Marc Humbert

Professeur émérite d'économie politique, Vice-président de l'association des convivialistes

Rennes / Saint-Malo - France

Sa biographie
Professeur émérite d'économie politique à l'Université de Rennes (France), Marc Humbert a créé en 1980 le concept de Système Industriel Mondial, une théorie alternative à la théorie standard de la Division Internationale du Travail. Elle aide à comprendre l'interminable course technologique internationale et à surmonter les impasses des théories critiques du développement. Ses recherches empiriques ont surtout porté sur le Mexique, l’Amérique Latine, le Japon et l’Asie et les secteurs de l’agriculture et de l’électronique, mais aussi sur la Bretagne et l’Europe. Ses travaux l’ont conduit à essayer de dépasser les approches économiques et c’est avec cet objectif qu’il a cofondé en 2002 le projet international PEKEA pour construire "une connaissance politique et éthique des activités économiques". Cela été pour lui, le démarrage de la deuxième partie de sa vie intellectuelle. Il a initié et co-anime depuis 2010 le mouvement d'idées "convivialiste" en s'inspirant du concept de "convivialité" d'Ivan Illich et a co-fondé en 2021 l'internationale convivialiste. Il Ia surtout publié des articles dans des revues scientifiques et des rapports dans des revues internationales. Comme ouvrages en français, sur la première période de sa vie intellectuelle on peut citer : L'Europe face aux mutations mondiales, (1993, coord.), Paris, Economica. La nouvelle micro-informatique : du PC au NC (1997) Paris, Economica. La Bretagne à l'heure de la mondialisation (2002, coord.) Rennes, PUR. Et sur la deuxième et actuelle période : La démocratie au péril de l’économie (2006 coord.avec Alain Caillé), Rennes, PUR. De la convivialité – dialogues sur la société conviviale à venir (2011) avec Alain Caillé, Serge Latouche, Patrick Viveret, Paris, La Découverte. Le manifeste convivialiste- déclaration d’interdépendance (2013) avec 62 co-auteurs, Paris, Le Bord de l’eau. Vers une civilisation de convivialité – travailler ensemble pour la vie en prenant soin l’un de l’autre et de la nature (2014), Rennes, Editions Goater. Reconstruction de la société – Analyses convivialistes (2017, coord.) Rennes, PUR. Second Manifeste convivialiste – Vers un monde post-néolibéral (2020) avec 275 co-signataires de 33 pays sous le nom de Internationale Convivialiste, Paris, Actes Sud. site internet: https://www.altersocietal.org/
Son blog
7 abonnés Le blog de Marc Humbert
Voir tous
  • L’idéal anarchiste égalitaire

    Par
    Lors de la Révolution, les Enragés voulaient : « assurer à jamais le bonheur du peuple, par la vraie démocratie. » C’est à dire donner au peuple non seulement la liberté mais aussi une égalité véritable, une égalité économique. Robespierre n’y voyait qu'une chimère et préférait plutôt « rendre la pauvreté honorable que de proscrire l’opulence ». L’idéal anarchiste n’arrivera pas à se concrétiser.
  • L’idéal libéral républicain forgé par la Révolution française

    Par
    La France est fière de son esprit républicain avec sa trilogie Liberté Égalité Fraternité qu’on pense parfois acquise le 14 juillet 1789. Ce n’était encore que graines semées dans la violence et la terreur. Il faut cependant se rappeler l’action des révolutionnaires. Elle est le soubassement du républicanisme qui, après bien des péripéties, vit le jour à la fin du 19ème siècle.
  • Avatars de l’idéal d’émancipation issu des Lumières

    Par
    Pour comprendre la situation présente il faut réinterroger les principaux moments de la longue histoire mouvementée qui depuis les Lumières ont cherché à mettre en application sa promesse d’émancipation. Autant de difficiles efforts pour mobiliser massivement autour d’une vision commune. Dressons en premier la liste des cinq visions idéales ayant tenté de forger un monde « moderne », enchanteur...
  • Résistances sociétales historiques à l’impérialisme politique et culturel libéral

    Par
    En dépit de la performance du rouleau compresseur de la domination occidentale, des sociétés ont résisté au-delà des conflits militaires et politiques et vivent, aujourd’hui encore, autrement que selon le modèle de la modernisation libérale. Je veux aussi rappeler les résistances déployées au sein des sociétés européennes elles-mêmes pour échapper à leur dissolution dans des sociétés de marché.
  • Autojustification de l’emprise Euro-occidentale sur la planète

    Par
    Au cours de l’histoire les sociétés se sont organisées, centrées en général sur leur propre fonctionnement, rivalisant souvent avec leurs voisines, parfois jusqu’à les annexer ; un processus qui construisit par exemple le vaste monde chinois. Quelques-unes se sont convaincues d’avoir une mission universelle et de devoir convertir toute l’humanité à leur manière de vivre.