Manuela Fresil

Je suis cinéaste principalement de documentaire.

Paris - France

Sa biographie
Après des études de philosophie, je décroche un stage d’assistante au montage, auprès de Jean Rouch au Comité du Film d’Ethnographique. Puis j’intègre la Fémis. Avec mes camarades de promotion, nous réalisons TERRE-NEUVAS (Prix du public - vision du réel - Nyons en 1993). Pendant 10 ans, j’essaie de vivre de mon métier en faisant des films « honnêtes » pour Arte, dont POUR DE VRAI, la vraie vie des petites filles lorsqu’elles jouent aux Barbie. J’accepte enfin que mon travail n’est pas un métier, mais une « vocation ». Je préfère la marge, la campagne à la ville, l’enseignement aux injonctions des chaines. Parfois je rêve de devenir assistante sociale, prof au collège… J’essaie de faire des films qui racontent ce qui ne se voit pas. Je filme des gens que l’on n’entend pas. Pour cela j’imagine des procédés qui s’éloignent parfois du « cinéma direct », font une plus grande place au travail de mise en scène. J’invente des manières de faire du cinéma ou la fiction se mêle au documentaire, mais ces « scènes » sont toujours construites avec la complicité et l’aide des protagonistes du film. En 2011, je finis ENTRÉE DU PERSONNEL qui m’a pris 7 ans de travail. Il obtient le Grand prix de la sélection française au FID Marseille et le Prix du public au festival « Filmer le Travail ». Le 1 mai 2013, ENTRÉE DU PERSONNEL sort au cinéma distribué par Shellac.
Son blog
4 abonnés Le blog de Manuela Fresil
Voir tous
  • Vers Pristina

    Par
    Jeudi dernier, à Annecy a eu lieu la chasse à l'enfant. Cela a fait un tout petit article , dans un tout petit journal ( le dauphinée)
  • A la diagonale de Calais

    Par
    Le nom de CALAIS est devenu ces derniers mois, le lieu de la faillite de l’État français à faire preuve de la plus simple humanité. Calais c’est une frontière, une première ligne : celle qui se voit. À la diagonale de Calais, il y a Annecy. Tout oppose ces deux villes, tout sauf la violence que les services de l'état exercent sur les réfugiés.