Indigne

Indigne , le détournement de l'état d'urgence pour museler les mouvements sociaux

Indigne, c'est le terme qui qualifie le mieux la façon dont le pouvoir  instrumentalise l'état d'urgence et le détourne de son objet, la protection des citoyens face au terrorisme. Plus d'une vingtaine de militants écologistes, mobilisés pour la COP21, assignés à résidence comme de dangereux islamistes radicaux, des perquisitions, comme celle effectuée chez un agriculteur qui avait participé à une marche contre Notre Dame des Landes ! Quel mépris pour les victimes des attentats et leur famille manifeste ainsi le gouvernement en utilisant l'arsenal de répression déployé pour un autre usage que la lutte antiterroriste, pour intervenir hors mandat judiciaire et ainsi régler ses comptes avec ceux qui le gènent. Face aux interdictions de manifester qui n'ont aucun sens par rapport à la luttte antiterroriste quant on voit le nombre de manifestations sportives ou commerciales autorisées, les voix s'élèvent, les mains se tendent pour affirmer que la véritable lutte contre le terrorisme c'est le renforcement de notre démocratie et de la liberté d'expression, visée au premier chef par les extrémistes religieux.

 A voir les rassemblements qui ont eu lieu samedi 27, comme à Nantes où nous étions nombreux à manifester pour l'urgence climatique

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.