Marc Humbert
Professeur émérite d'économie politique, Vice-président de l'association des convivialistes
Abonné·e de Mediapart

22 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 mai 2022

L’idéal anarchiste égalitaire

Lors de la Révolution, les Enragés voulaient : « assurer à jamais le bonheur du peuple, par la vraie démocratie. » C’est à dire donner au peuple non seulement la liberté mais aussi une égalité véritable, une égalité économique. Robespierre n’y voyait qu'une chimère et préférait plutôt « rendre la pauvreté honorable que de proscrire l’opulence ». L’idéal anarchiste n’arrivera pas à se concrétiser.

Marc Humbert
Professeur émérite d'économie politique, Vice-président de l'association des convivialistes
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’idéal anarchiste égalitaire

Après la chute de Robespierre, la Grande Terreur poursuit une révolution radicale échevelée. Elle transformait en condamnations et exécutions les conflits incessants qui survenaient au sein des conventionnels élus quand ils discutaient de la meilleure manière de faire le bonheur de tous, de réaliser l’émancipation. S’installe alors un Directoire qui veut surtout gérer le pays.

Il reste cependant des révolutionnaires qui entendent assurer le bonheur de tous et qui sont guidés par des penseurs et des leaders qui continuent à chercher et à faire des propositions pour y parvenir. Babeuf est de ceux-là. Il lutte avec son journal contre les thermidoriens qui ont condamné Robespierre et contre la dictature du Directoire qui a dissout la Convention. Il est à certains égards dans la suite du Manifeste des Enragés de Jacques Roux[1] qui veut prendre en charge les revendications populaires. Il soutient la « révolution des Égaux » qui, entre autres, veut faire admettre les femmes dans les clubs. Il affirme en 1795 dans son journal : « Les gouvernants ne font des révolutions que pour gouverner. Nous en voulons enfin une pour assurer à jamais le bonheur du peuple, par la vraie démocratie. » Le groupe publie des pamphlets réclamant l’abolition de la propriété privée, de la monnaie.

L’idéal poursuivi est celui d’une Égalité totale qui ne saurait être contrainte par des institutions ; un autre précurseur de cet idéal, l’Anglais William Godwin, détaille (1793) les abus des institutions les plus consacrées, même celle du mariage. L’idéal est de faire échapper la société et les individus qui la composent, à l’emprise de l’État et des institutions en place qui cristallisent, dans une hiérarchie de pouvoirs dont ceux que confère la propriété privée, l’administration d’un ordre politico-religieux. La conjuration des Égaux sera combattue et éliminée par le Directoire et Babeuf sera arrêté, condamné et exécuté en 1797.

Dans aucun pays au monde, une société des Égaux, sans État, sans propriété privée, sans monnaie, ne verra le jour, mais l’idéal en sera discuté, explicité, aménagé, comme théorie de la société par des intellectuels et militants, en particulier en France avec Proudhon le premier à s’être qualifié d’anarchiste à partir de 1841. Et bien d’autres intellectuels comme Mikhaïl Bakounine ainsi que de nombreux mouvements libertaires dans le monde entier vont continuent d’essayer de propager des idées pour sortir de cette manière du libéralisme tel qu’il est pratiqué un peu partout.

L’idéal anarchiste nous montre que le couple « Égalité et Liberté » est contradictoire dans le discours libéral. Depuis Locke la propriété privée est considérée comme un droit qui garantit la liberté tandis que la liberté et le travail permettent au méritant de faire croître ce qu’il détient légalement comme propriété privée. Robespierre et les révolutionnaires ont garanti la propriété privée, comme un droit, ce qui est repris dans toutes les déclarations libérales des droits, jusqu’à la déclaration universelle de 1948. Cela lui parait juste, sous réserve que ce droit, comme la liberté, soit borné pour chacun par les droits d’autrui. Mais pas question d’entendre « égalité » au sens de « égalité économique ». Robespierre affirme[2] « l’égalité des biens est une chimère. Pour moi, je la crois moins nécessaire encore au bonheur privé qu’à la félicité publique. Il s’agit bien plus de rendre la pauvreté honorable que de proscrire l’opulence ».

