Marc Dumont MD
Agrégé d'Histoire - Producteur à Radio France (1985-2014) - Conférencier, auteur et dramaturge.
Abonné·e de Mediapart

65 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 févr. 2021

A propos d’une fresque des Droits de l’Homme à Sèvres

Mettre en avant la Déclaration des droits de l’homme et « en même temps » contrevenir aux règles de la laïcité par des choix d’illustration pour le moins étranges, voilà un exemple des contradictions qui habitent notre société et hantent les droites adeptes de Macron - à leur insu ?

Marc Dumont MD
Agrégé d'Histoire - Producteur à Radio France (1985-2014) - Conférencier, auteur et dramaturge.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Collège de Sèvres © MD

Il y a un an et demi que fut décidé d’orner le Collège International de Sèvres d’une fresque reproduisant la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789. Comment ne pas s’en réjouir ? Ainsi, ces derniers mois, elle se dessine peu à peu sur le vaste mur, bien visible sur le parvis du Collège. 

Au départ du projet, il a été décidé (par qui ?) d’illustrer la Déclaration par six fortes personnalités du XXè siècle. Pourquoi pas ? Même si l’occasion d’y voir représentés Condorcet, Danton, Robespierre ou Victor Schoelcher aurait été bienvenue. 

© MD

 Le choix a donc initialement porté sur Martin Luther King, l’Abbé Pierre, Nelson Mandela, le Mahatma Gandhi. Jean Moulin et la résistante et pédagogue Yvonne Hagnauer, seule femme, locale de l’étape puisqu’ayant fondé la Maison des enfants de Sèvres pendant l’Occupation.

Premier problème : la parité n’était pas franchement respectée, comme de jeunes collégiennes l’ont fait remarquer avec sagacité. Alors, un autre choix se fit (par qui ?), car il fallait faire place aux femmes.

© MD

C’est alors que l’on vit apparaitre Mère Teresa en lieu et place d’un autre ecclésiastique, l’Abbé Pierre. Or voici bien un deuxième problème. Car si les deux ont oeuvré en faveur des pauvres, l’un fut député de la République lorsque l’autre défendait des positions farouchement anti-divorce, anti-contraception et anti-avortement, en total décalage avec les luttes légitimes pour le droit des femmes. Ce sont là des positions profondément anti-républicaines.

De plus, troisième problème, Mère Teresa, devenue Sainte Teresa de Calcutta pour les catholiques,  apparait voilée sur le lieu même où tout signe ostentatoire de religion est strictement interdit dans l’enceinte de l’établissement.

© MD

Enfin, pour la troisième figure féminine, c’est logiquement une grande figure de la Révolution qui aurait pu être retenue, Olympe de Gouges, emblème du féminisme et auteure de la Déclaration des Droits de la femme en 1791. Ou bien Simone Veil par exemple. Mais la troisième dame choisie est Malala Yousafzai, militante féministe pakistanaise et Prix Nobel de la Paix en 2014. Sans aucunement remettre en cause son engagement à toute épreuve, c’est le même problème qui est soulevé puisqu’elle aussi devrait apparaître voilée. 

Où est la logique des symboles ? N’est-ce pas purement contradictoire voire provocateur ?

Dans un contexte marqué par la sidération engendrée par le meurtre atroce de Samuel Paty, assassiné pour avoir fait cours sur la laïcité, comment ne pas être extrêmement surpris, choqués par des choix plus que problématiques ? Doit-on rappeler que l’identité républicaine s’est forgée, construite autour de la laïcité ? Défendre la laïcité c’est clairement différencier les religions et l’Etat. 

Ainsi, il est flagrant qu’en nos temps si troublés ces choix révèlent bien plus qu’une maladresse à multiples entrées. Ils sont une faute républicaine.

Sans aucunement ignorer le fait que l’Éducation Nationale est partie prenante, que le Département est le propriétaire des bâtiments, une lettre ouverte argumentée, demandant rendez-vous, a été adressée au Maire et à de nombreux acteurs de la vie locale par la section sévriennes de La France Insoumise. Sans suite. 

Pendant le facebook live direct du jeudi 28 janvier - 1

Comme Grégoire de La Roncière organisait jeudi dernier un facebook live, une question avait été déposée sur le site, puis reformulée à deux reprises durant l’heure de direct. C’est la seule des très nombreuses interpellations qui n’ait pas été relevée…

A ce jour, le Maire de Sèvres n’a donc pas daigné répondre. Les problèmes restent en suspens, concernant une fresque bientôt exposée à la vue de tous, qui engage par ses choix affichés chaque citoyen sèvrien, quelle que soit sa sensibilité. Il est donc plus que temps d’éviter ces très graves erreurs en amont du dévoilement et de l’inauguration de la fresque.

Mais qui se soucie de cohérence au moment où se discute un projet de loi « confortant les principes républicains » ?

Pendant le facebook live direct du jeudi 28 janvier - 2 © MD

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre