Malik Salemkour

Président de la Ligue des droits de l’Homme

Son blog
21 abonnés Le blog de Malik Salemkour
Voir tous
  • Du risque sanitaire aux risques démocratiques

    Par
    La pandémie du Covid-19 crée une situation mondiale jamais connue dans l’histoire. Face à ses réels dangers, à ses milliers de morts et au risque de sa propagation, les pouvoirs publics de tous les pays prennent des mesures drastiques de protection sanitaire avec de très fortes restrictions des libertés publiques. Malik Salemkour, président de la LDH.
  • Ce que l’affaire Mila révèle aussi…

    Par
    L’«affaire Mila» a remis sur le devant de la scène le droit au blasphème et relancé les polémiques autour de la laïcité. Cette « affaire Mila » devrait aussi nous conduire à réfléchir à au moins deux choses : d’abord au rapport que les jeunes entretiennent avec les réseaux sociaux, et ensuite aux dégâts du cyberharcèlement, notamment scolaire.
  • Un printemps de renouveau démocratique et social ?

    Par
    Tribune de Malik Salemkour, président de la Ligue des droits de l'Homme (LDH) : la LDH entre aussi en campagne pour la promotion de la citoyenneté et l’égalité effective des droits de toutes et tous. Il appartient à chacune et à chacun d’ouvrir, au printemps, une perspective salutaire de renouveau démocratique et social.
  • Une démocratie vivante et solidaire

    Par
    La Ligue des droits de l'Homme (LDH) voit dans les engagements et les mouvements protestataires croissants, qui s’accumulent avec un large soutien populaire, un vivier puissant de solidarité autour des valeurs fondatrices de notre République, de liberté, d’égalité et de fraternité. Ces appels éminemment politiques doivent être entendus.
  • 2019, des impatiences sociales exacerbées

    Par
    Ce sont des choix de société structurants qui sont actuellement en débat. Ils interrogent à la fois les finalités essentielles de l’Etat et les modalités des arbitrages à rendre entre intérêts et temps divergents. Quel pacte social, quel partage des efforts et quelle démocratie nous voulons.