Que faire face au suicide annoncé ?

Alors que la tempête gronde et que les dangers sont immenses, voilà de très mauvaises nouvelles.

Alors que la tempête gronde et que les dangers sont immenses, voilà de très mauvaises nouvelles.

EELV part dans son coin. Et dit (enfin) clairement qu’il n’a jamais été question d’autre chose.

2021-mai-158

Et voilà que quelques milliers de communistes adoubent Fabien Roussel pour candidat.

capture-d-ecran-2021-05-09-a-20-08-13

Le choix du suicide est donc de mise :

- pour une gauche de changement (rappel « la » gauche n’existe pas !).

- pour une vraie alternative à Macron-Le Pen.

- pour que les uns engrangent quelques pour cents

- et que les autres n'espèrent même pas pouvoir se faire rembourser les frais de campagne.

Suicide tous azimuts donc.

Le PC ne s'en relèvera pas. A quoi joue-t-il donc ?

EELV va se déchirer autour de trois candidats, sans aucun programme cohérent.

Et 40 ans après un 10 mai bien moins idyllique que les médias ne prétendent, les ténors libéraux-autoritaires du PS ne pensent qu'à taper sur LFI après avoir laminé toute politique de gauche pendant 5 années de hollandisme. Contre Le Pen ? Contre Macron ? Non : contre Mélenchon. Logique. 

2021-mai-118

Jusqu'à l'ancien Président qui en rajoute sur son personnage de fossoyeur en se répandant sur le thème « la gauche ne propose rien, c’est ça le problème. » Il ne sait pas lire ? Tellement has been qu'il n'a pas vu qu'en 2017, 7 millions d'électeurs ont voté pour des propositions précises, celles de l'Avenir en Commun.

Et il y aurait encore des naïfs pour crier "unité, unité" ?

Pendant ce temps, les militaires appellent à nouveau à se préparer au putsch face à une guerre civile qui pointerait son nez à tous les coins des quartiers populaires (« La guerre civile couve en France et vous le savez parfaitement » écrivent-ils…) Le syndicat « France Police-Policiers en colère » (dont le patron est proche de Le Pen) déclare : « Il faut procéder au bouclage des 600 territoires perdus de la République, y compris avec le renfort de l’Armée, en contrôlant et en limitant les entrées et sorties de ces zones par des checkpoints de séparation. » Et Eric Ciotti définit ce qui sépare LR du RN : « Ce qui nous différencie globalement, c'est notre capacité à gouverner. » On en est là.

Dans ce paysage politique sinistré de toute part, l’extrême droite à la manoeuvre se frotte les mains. Les macronistes aussi.

C'est à hurler de rage.

Le « trou de souris » se réduit. Les lendemains sombres ne s'esquissent pas : ils se dessinent trop clairement, dans une recomposition politique totale qui n'a pas fini de surprendre.

Reste à donner toute sa force à l’alternative, grâce à un programme de rupture clair, solide, cohérent.

Au travail, encore et toujours. Je suis pour. Et vous ?

https://noussommespour.fr/?fbclid=IwAR2SzEOavhctiXU3xHoMB5jPBVbT1mlq0XduAaJrvS2QVbrcP0PyrXplWjE

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.