le mépris et dans l’ignorance de ces expressions pacifiques, avoir des solutions partielles et cosmétiques ou s’enfermer dans des réactions répressives et autoritaires. Il lui revient d’organiser le dialogue et la concertation avec la société civile, d’associer pleinement les corps intermédiaires, syndicats et associations, en transparence des objectifs et des données. Il ne peut être renouvelé la parodie du « grand débat » national, initié au printemps par le président de la République. Il avait dégagé le constat de réformes structurelles à engager, d’un système économique ultralibéral destructeur et des pistes intéressantes de rénovation démocratique et de justice sociale, mais le tout est resté jusqu’ici lettre morte, au risque du désespoir et de lendemains dangereux pour la paix civile.

En ce début d’année, c’est le temps de l’espoir et des vœux. A chacune et à chacun de redonner leur force à nos outils démocratiques, à travailler à penser et organiser de nouvelles voies progressistes, à agir avec la puissance de la citoyenneté pour bâtir un avenir meilleur où toutes et tous seront et demeureront libres et égaux en droits, en dignité.

Malik Salemkour, président de la LDH

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Cinéma
Les Français désertent le grand écran, le septième art broie du noir
Affecté par la baisse plus forte que prévu des fréquentations en salles et par l’arrivée des plateformes américaines, le cinéma français voit son modèle économique chamboulé.  
par Mathias Thépot
Journal
Le cinéma, emblème d’une politique culturelle fantoche
Alors que des professionnels lancent une journée d’appel à des états généraux du cinéma, jeudi 6 octobre, la politique culturelle sur le sujet demeure aussi introuvable que problématique.
par Joseph Confavreux
Journal
Un Nobel de la paix contre Poutine et Loukachenko et pour les droits humains
En pleine guerre en Europe, le prix Nobel de la paix a été décerné vendredi au défenseur des droits humains Ales Bialiatski, du Belarus, à l’organisation russe Memorial et à l’organisme ukrainien Center for Civil Liberties. Une façon de dénoncer les politiques dictatoriales de Vladimir Poutine et de son allié bélarusse Alexandre Loukachenko.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Europe
Lev Ponomarev : « La folie de Poutine progresse à mesure qu’il perd, puisqu’il ne sait pas perdre »
Lev Ponomarev, co-fondateur de Memorial, co-lauréat du prix Nobel de la paix 2022, opposant à Vladimir Poutine, est un défenseur des droits, en exil pour avoir protesté contre l’invasion de l’Ukraine. Il dresse le tableau d’une Russie aussi accablée qu’accablante. 
par Antoine Perraud

La sélection du Club

Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt