Manuel Joao Ramos
Anthropologue
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 avr. 2020

Covid19 : Une occasion manquée ?

Pourquoi le silence officiel vis-à-vis du lien entre pollution de l'air et immunodéficience des infectés par le Covid19 ? L’échec des gouvernements d’il y a cent ans face à la grippe espagnole nous montre le danger de se concentrer seulement dans la « guerre contre le coronavirus ». Ne pas voir la pollution comme le véritable « ennemi à combattre » sera une occasion tragiquement manquée.

Manuel Joao Ramos
Anthropologue
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Hôpital de campagne à Camp Fuston, Kansas, pendant l'épidémie de grippe espagnole © Inconu


C’est assez étonnant le silence général officiel vis-à-vis du lien qu’un nombre grandissant de pathologistes et épidémiologistes établissent entre la pollution de l'air et les conditions d'immunodéficience des patients hospitalisés présentant des symptômes d'infection Covid19. Pour mieux comprendre ce silence assourdissant, il est utile de revenir sur l'histoire de la grande « pandémie oubliée ».

Je dois admettre que j’ai toujours trouvé énigmatiques ces perpétuelles célébrations de l’Armistice du 11 novembre, de la semaine des coquelicots à la boutonnière et cette omniprésence des stèles et des monuments nationaux et locaux évoquant les soldats tués lors de la Première Guerre mondiale. Ce n'est que maintenant que je commence à mieux comprendre les raisons de cette véritable obsession des entités officielles à persister à organiser de tels rituels collectifs et de telles inscriptions gravées sur des pierres qui éternisent la mémoire de la Grande Guerre dans les paysages des centres urbains européens.

La construction de la mémoire historique ne se résume pas à la volonté d’organiser le récit d'événements critiques ; elle se fait également par la sélection et par la suppression de mémoires qui, pour une raison ou une autre, sont perçues être en conflit avec cette volonté. L'armistice lui-même a été, à l'époque - contrairement à ce qui s'est passé le 8 mai 1945, en Europe et aux États-Unis - une célébration limitée. Il y avait une raison à cela : le moment a coïncidé avec la dernière période, la plus tragique de la deuxième vague de la pandémie de grippe pulmonaire. L'historiographie de cette pandémie est différente de celle des deux grandes guerres en ce sens que ce n'est qu'à partir de la deuxième moitié des années 1970 qu'elle a véritablement commencé à se constituer en tant que corpus à analyser. C'est pourquoi, c’est seulement cent ans plus tard qu’elle refait surface et qu’elle est intégrée comme un ensemble tragiquement pertinent dans notre mémoire historique. Elle était si effacée qu’on appelle désormais la « pandémie oubliée ».

Dans la mémoire collective, cette grippe est connue comme la « grippe espagnole » non du fait qu'elle était originaire d'Espagne, mais parce que, ce pays étant resté neutre pendant la Première Guerre mondiale, la presse espagnole n'était pas soumise à la censure gouvernementale et donc la propagation énorme de l'épidémie mortelle était un sujet récurrent dans la presse (bien qu'imputé à une contamination étrangère : en espagnol, elle fut connue comme le « soldat de Naples »).

Cette censure généralisée était le résultat de la panique des gouvernements des pays combattants, fortement discrédités par l'horreur inutile de la guerre des tranchées, face à la possibilité d’une contagion de la révolte populaire russe contre le régime tsariste. Le caractère épidémique de la grippe pulmonaire fut caché et, par conséquent, des mesures préventives n'ont commencé à être mises en place que lorsqu'elle était déjà complètement hors de contrôle.

La pandémie de grippe a fait plus de victimes que les deux guerres mondiales. Elle a provoqué une baisse des PIB nationaux égale ou supérieure à celle de la première guerre mondiale. Elle a tellement traumatisé les populations que nous avons le devoir de nous demander jusqu’à quel point elle a été conjointement responsable de la mise en place de divers régimes autoritaires et dictatoriaux qui promettaient, au détriment de la perte des libertés individuelles, la (re)construction de systèmes administratifs étatiques efficaces, signe de victoire d’idéologies sanitaires et hygiénistes.

La volonté des autorités nationales de vouloir célébrer l'armistice est en partie due à un aveu silencieux de culpabilité pour l'échec de la gestion de la pandémie de grippe. L'évocation d'une mémoire se fait fréquemment au détriment de la suppression d'une autre mémoire. Lorsque plusieurs responsables gouvernementaux parlent aujourd'hui de « guerre contre le coronavirus », ils réélaborent inconsciemment des constructions narratives qui oblitèrent malheureusement d'autres possibilités de comprendre les événements. Il se peut donc que nous soyons confrontés à une occasion manquée : celle de considérer la pollution généralisée causée par les émissions de microparticules comme le véritable « ennemi à combattre », « coûte que coûte ».

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Quarante-quatre morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figureraient quinze enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. Une trêve entre les deux parties serait entrée en vigueur dimanche soir.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal — Amériques
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous