Marc Dumont MD
Agrégé d'Histoire - Producteur à Radio France (1985-2014) - Conférencier, auteur et dramaturge.
Abonné·e de Mediapart

68 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 janv. 2022

Les enjeux de l'école sont une matrice politique

Il n'y a pas que l'Hopital qui soit au bord de l'implosion. Tout comme la justice et les autres services publics, le système éducatif est en proie à un bouleversement profond et doit faire face à une gestion calamiteuse par ce Gouvernement libéral.

Marc Dumont MD
Agrégé d'Histoire - Producteur à Radio France (1985-2014) - Conférencier, auteur et dramaturge.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

- Il y a un Gouvernement qui, consciencieusement, depuis bientôt 5 années, ferme des classses par centaines et supprime des postes d'enseignants par milliers. Désormais, les offres de Pôle Emploi appellent à l'aide tout volontaire ayant juste Bac + 2 ("nombreux postes à pourvoir") afin de colmater quelques brêches dans les écoles...

- Il y a un Ministre qui ne cesse de plonger les enseignants dans des protocoles aussi absurdes que contradictoires - et surtout inefficaces et inapplicables. D'où l'appel à la grève pour jeudi prochain, y compris de la part de syndicats très modérés, mais tous exaspérés par autant d'amateurisme - ou disons d'incompétence - à moins que ce ne soit bien plus délibéré et politiquement choisi...

- Il y a tant d'aberrations dans une Education Nationale totalement sacrifiée, en voie accélérée de prolétarisation (salaires de professeurs très inférieurs à la seule moyenne européenne, appel à de sous-diplômés pour assurer des postes de diplômés, fin du Bac national, éclatement du concept de classe dans les établissements et donc fin de toute possibilité de communauté scolaire - comme cela se passe dans le système américain, etc...)

- Il y a des candidats à la Présidence qui veulent encore accélérer ces mouvements sinistres, comme cette Margaret Kärcher, qui dans "sa" région d'Ile de France ne cesse de réévaluer les crédits des écoles privées sans rien faire pour répondre à la crise de l'école publique, laïque et obligatoire.

- Il y a une pseudo Ministre de l'enseignement supérieur qui n'a que wokisme et islamo-gauchisme à la bouche (non, l'extrême droite n'est pas encore au pouvoir...) et n'est même pas capable de prévoir des mesures sanitaires pour les facs.

- Il y a, pendant ce temps, des appels d'enseignants qui se multiplient en faveur d'un vrai changement, d'une toute autre politique de l'éducation, portés par le candidat de l'Union Populaire.

- Tout ceci au moment où le vieux monde d'une vieille gauche, discréditée par 40 années de libéralisme ayant sombré dans le hollandisme, voudrait exister encore un peu en jouant le défaitisme et l'amateurisme en mode panique et en continuant à faire croire que tout est de la faute de Mélenchon - après l'avoir agoni à longueur d'années.

De tout cela, il faudra se souvenir dans trois mois, le 10 avril, au moment de glisser son bulletin dans l'urne. Loin de tout défaitisme instillé à longueur de médias et par quelques irresponsables politiques . Un tout autre choix est possible : portons-le au second tour de l'élection présidentielle !

Dans ce cas tout à fait envisageable, nul doute que certains se trouveraient bien emmerdés...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal
Élisabeth Borne, une négociatrice compétente et raide au service du président
Ces deux dernières années, celle qui vient de devenir première ministre était affectée au ministère du travail. Tous les responsables syndicaux reconnaissent sa capacité de travail et sa propension à les recevoir, mais ont aussi constaté l’infime marge de manœuvre qu’elle leur accordait.
par Dan Israel
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
par C’est Nabum