Malik Salemkour
Président de la Ligue des droits de l’Homme
Abonné·e de Mediapart

46 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 oct. 2021

Le poison de ces nouveaux inquisiteurs

Le gouvernement, qui devrait veiller à la paix civile et à l’Etat de droit face à ces menaces de division, choisit de donner des gages à ces logiques mortifères en mettant à mal les libertés fondamentales de toutes et tous au nom de la lutte contre le terrorisme, contre l’immigration irrégulière ou ce qu’il décrète comme « séparatisme ».

Malik Salemkour
Président de la Ligue des droits de l’Homme
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Eric Zemmour focalise les débats publics en déversant chaque jour, dans des médias fascinés, son discours de haine, sexiste, raciste et xénophobe, dans la pire tradition de l’extrême droite fasciste. A coups de provocations et de révisionnisme historique, il rêve d’un Etat totalitaire et nationaliste qui impose par tout moyen sa vision d’une France uniforme mythifiée, chrétienne et patriarcale. Ces ennemies sont toutes désignées. Il est parti en croisade contre les femmes qui aspirent à l’égalité, les oppositions citoyennes et les minorités qui défendent leurs droits, la presse qui permet la libre critique. Toutes seraient sommées de se soumettre au cadre qu’il définit. Au lieu de susciter indignations unanimes et ripostes fortes en défense des principes républicains essentiels ici violemment bafoués, l’attrait apparent qu’il suscite dans l’opinion tétanise une large partie des forces politiques, qui préfère lui emboîter le pas dans des surenchères contre les mêmes boucs émissaires, particulièrement les jeunes des quartiers populaires, les personnes étrangères ou musulmanes qui seraient coupables de tous les maux de notre société. Eric Zemmour pousse jusqu’à la purulence des tendances lourdes à l’œuvre depuis des années, nées d’abandon et d’injustices, de tensions sociales ou territoriales résultant de réponses inexistantes ou stigmatisantes, dans une France plus inégalitaire et diverse.

Le gouvernement, qui devrait veiller à la paix civile et à l’Etat de droit face à ces menaces de division, choisit de donner des gages à ces logiques mortifères en mettant à mal les libertés fondamentales de toutes et tous au nom de la lutte contre le terrorisme, contre l’immigration irrégulière ou ce qu’il décrète comme « séparatisme ».

Deux derniers exemples inquiétants vont dans ce sens. Le premier lorsque le ministre de l’Intérieur engage la dissolution de la Coordination contre le racisme et l’islamophobie (CRI). Toute contestation des discriminations vécues par les personnes musulmanes serait suspecte. Quelles que soient les réserves qu’on peut avoir sur le CRI, comme avec le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF), les motifs avancés par l’Etat reposent sur une appréciation dogmatique de la lutte contre l’islamophobie, dont le terme même devient pour lui un signe de sécession. Ils menacent gravement la liberté d’association et la liberté d’expression, en plus du risque de renforcer les sentiments d’injustice. Le second exemple est dans la suite des attaques de la ministre de l’Enseignement supérieur contre la liberté de recherche et des chercheurs accusés d’être « islamogauchistes », pour les discréditer. Jean-Michel Blanquer a affirmé le 19 octobre que les professeurs devaient « adhérer aux valeurs de la République et les transmettre » ou « quitter » l'Education nationale, alors qu’il s’exprimait devant des formateurs qui formeront ensuite les enseignants et autres personnels dans les écoles, collèges et lycées. Comme avec la loi séparatisme, le ministre de l’Education nationale poursuit son offensive idéologique laïciste pour imposer sa vision des valeurs de la République, en menaçant les enseignants qui ne penseraient pas comme il le veut. Ce message martial de défiance traduit une inclinaison autoritaire de l’Etat et de confusion avec un rôle dangereux de propagande de ses pensées moralistes, au mépris du principe de laïcité et de liberté de conscience. Une nouvelle fois, la laïcité est instrumentalisée pour devenir un outil de division plutôt que d’unité.

