Manuel Joao Ramos
Anthropologue
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 sept. 2021

Éthiopie : nouvelle page dans la guerre civile

Le 1er septembre, une nouvelle page s'est tournée dans l'horrible guerre civile qui déchire l'Éthiopie : le président de l'État région Amhara a officialisé le recrutement de jeunes à partir de 13 ans pour lutter contre l'armée du Front de libération de la région voisine du Tigré. Les défis sont importants et les Européens se mettent la tête dans le sable, jusqu’au prochain « We are the world ».

Manuel Joao Ramos
Anthropologue
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ethiopian recruits

Le 1er septembre, un changement de phase s'est produit dans la terrible guerre civile qui fait rage en Éthiopie.

Le président de l'État région Amhara a officiellement déclaré le recrutement de jeunes à partir de 13 ans (et oui, 13 ans – ce n'est pas une coquille), pour lutter contre l'armée du Front de libération de la région voisine du Tigré, qui a lancé en juillet un mouvement d'encerclement de la région d'Amhara et une attaque contre la capitale du pays, Addis-Abeba.

Alors que nous nous plaignions ici de l'été chaud et des inconvénients des masques faciaux, d'innombrables batailles sanglantes ravageaient le nord de l'Éthiopie.

Cette offensive militaire des rebelles du Tigré a été lancée après le démantèlement humiliant de l'armée du gouvernement fédéral aux mains des rebelles début juin, lors d'une contre-attaque soudaine et dévastatrice qui a interrompu huit mois de massacres de masse et de viols perpétrés par les militaires et les milices éthiopiennes et érythréennes sur la population du Tigré.

Incapable de résister à l'attaque des tigréens, le gouvernement fédéral a appelé les régions à recruter des centaines de milliers de jeunes et à les jeter pratiquement sans entraînement sous les balles ennemies sur les différents fronts. Le résultat a été un carnage non signalé, les chaînes de télévision internationales n'ayant pas le droit de filmer l'horreur.

Aucun des belligérants ne peut aujourd'hui plaider son innocence face aux preuves de massacres, de viols et d'agressions contre l'aide humanitaire internationale.

Alors que les rebelles avancent, le gouvernement éthiopien lance des achats précipités d'armes et de munitions auprès d'anciens et de nouveaux partenaires. A défaut de faire respecter les accords de vente d'armes avec les pays occidentaux – la France, nommément - , il a fait appel aux Russes, Iraniens, Azerbaïdjanais et surtout Turcs, espérant que l'utilisation d'essaim de drones meurtriers puisse modifier le sort d'une guerre qui semble incapable de s'arrêter avant qu’un des adversaires ne soit anéantis.

Ni l'Union africaine ni l'IGAD n'ont les outils diplomatiques nécessaires pour trouver des solutions de médiation au conflit. Et le Conseil de sécurité des Nations Unies est tellement divisé que même un projet de résolution n’arrive à prendre forme.

Les États-Unis, allié traditionnel de l'Éthiopie, ont perdu leur capacité de pression depuis qu'ils se sont positionnés du côté égyptien dans le conflit régional feutré sur le barrage éthiopien du Nil bleu, en cours de remplissage. L'effondrement afghan a eu pour effet immédiat un recul pusillanime de l'administration Biden à l'égard de la Corne de l'Afrique, qui est suivie - docilement - par l'Union européenne. Jusqu'où la Turquie tirera la ficelle en envoyant des opérateurs de drones en Éthiopie est une question que les semaines à venir pourront révéler. Pour l'instant, cette présence influente dans la Corne de l'Afrique est un motif de réjouissance pour Erdogan, enregistrant d'importantes victoires sur les Égyptiens.

La guerre civile s'est internationalisée lorsque l'armée érythréenne est entrée secrètement sur le sol éthiopien le 4 novembre. En ce moment, il menace la stabilité fragile du Soudan, de la Somalie et de Djibouti. L'intervention indirecte des Turcs, des Azerbaïdjanais et des Russes accroît de façon exponentielle la spirale de la volubilité géostratégique autour de la rive ouest de la principale voie de circulation du commerce international, la mer Rouge.

Les défis sont importants et les Européens se mettent la tête dans le sable, jusqu’au prochain « We are the world ».

Des preuves de massacres de masse et de viols dans le nord de l'Éthiopie sont documentées. Les soupçons d'action génocidaire par les armées et les milices éthiopiennes et érythréennes se multiplient – ​​la crudité des directives de commandement fait froid dans le dos : exterminer ceux qui urinent contre le mur (tuer les hommes) et éliminer la semence chez les femmes (par le viol).

Les crimes des uns sont justifiés par les crimes antérieurs des autres, dans un maelström suicidaire.

Mais le 1er septembre, une nouvelle page s'est tournée : si auparavant, quiconque voulait savoir savait que toutes les forces militaires utilisent des jeunes et des enfants dans la guerre, maintenant ce crime infâme a été officiellement reconnu. Un lecteur français ne fera rien parce qu'il ne le peut pas. Mais un député européen ou un fonctionnaire du gouvernement peut faire la différence. Malheureusement, en Europe, l'idée qu'un citoyen électeur puisse faire pression sur son élu à l'Assemblée nationale ou au Parlement européen est une fiction.

Si je viens vous déranger à la rentrée, c'est peut-être par égoïsme. Me taisant, je me sens complice d'un crime immense. En parlant, j'imagine au moins que je place une partie de cette lourde responsabilité sur les épaules du lecteur éventuel.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Migrations
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — Politique économique
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon