Provocations

Oui, c’est bien un Gouvernement de rassemblement », comme le claironne le nouveau porte-parole : un vrai rassemblement de provocations en tous genres. Illustrations.

lrem

Il y a, dans ce changement de Gouvernement, quelques vraies satisfactions : une Ministre du Travail qui a cassé le Code du travail + une Ministre de la Justice qui a cassé la justice + un Ministre de l’Intérieur qui n’a jamais vu de violences policières, + un Ministre de l’agriculture sensible à l’écologie au point d’autoriser l’épandage des pesticides jusqu’à trois mètres des habitations… Tous poids lourds de la macronie, tous dehors ! Reflets de rejets. Pour le reste…

Souvenons-nous : le Président de la République déclarait qu’il voulait « se réinventer » Pour ce faire, qui a-t-il invité ? L’un des principaux responsables de la casse de l’hôpital public, au poste de Premier Ministre. Peut-on imaginer plus grossière provocation ? 

D’autant qu’elle est estampillée Roselyne Bachelot, autre grande responsable de la transformation de l’hôpital en entreprise comptable, devenant à plus de 73 ans une ministre de la Culture aimant faire rire grassement (mais avec tant de tact, n’est-ce pas ?) sur « Verdi qui vous prend par les couilles »… Aussitôt nommée, elle déclare qu’elle n’ira pas « pleurnicher et réclamer des sous » pour la Culture (AFP) Soumission assumée et revendiquée.

Nommer Garde des sceaux l’homme qui - entre autres formidables déclarations - aime à dire qu’il préfère la cuisine française à la justice de son pays… Qu’est-ce donc, si ce n’est la plus grossière des insultes ?

Et que dire du Ministre de l’Intérieur, sous le coup d’une plainte pour viol, ce qui « n’est pas un obstacle » selon l’entourage du chef de l’État ? Que dire d’un Premier Ministre qui réserve sa première visite pour un commissariat du 93 en soutien à sa BAC, alors qu’une autre BAC du département vient d’être démantelée et que plus qu’un message d’autoritarisme, c’est bien un message de solidarité dont le 93 a besoin…

Le Ministère de la « Transformation et fonction publique » (!!!) est entre les mains d’une libérale ex-juppéiste formée à Harvard à la Kennedy School où est formée l’élite américaine. Sa mission est bien de casser la fonction publique.

La ministre de l'Insertion est la femme qui voulait conditionner le RSA à du bénévolat obligatoire.

Quant au droit des femmes, c’est bien, comme l’écrit Mediapart, « le Gouvernement de la honte ».

Et à l’écologie ? Une ancienne EELV, comme le furent les de Rugy, Pascal Canfin, Denis Baupin et autre Cohn-Bendit, tous passés au macronisme - qui est, en tout, depuis ses débuts, l’exacte antithèse de l’écologie…

Du côté coronavirus, alors que le 11 mars, l’État interdisait la vente ou la distribution de masques (« Le port du masque n’est pas utile » disait Olivier Véran. « Il ne faut surtout pas avoir de masques pour le grand public, ça n'a pas d’intérêt » renchérissait Jérôme Salomon), le 14 juillet, voilà que le Président de la République déclare : « Le port du masque sera obligatoire dans tous les lieux publics clos ».

Enfin, pour le moment impayable, Ségolène Royal déclarant le 30 juin « je peux mener le combat de l’union de la gauche en 2022 » cherchait « en même temps » à se faire nommer numéro 2 du Gouvernement Macron !

Tout est double : plus que jamais « ni de gauche, ni de gauche », provocation et ordre de marche en vue de 2022, avec clins d’oeil appuyés vers le vocabulaire de l’extrême droite versant « communautarisme et séparatisme »… Avec, en plus, une bombe à retardement dans le choix tonitruant à la Justice. Car on aurait tort d’oublier la haine et le mépris que cet homme très médiatisé voue à Mélenchon. Il l’a prouvé lors du procès très politique d’octobre dernier contre LFI, en défendant avec hargne les policiers « molestés » (1) Donc, le voici aux affaires et nul doute que les manipulations les plus vicieuses sont à attendre, justement en vue de décrédibiliser un candidat potentiel et particulièrement dangereux lors de la prochaine présidentielle à hauts risques…

Avec un salaire de 285.538€ par an et une indemnité de logement de 5.653€ par mois, le Directeur de la Banque de France, Villeroy de Galhaud, déclare quant à lui : « Notre modèle public est trop couteux… » Et si on commençait par lui, pour voir ?

Par ailleurs, alors que, dans une lettre ouverte, 83 milliardaires, surtout américains, demandent à « être taxés davantage, immédiatement, et de manière permanente », aucun nouveau chemin risquant d’aller dans ce sens ne se dessine en France. Etonnant, non ?