Face à ces inquisiteurs et leur avenir apocalyptique, plus que jamais, il est urgent d’en appeler à une insurrection des consciences pour promouvoir dans les faits, avec toutes les forces de progrès, une République sociale, citoyenne et démocratique, de paix et de libertés.   

Malik Salemkour, président de la LDH

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Financement de la vie politique

À la Une de Mediapart

Journal
La faim, seule certitude dans le chaos afghan
Alors que le pays vit un effondrement économique total, les talibans hésitent entre davantage de répression et une très relative modération. Sur la scène internationale, ils n’ont marqué aucun point. À l’intérieur, la famine menace toutes les provinces.
par Jean-Pierre Perrin
Journal
Au nom de l’union, Taubira ajoute sa candidature à gauche
L’ancienne ministre de la justice est désormais officiellement candidate à la présidentielle. À Lyon, elle a dévoilé plusieurs propositions programmatiques, et annoncé s’inscrire dans le processus de la Primaire populaire, dont elle espère sortir gagnante à la fin du mois.
par Fabien Escalona et Mathilde Goanec
Journal — France
Élèves handicapés : les vilénies de Zemmour, le tollé, et après ?
Les adversaires d’Éric Zemmour font part de leur indignation après ses propos sur « l’obsession de l'inclusion » scolaire, qui serait « une mauvaise manière faite aux autres enfants ». Une « obsession » qui manque pourtant cruellement de moyens. Et jusque-là, de propositions à la hauteur.
par Caroline Boudet
Journal — Enseignement supérieur
Universités : le renforcement « systémique » promis par Macron cache mal un projet de privatisation
Le quasi-candidat Macron a souhaité jeudi une réforme « systémique » des universités. Derrière la promesse de les rendre « plus fortes » et de casser la concurrence avec les « grandes écoles », il a posé, en creux, les jalons d’un projet de privatisation.
par Martin Clavey

La sélection du Club

Billet de blog
Il faut considérer avec pragmatisme la candidature de Jean-Luc Mélenchon
Accepter que la candidature de Jean-Luc Mélenchon soit la mieux placée pour amener la gauche au second tour permettrait d'accélérer les funérailles du vieux monde. Les électeurs et les militants des partis de gauche peuvent aujourd'hui faire un choix pragmatique, que leurs représentants n'ont pas su (ou pas pu) faire, en vue de mieux se projeter collectivement dans l'avenir.
par Electeurdegauche
Billet de blog
La petite musique de l'union pour l'union m’agace
Je n'ai pas signé la tribune de « l'Appel des Jeunes pour l'union de la Gauche en 2022 »¹ parue dans Le Monde le 8 janvier, et je veux expliquer pourquoi dans ce billet. Cette tribune ne propose pas de méthode, ne prend pas en compte les enjeux stratégiques de chaque candidature et fait semblant de ne pas voir des choses pourtant fondamentales. Par consensualisme ? Par naïveté ?
par Etienne COGNET
Billet de blog
La Primaire Populaire confirme l'échec : un autre Hamon est possible
Ce collectif, qui avait pour ambition originelle d'organiser une grande primaire de l'ensemble de la gauche, se retrouve après plusieurs déconvenues à muter vers une nouvelle formule s'apparentant désormais à un simple vote de consultation présentant une sélection discutable des candidats de "gauche" (dont certains qui refusent) et ce afin de simplement obtenir l'investiture de l'organisme.
par Eliot Thibault
Billet de blog
En état de mort cérébrale, que reste-t-il à attendre du Parti Socialiste ?
Incapable de produire la moindre idée, le PS ne peut que se reposer sur ses gloires passées et les petites manoeuvres de ses dirigeants pour conserver leur poste. Le parti ne suscite à gauche que mépris, ou pire, indifférence, et sa défaite annoncée pourrait être une nouvelle étape vers sa disparition. Mais serait-ce si grave ?
par Gauche Pinard