Malik Salemkour
Président d'honneur de la LDH (Ligue des droits de l’Homme)
Abonné·e de Mediapart

52 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 avr. 2020

Malik Salemkour
Président d'honneur de la LDH (Ligue des droits de l’Homme)
Abonné·e de Mediapart

Urgence sanitaire, démocratie sous respirateur?

La démocratie à elle seule ne suffira pas à vaincre le virus. Mais il ne sera pas vaincu sans démocratie. Le combat sanitaire passe par la confiance, exclut l’arbitraire, appelle des pouvoirs équilibrés et contrôlés, où chacune et chacun puisse exercer pleinement sa citoyenneté.

Malik Salemkour
Président d'honneur de la LDH (Ligue des droits de l’Homme)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le combat contre l’actuelle pandémie nécessite la mobilisation exceptionnelle de toutes les intelligences, de toutes les énergies, de toutes les solidarités. Il impose des démarches inédites en matière d’économie, de fiscalité, d’emploi et de couverture sociale. Il a conféré au gouvernement des pouvoirs d’exception d’une étendue jamais connue depuis 1961, ainsi du confinement et de la cessation d’un grand nombre d’activités industrielles, commerciales, d’enseignement, culturelles... Cette situation a mis en lumière l’état cruel d’impréparation dans lequel était notre pays, tant en termes de recherche, de matériels, d’organisation des services publics que de maîtrise politique.

Le moment viendra de tirer les leçons, éventuellement judiciaires, de cette situation, et de démêler l’écheveau des responsabilités entre décisions des pouvoirs publics et choix des entreprises multinationales. Il faudra revenir sur ce qui a conduit à l’absence de masques, aux bégaiements de l’exécutif ayant pourtant tous les moyens pour s’informer des progrès de la pandémie dans le monde, à des postures gouvernementales erratiques et anxiogènes.

Pour l’heure, la Ligue des droits de l’Homme (LDH) salue le courage de toutes celles et ceux qui, pied à pied, affrontent les risques de la contagion dans les Ehpad, les hôpitaux, dans les services et les entreprises où le travail se poursuit, à domicile où le télé-enseignement côtoie, souvent avec difficulté, le télétravail. Cette situation dont rien n’indique le terme appelle une réflexion collective sur les errances du passé, sur les possibles du présent et sur ce que nous estimons, collectivement, souhaitable pour notre avenir commun.

Tout indique pourtant que le contexte difficile de la pandémie est mis à profit par l’exécutif et sa majorité pour mettre entre parenthèses notre démocratie et, avec elle, nos institutions.  Il est préoccupant de constater que – le confinement aidant – cela s’opère avec la molle complicité de la plupart des institutions en charge du respect du droit et des libertés fondamentales.

Quels sont les faits ? L’état d’urgence sanitaire (EUS) a été décrété le 23 mars 2020 pour deux mois par une loi qui y adjoint la possibilité de gouverner par ordonnances, y compris après la fin de l’EUS, dans de très nombreux domaines. 90 % des députés ont ainsi volontairement accepté l’abandon de leur responsabilité et de leur capacité effective de contrôle sur les lourdes décisions à venir. De fait, l’Assemblée nationale et le Sénat ne sont plus guère que des observateurs. Ils regardent passer le train des ordonnances. Ils peuvent recueillir les informations qu’on leur accorde mais n’ont aucune possibilité réelle d’intervention et moins encore d'amendement.

Faut-il s’en étonner ? Le Conseil constitutionnel, à la composition purement politique, a cautionné une violation de la procédure constitutionnelle qui lui permet de ne pas statuer, dès aujourd’hui, sur la validité de l’EUS. Le Conseil d’Etat a très largement renoncé à son rôle. Les recours engagés contre les ordonnances et autres actes administratifs de l’Etat, notamment par les associations de défense des droits comme la LDH, se heurtent à des motifs qui visent à ne pas critiquer les mesures gouvernementales que la même institution a aidé à mettre en place. L’état d’urgence, nous explique-t-on, justifierait les abus de droit. Et, de fait, les abus, grands et petits, suivent…

