Vers Pristina

Jeudi dernier, à Annecy a eu lieu la chasse à l'enfant. Cela a fait un tout petit article , dans un tout petit journal ( le dauphinée)

Réveillon du 1er de l’an. La famille est à l’école des Fins depuis un mois et demi. Réveillon du 1er de l’an. La famille est à l’école des Fins depuis un mois et demi.
En septembre Olta fait ses devoirs dans le square devant la gare En septembre Olta fait ses devoirs dans le square devant la gare

  VERS PRISTINA

Depuis un an je filme des familles en demande d’asile à Annecy. Annecy c’est à la diagonale de Calais. Les gens y entrent en France pour y demander l’asile. Ils ne veulent pas partir en Angleterre. Ils sont, pour la plupart, originaires des Balkans. Pays considérés comme sûrs par l’Ofpra. En général, ils fuient les mafias locales qui, entre autres, tiennent le marché du travail. Bref le grand mélange entre les bons et les mauvais réfugiés.


Leur sort est vite réglé. En quelque mois l’asile est refusé. Ils quittent le centre d’hébergement d’urgence et se retrouvent à la rue.
Ils demandent un recours une année passe. Sans hébergement car être à la rue à Annecy c’est être vraiment dehors. Se cacher dans les cages d’escaliers, le parking de la gare ou dans les parcs à jeux le long du lac, lors des nuits pas trop froides.
Ces quelques mois ont déjà permis aux enfants d’apprendre le français. C’est la faculté des enfants d’entrer à l’école et d’être en mesure de rattraper le niveau.
Les familles s' accrochent. Les enfants font les devoirs sur les bancs.
L’hiver ouvre pour la nuit un centre d’accueil. À 9 h tous le monde doit être dehors. Le 31 mars dernier les 15 familles hébergées dans de sommaires dortoirs ont refusé de quitter les lieux.


La mairie à demandé leur expulsion. L’avocate a obtenu de grès à grès le maintien dans les locaux jusqu'à l’audience qui devait avoir lieu le 23 août prochain. Durant 6 mois ils ont eu un peu la paix. Au "refuge " comme on l’appelle l’ambiance était bonne.
Mais ce matin les flics sont arrivés avec des cars. Alors à commencé la chasse à l’enfant.
Aucun des enfants qui vivaient là n’a plus de 14 ans. Ils sont 30. Les bénévoles avaient prévu de les emmener se baigner.
Sur la piste de l’aéroport de Chambéry l’avion était déjà affrété. Olta l’une des petites filles que je filmais y a été conduit avec ses parents, ses 3 frères et sœurs. Vol direct vers le Kosovo.


Olta vivait à la rue depuis 3 ans. Elle allait à l école. Son petit frère venait de finir son CP. Il avait appris à lire.
Avant d’être en France ils étaient en Belgique. Les liens sont rompus pour eux là-bas.
Nous sommes amis sur facebook. Je guette les nouvelles.
Les autres familles ? Elles sont assignées à résidence ou en centre de rétention. On ne sait pas bien où. Peut être à Lyon. Peut être à Nîmes ou peut être pas. Elles passeront devant un juge en tout cas.


Certains de ces enfants vivent depuis plus de 6 ans en France. Ils aiment Star Wars et la Reine des neige. Ils réussissent ou pas à l’école.
Nul ne sait quand partira le prochain vol. Dans peu de temps. La préfecture de Haute Savoie avait bien préparé son coup. Demain passe le Tour de France.
Et puis les Albanais, les Kosovars, les Bosniaques tout le monde s’en fout.
J’ai filmé ces enfants parce qu’ils sont des enfants que j’ai vu, en quelques mois, devenir des gosses français. Apprendre l’histoire de France, l’instruction civique et l’accord du participe passé… Malgré les nuits cachées ou, pour les plus chanceux, celles passées dans la voiture.
Ce n’est pas à Calais, ce n'est pas à La Chapelle. C'est à Annecy qui dispose de 30 places de 115.

Annecy est la seconde ville la plus riche de France.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.