La Révolution française, enjeu toujours recommencé

« Législateur, vous n’avez rien fait si vos lois ne tendent à diminuer l’extrême inégalité des fortunes » Maximilien Robespierre (Discours sur l'inégalité, 5 avril 1791)


 

janvier-2019-1

Le fond de l'air est franchement contradictoire. D'un côté, un mouvement social qui dure depuis six mois, larvé mais clairement contestataire au point de se référer sans cesse aux moments révolutionnaires de notre histoire, à commencer par la Révolution Française avec ses symboles les plus forts : bonnet phrygiens, Marseillaise... De l'autre une offensive anti-révolutionnaire menée sur de nombreux fronts à la fois:

- Ainsi, alors que ce moment fondateur de notre vie politique et de notre démocratie est absent de nos écrans télés, ce soir, France 2 a confié un téléfilm consacré à la révolution à... deux royalistes patentés, Stéphane Bern et Lorant Deutsch. Ensemble, ils banalisent une fois encore Louis Capet et l'Autrichienne; ils caricaturent les faits révolutionnaires, leur enlevant tout ancrage c'est à dire toute réalité historique, sauf pour  rapetisser ou tordre les faits.

capture-d-ecran-2019-04-29-a-19-39-57

Les précisions de Sophie Wahnich (une historienne, pas un histrion médiatique en toc) sont édifiantes à cet égard : https://www.lesinrocks.com/2019/04/30/medias/medias/on-a-fait-regarder-lemission-de-stephane-bern-et-lorant-deutsch-sur-la-revolution-francaise-a-une-historienne

Il est intéressant de noter les domaines d’élection des historiens appelés à s’exprimer dans l'émission, bien plus proches de Napoléon ou de Marie-Antoinette que de Robespierre, Danton ou Desmoulin, écrivant dans le Figaro, le Point ou Historia : Pierre Baron, directeur d’Historia et très anti-robespierriste; Jean-Christian Petitfils, ancien banquier et biographe de Louis XVI (ces deux derniers proches de Lorant Deutsch); Alain Pigeard, spécialiste de Napoléon 1er et de ses batailles; Bruno Fuligni, sans aucun rapport particulier avec la période (voir cet article éclairant concernant, en 2012, un numéro Robespierre d'Historia : https://www.lecanardrépublicain.net/spip.php?article572) Fermez le ban ? Non, car il y a aussi l'intervention des femmes, reléguées en deuxième partie de l'émission : Virginie Girod, plutôt spécialiste de l’histoire de la sexualité et de l’histoire de la Rome antique; Cécile Berly, particulièrement intéressée par Marie-Antoinette;  Charlotte Duvette, spécialiste de l'histoire de l’architecture avec "Napoléon et Paris"... Voilà pour les "spécialistes" de la Révolution ! (replat de l'émission : https://www.france.tv/france-2/laissez-vous-guider/962335-au-coeur-de-la-revolution-francaise.html)

- Il y a eu aussi, tout récemment sur RMC, cette émission totalement idéologique et révisionniste d'Eric Brunet qui accusait « l’école » d’endoctrinement concernant les années 1789.

d48upf5xoaa1sjx

- On ne peut pas ne pas évoqer la parution de "Crois ou meurt", autre brulot anti-révolutionnaire de Claude Quétel - encensé par Zemmour : http://www.lefigaro.fr/vox/histoire/eric-zemmour-la-revolution-n-est-pas-ce-qu-on-vous-a-dit-20190508

- Sans oublier le numéro spécial de Valeurs Actuelles ou les innombrables pubs pour le très réac Puy du Fou et ses spectacles à la gloire des royalistes. 

va-hs18-001-0

- Or tout cela est en parfaite adéquation avec la « pensée complexe » de notre monarque qui déclarait en juillet 2015 - on le sait trop peu -qu'il y avait en France, en politique, un absent qui est « la figure du roi, dont je pense fondamentalement que le peuple français n'a pas voulu la mort. » Comble de la perversion du langage, Emmanuel Macron choisit pour titre de son trop fameux livre « programme » le mot... « Révolution ». Alors, après avoir tenté de réhabiliter Philippe Pétain pour le 11 novembre dernier, le premier mai, en toute logique, avec son tweet qui exalte le travail et non les travailleurs et leurs luttes, il fait directement référence à Pétain et à sa « révolution nationale ».

59379749-10218563040491301-5172041549608910848-n

- Au même moment, des recherches historiques dépoussièrent une fois encore nos regards sur la période révolutionnaire. C’est par exemple le cas avec les livres récents de Jean-Clément Martin (« Les échos de la Terreur » ou son « Robespierre, la fabrication d’un monstre »), « Anatomie de la Terreur » de Timothy Tackett, les « Robespierre » de Marc Belissa et Yannick Bosc ou celui de Marcel Gauchet - autant de lectures stimulantes.

- Heureusement, Joêl Pommerat nous fait revivre de l'intérieur les enjeux politiques et dramatiques de la période 1789-1792 avec un sens fabuleux du théâtre dans sa pièce créée en 2015 à Nanterre, "Ça ira - Fin de Louis", reprise en ce moment jusqu'au 2 juin au Théâtre de la Porte Saint-Martin. A ne pas rater, précipitez-vous !

On le voit, la guerre idéologique fait rage - et la Révolution française en est bien le coeur, avec ses enjeux d’une brûlante actualité.

PS : en guise de désintox, à ne pas rater.   https://www.arretsurimages.net/emissions/arret-sur-images/bern-deutsch-tout-est-fait-pour-susciter-lempathie-pour-marie-antoinette?utm_source=gazette%2B-%2Babonnés&utm_campaign=fc58bd0ce7-gazette_20190510&utm_medium=email&utm_term=0_bd520e065e-fc58bd0ce7-196466565

 

81ahjxaxvol-ac-ul872-ql65
71tqwfdm4al-ac-ul640-ql65

   
61of0el-fsl-ac-ul872-ql65
 
 
 
81hio6ge41l-ac-ul872-ql65
 
71pjzr8yt-l-ac-ul872-ql65



Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.