Acte XVIII. Quand le sage montre la lune (wouaf, wouaf)

Quand le sage montre la lune, le chien de garde regarde... (proverbe chinois)

J'aime beaucoup ce dessin.

marilungo

De l'artiste italien Marco Marilungo. Il a déjà quelques années (Le dessin... le dessinateur aussi)

Oui, j'aime beaucoup.
Que dire de plus?

Réfléchissons...

"Quand le sage montre la lune, l'imbécile regarde le doigt".
(Ancien adage chinois. Enfin, il me semble)

Pas mal.

Réfléchissons encore...
Car en même temps (comme disait l'autre):

- Dans la nuit du vendredi à samedi vers 6h du matin, 45 députés votent la loi PACTE. 27 votes pour, 15 votes contre, 3 abstentions... Cela concerne quelques détails comme la privatisation des aéroports de Paris, la privatisation de la Française des jeux, la privatisation d'Engie, la suppression du tarif réglementé du gaz. Et quelques autres broutilles genre oublier pour quelques années de plus l'interdiction de la fabrication en France de pesticides vendus hors Union européenne. Quelques 200 articles en tout, votés en cachette.

Bien évidemment BFM, France Info, et autres wouaf, wouaf ne parlent que de ça depuis samedi.

- Samedi, la tant souhaitée convergence des luttes était au rendez-vous. À Paris et en province. Écologie et luttes sociales ensemble, Gilets jaunes et militants divers et variés de concert.

Bien entendu C News, France inter, France 2, LCI, et autres ouaf, ouaf en font la une de tous ses journaux depuis samedi.

- En même temps Jupiter et consort jouissaient d'un très long week-end de ski depuis la nuit de jeudi. Malheur de malheur, il a fallu qu'il rentre plus tôt que prévu dans la capitale. On n'a pas su si un certain ministre a dû aussi annuler sa fiévreuse nuit du samedi soir.

Tiens, tiens. La plupart des wouf, wouf  ne se sont pas vraiment attardés sur la chose.

Revenons au dessin de Marilungo...

"Il y a trois sortes de violence.

La première, mère de toutes les autres, est la violence institutionnelle,
celle qui écrase et humilie des millions d’hommes, la violence aux rouages silencieux et bien huilés.

La seconde est la violence révolutionnaire
qui naît de la volonté d’abolir la première.

La troisième est la violence répressive,
qui se fait l’auxiliaire et la complice de la première violence,
celle qui engendre toutes les autres.

Il n’y a pas pire hypocrisie que de n’appeler violence que la deuxième,
en feignant d’oublier la première qui l’a fait naître et la troisième qui la nie".


Hélder Câmara, (1909 - 1999) évêque catholique brésilien, archevêque d'Olinda et Recife, 
connu pour sa lutte contre la pauvreté dans son diocèse et dans le monde. Son procès en béatification est en cours.


Bonne semaine, à samedi.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.