Menteuse!

Une façon de ne pas le dire

L'écœurement est à son comble, la colère aussi;

on nous a bien volé notre vote, nous aussi;  non pas pour des casseroles, non, justement pour des idées, des alternatives à ce qui atterrit dans nos assiettes électorales; beurk, le dégoût.

La France insoumise, la vraie, celle représentée par jean-Luc Mélenchon a fait une percée spectaculaire et le néanmoins succès s'est vite transformé en vilaines émotions ô combien justifiées;  il s'en est fallu de peu pour être au second tour et on ne peut maintenant regarder en arrière et perdre son temps en aigreurs de même camp, notre salut en dépend;

colère de voir comment Mélenchon se fait dézinguer; il faut bien un coupable, c'est donc lui,  scandent les pompiers pyromanes;

colère de voir comment la menteuse rayonne et se pavane à coup de selfies avec des ouvriers abandonnés, elle n'a honte de rien, elle qui ne fait rien justement, pour les salariés!

Whirlpool : quand Marine Le Pen refusait de lutter contre les délocalisations

 

Au Parlement européen, les votes méprisants du FN et de Marine Le Pen à l’égard des travailleurs

colère de la voir de la sorte pomper allègrement les idées de la France insoumise, c'est tellement facile, pourquoi se gêner quand on est une menteuse?

ce n'est pas nouveau, et ça fait un bout de temps que ça dure; Daniel Mermet avec l'historien Dominique Vidal nous prévenait en août 2011 dans  Marine le Pen, altermondialiste ?

quand il dit:

"le but d'une Marine Le Pen, ou d'un Fini,  ou même d'un Haider,  sans parler des OVNIS,  c'est simplement de faire progresser leurs idées le plus loin possible,  de telle manière qu'à un moment donné,  une partie de la droite soit amenée à faire alliance avec ces extrêmes droites,  et à les intégrer  au  pouvoir

ça y est, on y est avec Dupont-Aignan.

 

colère de voir un Macron capable finalement de perdre ce qui jusqu'à présent était pensé imperdable;  de la part de son monde!

qu'importe, les boutiquiers Le Pen eux aussi font bien partie de ce système comme ils disent, et depuis longtemps.

mercredi prochain au débat télé,  il est fort probable en tout cas que la menteuse ne fasse qu'une bouchée du candidat du CAC.

 

Je n'ai pas de leçon à donner aux abstentionnistes en général,  politiques ou pas,  je suis en colère que les mêmes pompiers pyromanes leur tapent dessus comme l'explique très bien Olivier Tonneau dans ce journal; 

j'ai eu très envie de m'abstenir, ce coup-ci; le tiraillement était fort aussi au sein de la revue BALLAST qui ne craint pas le débat contradictoire de qualité, ce qui manque cruellement à la médiacratie présente, dépendante des propriétaires des lieux:

Le pouvoir d’influence délirant des dix milliardaires qui possèdent la presse française

j'en retiens ce point de vue,

Nous publiions hier un texte d’Errico Malatesta, pour qui le vote n’était qu’un subterfuge historique : le libertaire appelait à s’organiser, par la base, en faveur de la révolution sociale et de la démocratie non-représentative. Notre rédaction, profondément tiraillée entre partisans de l’isoloir (mais, pour ne rien arranger, pas tous du même bulletin…) et contempteurs définitifs du cadre électoral, débat et ferraille à haute voix : aujourd’hui, place à ce texte critique à l’endroit de l’abstention militante. Rester chez soi, le plaisir des fins gourmets et des dandys ? ☰ Par Alexis Gales

La menteuse doit dégager de ce deuxième tour, c'est la règle dans ce cadre qui nous est imposé, encore une fois;

les boutiquiers du FN comptent et comptent et recomptent, effectivement, la France est dividée en cinq groupes pour le scrutin 2017:

- à peu près 20% pour eux, pour l'instant

- 20% pour les casseroles de droite

-20% pour Brigitte

-20% de 'Chon

-20% d'abstentionnistes

alors, qu'on se compte!

au 2ème tour, il faut la dégager, et la plier!

 

j'espère que le 7 mai, nous serons nombreux à lui rabattre son caquet; le lendemain sera un autre jour, j'espère  que la mobilisation pour les troisième et quatrième tour sera encore plus déterminée, faut pas mollir!

 

***

ajout du 1er Mai

Edwy Plenel le rappelle ce matin 1er mai sur France Inter:

" Ne pas banaliser le FN, ce ne sont pas deux partis de droite au deuxième tour, c'est l'extrême droite qui est une force autoritaire, inégalitaire et identitaire.  ( voir le dossier très fourni sur le FN et son programme en accès libre sur MDP )

voter Macron, ce n'est pas voter pour son programme, c'est voter pour préserver un espace publique démocratique de conflits, de contradictions,de luttes, de mobilisations;

ne pas renoncer à notre propre pouvoir de mobilisation;

s'il y a une force qui est l'ennemi constant dans le monde du travail, des plus faibles, des plus fragiles, des plus abandonnés et qui est l'alliée des forces économiques les plus puissantes, c'est le FN;

on ne peut pas comparer la violence économique sous une démocratie, fût-elle imparfaite, où on peut lutter, résister et faire reculer parfois,  et la violence économique sous un pouvoir autoritaire;

c'est vraiment préparer la corde pour se pendre;

au programme du FN:

- remise en cause du droit de grève

- pas de manifs pendant l'état d'urgence ( c'est bien Marine Le Pen qui voulait l'interdiction des manifs pendant la loi Travail

- le FN s'en prend à des libertés fondamentales comme la liberté de la presse;  qui peut croire qu'on va renverser la table, on va désespérer tout le monde, surtout le monde du travail qui sera d'autant plus divisé;

et dans ce jeu d'imposture, on oublie une bonne partie de notre peuple car au coeur de ce programme il y a la priorité nationale;

ceux visés seront les premières cibles; il y a au coeur de la gauche l'idée qu'il ne faut pas penser que pour soi;

il faut penser à eux, ce sont les plus inquiets."

 

Edwy Plenel : "Il ne faut pas faire la morale aux gens, il faut entendre leur désarroi" © France Inter

 

 

Edwy n'est pas tendre avec le PS et LR, les pompiers pyromanes,  et il n'est pas tendre non plus avec Macron et Mélenchon qu'il qualifie d'apprentis sorciers;  pour lui, le leader de la gauche radicale a transformé cette victoire collective en échec personnel et a plongé cette France insoumise dans le désarroi;  pour Plenel, l'erreur fondamentale de Mélenchon c'est de ne pas prendre en compte le rapport de forces; sa chevauchée personnelle qui peut nourrir du sectarisme, de la fermeture, ne prend pas conscience qu'il bénéficie d'un immense désastre: jamais la gauche n'a été aussi minoritaire, aussi divisée;   et on ne la reconstruira pas aux législatives lui tout seul avec ses candidats insoumis;

on ne reconstruira pas sans se parler, sans que les diverses composantes dialoguent;

il est stupéfiant dit-il, pour ceux du camp de l'émancipation qu'il n'y ait pas eu une seule réunion de l'entre-deux tours,  qu'ils ne se soient pas parlé, qu'ils n'aient pas appelé à un rassemblement.

alors, on continue comme avant?

sa tribune en accès libre:

https://www.mediapart.fr/journal/france/010517/dire-non-au-desastre?onglet=full

 

le ni-ni de Sophia Aram:

NI/NI - Le Billet de Sophia Aram © Sophia Aram

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.