Inquiétantes postures

Une manifestation d'hommage aux policiers assassinés avait toute sa raison d'être. Mais ni sous cette forme, ni là !

187990179-3980567775390925-8818915020563037690-n

Pourquoi devant l'Assemblée Nationale ? le lieu très symbolique est clairement choisi pour faire pression sur le législatif. Une telle pression n'augure rien de bon. Car l'Histoire se souvient de manifestations de policiers devant l'Assemblée (1). Et ce n'est pas bon signe. 

D'autant que l'on a un Ministre de l'Intérieur qui s'expose à l'extérieur de l'Assemblée en soutien à ceux qui le mettent en cause... Le « en même temps » macroniste dans sa splendeur. « Une façon de leur dire que je les aime et que je les soutiens » dit-il. Il est donc clairement d’accord avec les revendications mises en avant par les syndicats organisateurs. Et en vue des réponses à apporter à la délinquance, Gérald Darmanin use d'un langage qui ne cède rien à celui de l'extrême droite, annonçant préférer « le bon sens du boucher-charcutier de Tourcoing » aux études de l’INSEE…

187608153-3982167611897608-861384220157586143-n

Comme l'écrit très justement l'article de Mediapart paru hier (2) « Le simple fait que Gérald Darmanin se précipite dans ce rassemblement, alors même que les syndicats de police ont déserté son « Beauvau de la sécurité », en dit long sur le rapport de force qu’il entretient avec la profession. Qu’il le fasse en convoquant pêle-mêle les « attaques de la classe médiatique », le terrorisme, « un an de violences d’une partie des Gilets Jaunes » et les agressions dont les forces de l’ordre peuvent être victimes, relève au mieux de la malhonnêteté intellectuelle, au pire d’un confusionnisme dangereux. La police est censée dépendre du ministre de l’intérieur, qui dépend lui même des citoyens et citoyennes. Pas l’inverse. »

De fait, il s'agit avant tout de manifestation sur la base ds revendications catégorielles (comme le tract intersyndical ci-dessus le dit on ne peut plus clairement) et donc, ici, politiques, soutenues par des Le Pen, Zemmour, Jacob, Ciotti et autres joyeux drilles RN, LREM, LR. « Il est temps de rétablir votre honneur » clame Valérie Pécresse, qui n’en rate plus une pour marcher dans les pas du RN.

Dans ce contexte pour le moins balisé, les dirigeants du PCF, d'EELV, du PS se joignent à ce qui a tout d'une manifestation très politique, aux buts très à droite, jouant sur un amalgame dangereux qui, au lieu de rameuter, devrait éloigner. Mais ils préfèrent une confusion totale en légitimant les revendications policières. Ce n'est pas seulement lamentable, c'est dangereux et irresponsable. Que vont-ils faire dans cette galère ultra-sécuritaire, si ce n'est donner leur âme aux diables extrémistes qui raflent la donne ?

capture-d-ecran-2021-05-18-a-21-28-17

Le communiqué de La France Insoumise, précis, argumenté et loin des caricatures malsaines qui en est fait, le disait hier avec force : « Le code pénal n’a pas pour but d’empêcher les infractions mais de les réprimer. Et elles le sont durement. Le code pénal actuel prévoit déjà que le meurtre d’un fonctionnaire de police peut être puni de la réclusion criminelle à perpétuité. Quoi de plus ? En bas de l’échelle des délits, l’outrage à l’égard d’un agent dépositaire de l’autorité publique s’accompagne d’une peine pouvant aller jusqu’à 1 an de prison et 15000€ d’amende. Pire, les organisations policières réclament la suppression de tous les dispositifs qui concourent à la prévention de la récidive. Tout cela ressemble à une opération d’intimidation de la Justice. »

capture-d-ecran-2021-05-19-a-10-41-21

Face à une législation qui existe déjà, les vrais problèmes sont ailleurs : dans ces années d'austérité, de suppression de postes, de politique du chiffre, de fin de politique de police de proximité, de suicides si nombreux, pour s'en tenir à la seule police. Pour le reste, le débat est politique et ne se situe pas dans les rangs des manifestants mais bien sur les bancs de l'Assemblée.

A quand le retour à la raison, à la réflexion et non au suivisme des droites et de ses extrêmes pour des raisons inavouables ?

(1) Celles de mars 1958 ont laissé certains souvenirs par leur violent antiparlementarisme. 

1958-13-mai

(2) https://www.mediapart.fr/journal/france/180521/la-politique-reduite-la-police?utm_source=20210518&utm_medium=email&utm_campaign=QUOTIDIENNE&utm_content=&utm_term=&xtor=EREC-83-[QUOTIDIENNE]-20210518&M_BT=160912659744&fbclid=IwAR3GV_r2Q8HyVIVKNrUJcGjDM3Lsbb33PR9xA7_zh0m8vjzmCrZzU6KU5lw

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.