Dans les territoires, ce même état d’urgence a, de fait, créé une situation électorale inédite. Le processus de renouvellement des conseils municipaux a dû être abandonné au milieu du gué, après un premier tour dont les conditions de tenue singulières interrogent la sincérité du scrutin et, partant, la légitimité des élus. Le deuxième tour serait renvoyé au mieux à l’automne, voire à l’année prochaine. Pendant ce temps, des maires renouvelables ou déjà battus dirigent seuls leurs communes avec des pouvoirs exorbitants qui s'affichent parfois au grand jour. Des édiles en profitent pour se mettre en avant avec leur idéologie sécuritaire et décider des dispositions qui vont au-delà des restrictions déjà très lourdes décrétées par l’Etat. Dans ce contexte, les élus municipaux, les oppositions comme les nouvelles majorités sont très souvent tenus à l’écart des décisions prises en dehors de tout fonctionnement démocratique local normal alors qu’ils sont pour nombre d’entre eux les premiers à connaître les besoins de leurs concitoyens.

Ces abus, ces dérives de l’Etat de droit doivent être dénoncés. Ils sont à l’opposé de tout ce que notre pays connaît d’initiatives solidaires, des sacrifices consentis à un avenir meilleur, des attentes qui se développent sur les conditions de cet avenir, des débats qui les portent.

C’est d’une démocratie vivante dont nous avons besoin. Pas d’institutions sous respirateurs.

La puissance législative doit donc être rétablie pleinement. Le Parlement avec la diversité des forces politiques représentées doit rapidement retrouver ses prérogatives pleines et entières, avec une place renforcée aux oppositions parlementaires. Cela se fait dans d’autres pays d’Europe, cela doit se faire en France.

Le rôle et les modes de désignation du Conseil d’Etat ainsi que ceux du Conseil constitutionnel, leur place dans l’organisation juridique française devraient être profondément repensés, loin des actuels liens consanguins avec l'exécutif et le Parlement.

Il est urgent de donner leur pleine puissance, à tous les échelons administratifs et territoriaux du pays, à la délibération collective, aux contre-pouvoirs, institutionnels et citoyens, aux initiatives qui esquissent les alternatives dont nous avons besoin.

La démocratie à elle seule ne suffira pas à vaincre le virus. Mais il ne sera pas vaincu sans démocratie. Le combat sanitaire passe par la confiance, exclut l’arbitraire, appelle des pouvoirs équilibrés et contrôlés, où chacune et chacun puisse exercer pleinement sa citoyenneté. Aujourd’hui comme jamais auparavant, santé individuelle et collective sont inséparables de la construction d’une société de justice et de liberté. La démocratie en reste la marque et la garante, quelle que soit l’urgence. Il y a urgence à nous en souvenir, urgence à la faire vivre.

Paris, le 27 avril 2020

Malik Salemkour, président de la LDH

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
Politique de l’eau : il faudra « passer par des interdictions »
La carte n’a pas bougé depuis cet été : 93 départements sont toujours en alerte sécheresse et de nombreux arrêtés empêchent les prélèvements d’eau habituels. L’agriculture pourra-t-elle continuer de consommer comme avant ? Entretien.
par Amélie Poinssot
Journal — Agriculture
Changeons cette agriculture prédatrice
L’été est terminé. Mais la sécheresse continue. Les nappes souterraines mettront des mois à retrouver leur niveau normal. Il est temps de réduire la consommation d’eau de l’agro-industrie. Parti pris en vidéo.
par Amélie Poinssot
Journal — Défense
Défense française : le débat confisqué
Le ministre des armées répète que les questions militaires sont l’affaire de tous. En France, en 2022, tout le monde n’est pourtant pas invité à en débattre.
par Justine Brabant
Journal
« Bloc syndical » policier : un mariage scellé par Alliance et béni par Darmanin
Treize syndicats de police ont annoncé leur rapprochement en vue des prochaines élections professionnelles. Mercredi, à la Bourse du travail de Paris, le ministre de l’intérieur s’est félicité de cette union née à l’initiative d’Alliance, une organisation très ancrée à droite.
par Pascale Pascariello

La sélection du Club

Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org