C’est dire que le gouvernement par le peuple, la démocratie, c’est Égalité et Liberté pour le domaine politique : toutes les libertés d’expression et bien sûr, droit de vote, droit d’être élu, droit de faire les lois, égalité devant la loi, égale honorabilité quelle que soit la fortune. Mais la démocratie s’accommode des inégalités économiques, de l’opulence, c’est-à-dire d’une « Liberté » combinée avec une « Inégalité » dans le domaine de l’économie. Le bonheur et l’émancipation d’un individu n’ont rien à voir pour Robespierre avec sa situation économique. Mais pour les anarchistes tels que Bakounine l’a exprimé, la liberté n’est rien sans une égalité de fait, c’est-à-dire sans une égalité économique et sociale ; l’égalité réduite à l’égalité politique est une illusion d’égalité. Les tenants de cette position vont se retrouver souvent aux côtés des révolutionnaires comme le fut par exemple Kropotkine.

À côté de cet anarchisme égalitaire et libéral individualiste refusant le poids des institutions, vont se développer d’autres visions qui s’appuient sur une institution commune, de taille variable mais qui en fait une démarche où une part de la liberté individuelle est abandonnée à un collectif. Parmi ces visées idéales teintées en quelque sorte de collectivisme – ou de holisme[3]- s’est particulièrement distingué l’idéal communiste de Fraternité ; je vais examiner maintenant comment il s’est formé et développé.

[1] Dans son manifeste présenté en mai 1793 Jacques Roux affirmait « « La liberté n'est qu'un vain fantôme, quand une classe d'hommes peut affamer l'autre impunément ».

[2] Discours du 24 avril 1793 devant la Convention.

[3] Au sens sociologique “holisme » s’oppose à « individualisme » et signifie que le collectif impose une bonne part de leurs actions aux individus et n’est pas seulement le résultat des actions et interactions individuelles libres.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ». Premier volet de notre série sur la guerre des espionnes.
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet d’édition
Entretien avec Manuel Bauer, réalisateur du film documentaire « Vida férrea »
Entretien réalisé par Alice Langlois qui a mené un terrain anthropologique dans la région minière traversée par le film et le critique de cinéma Cédric Lépine, à l'occasion de la présentation du film « Vida férrea » à Visions du Réel, festival international du film documentaire de Nyon (Suisse) en 2022.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Les perdus de Massiac
Par quel bout le prendre ? Dénoncer l'incompétence catastrophique et l'inconséquence honteuse de la SNCF ou saluer les cheminots qui font tout leur possible pour contrebalancer l'absurdité du système dont ils sont aussi victimes ? L'État dézingue d'abord chaque secteur qu'elle veut vendre au privé de manière à ce que la population ne râle pas ensuite...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Transition écologique... et le train dans tout ça ?
La transition écologique du gouvernement en matière de transports ne prend pas le train ! Dans un billet, le 3 août, un mediapartien dans son blog « L'indignation est grande », dénonçait le « mensonge d’État » concernant l’investissement ferroviaire. Deux émissions sur France Culture sont révélatrices du choix politique de Macron-Borne ! Saurons-nous exiger le train ?
par ARTHUR PORTO
Billet de blog
Relancer les trains de nuit et améliorer l'infrastructure créera des emplois
[Rediffusion] Lorsque le voyageur se déplace en train de nuit plutôt qu’en avion, il génère davantage d’emploi. La relance des trains de nuit peut ainsi créer 130 000 emplois nets pendant une décennie pour la circulation des trains, la construction du matériel et l’amélioration des infrastructures. Bénéfice additionnel : les nouvelles dessertes renforceront l’attractivité des territoires et l’accès à l’emploi.
par ouiautraindenuit