Ceci au moment où  la Commission Européenne a été déjugée par la Cour de Justice Européenne à propos du régime fiscal d’Apple, entreprise basée en Irlande. Son taux d’imposition est de 0,005% Rien d’anormal selon l’application des règles de l’Union… Ce qui montre à cru la véritable nature ultra-libérale de celles-ci. Les 13 milliards exigés pour redressement fiscal resteront dans les poches d’Apple. Comédie ? Provocation ?

Ainsi, Emmanuel Macron s’est-il réinventé, comme il le proclamait ? Par ses actes, il se montre en totale contradiction avec ses paroles, comme avant, et « en même temps » encore plus machiavélique et pervers qu’avant.

Oui, c’est bien un « Gouvernement de rassemblement », comme le claironne le nouveau porte-parole : un vrai rassemblement de provocations en tous genres. Oui, c’est bien un vrai « Gouvernement de combat » comme le dit l’Élysée. La suite sera brutale. 

 

(1) A ce sujet, lire les attendus du procès se révèle plus qu’instructif… quant aux certificats médicaux de complaisance ayant permis de lancer le procès politique et médiatique. En voici quelques exemples :

- Monsieur Frederic VIDAL sollicite la condamnation solidaire des personnes condamnées à lui payer la somme de 5000€. L’expert relève un état de stress avec des troubles du sommeil et de l’humeur. 

- Monsieur Maxime Cuby sollicite la somme de 5000€ en réparation de son préjudice. Il présente selon l’expert deux jours d’incapacité de travail psychologique en raison d’un « état de stress avec retentissements sur l’humeur, des troubles du sommeil avec cauchemars en relation avec les faits subis .  »

- Monsieur Elvis Bonan demande au tribunal de condamner solidairement messieurs Mélenchon, Pignerol, Lachaud, Bompard, et madame Rozenfeld à lui payer 5000€ de dommages et intérêts. Il présente une incapacité de travail physique de 1 jour et de 7 jours pour l’incapacité totale de travail psychologique. 

- Madame Marie-Christine Andrieu sollicite la condamnation solidaire de messieurs Mélenchon, Pignerol, Lachaud, Bompard et madame Rozenfeld à lui payer 3000€ de dommages et intérêts. Mais, en l’absence d’incapacité totale de travail médicalement constatée, son préjudice moral sera réparé à hauteur de 2000€ compte tenu de la bousculade subie

- Madame Louyat présente la même demande. Le tribunal condamne messieurs Mélenchon, Pignerol, Lachaud, Bompard et madame Rozenfeld à lui payer solidairement la somme de 3000€ de dommages et intérêts compte tenu de l’incapacité de travail de deux jours médicalement retenus. 

- Monsieur Montmory demande également la condamnation de messieurs Mélenchon Pignerol, Lachaud, Bompard, et madame Rozenfeld à lui payer 3000€ de dommages et intérêts. Mais, en l’absence d’incapacité totale de travail médicalement constatée, son préjudice moral sera réparé à hauteur de 2000€ compte tenu des contacts physiques subis. 

- Monsieur Guimard présente la même demande. S’il est retenu en ce qui le concerne une incapacité totale de travail psychologique de trois jours, il déclare lors de ses auditions qu’il ne s’est pas senti blessé et qu’il ne se souvenait pas de la clé de bras de monsieur BOMPARD. Compte tenu de ces éléments la somme de 2000€ de dommages et intérêts lui sera attribuée.

- Madame Clotilde Objois sollicite 1€ de dommages et intérêts en réparation de son préjudice moral. Il sera fait droit à cette demande.

- Monsieur Benjamin Bredon demande la réparation de son préjudice à hauteur de 3000€. Mais, en l’absence d’incapacité totale de travail et la médiatisation répétée des images étant sans lien direct avec les faits, son préjudice sera indemnisé à hauteur de 1500€. 

- Enfin, monsieur Tony Sartini demande au tribunal de « s’entendre Messieurs Mélenchon, Pignerol, Lachaud, Bompard, Corbière et madame Rozenfeld et le cas échéant Coquerel, Prud’homme et Quatennens au paiement in solidum de la somme de 3000€ en réparation du préjudice moral subi et de l’atteinte à son image  ».
Outre le fait que le tribunal ne peut condamner que les personnes citées devant lui, il constate que la médiatisation excessive et répétée des images n’est pas en lien direct avec les faits reprochés aux prévenus dont il est saisi et relève de la responsabilité des médias concernés. 

L’intégralité du document se trouve en fin de cette note de blog :

https://melenchon.fr/2020/07/01/nouvel-aventin-peuple-greve-civique-municipale/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.