Parents : Comment bien préparer votre rentrée !

Il reste à vos enfants quelques jours de vacances. Vous allez peut-être rencontrer le directeur de l’établissement scolaire qu’ils fréquentent. Cet article décrit les comportements de l’autorité et la relation au pouvoir dans la société française. Comme dans le billet précédent vous trouverez les fondements du management interculturel selon G. Hofstede, appliqués à la vie quotidienne.

Le changement d’établissement de mon fils lors de son arrivée au lycée a donné lieu à un rendez-vous avec le proviseur du potentiel futur établissement. Arrivés 10 minutes en avance et après nous être annoncés au secrétariat, nous attendons notre tour. Après une vingtaine de minutes, l’assistante ferme son bureau et quitte l’établissement. Quelques minutes après, le proviseur sort pour raccompagner une famille puis rentre dans son bureau avec une autre. Comme je pensais que c’était notre tour, je lui demande poliment quand nous serons reçus. Il me répond « quand j’aurai terminé avec ces personnes ».

L'attente du directeur est-elle culturelle ou normale ? © Marc L'attente du directeur est-elle culturelle ou normale ? © Marc

La famille sort après une quarantaine de minutes et c’est enfin à nous. Je suis personnellement très gêné par le fait d’inscrire mon fils dans cette école. Ce dysfonctionnement est-il exceptionnel ? Je suis inquiet sur la capacité du chef d'établissement à accompagner des adolescents dans leur développement. Son fonctionnement personnel, ainsi que l’esprit d’équipe qui anime la direction sont fondamentaux pour l’efficacité des enseignants. Cela impacte directement l’acquisition des connaissances par les élèves. La décision finale revient à mon fils, mais en tant que parent d’élèves, je ne suis pas en confiance. J’ai la conviction que le leader doit être exemplaire. Être chef c’est plus de devoirs et de responsabilités et non pas plus de droits. Comment ce directeur de lycée va-t-il confronter les élèves en retard ?

 

Comment démarrer l’entretien de façon constructive ?

Je ressens un mélange de colère et d’inquiétude. Si je laisse mon fils choisir cet établissement l’aurais-je accompagné correctement dans son choix ? Par ailleurs, j’attends quelques explications du proviseur. L’exactitude est la politesse des rois. Comment faire remarquer à quelqu’un que le temps dont je dispose n’a aucune raison de valoir moins que le sien, cela sans le vexer ? Il est essentiel de le faire observer sans paraître ni arrogant ni agressif, tout en restant assertif… Vaste programme ! C’est un peu mon métier de conseil en management. Il y a des limites, dans quelle mesure ont-elles été franchies ? Il y a aussi l’empathie : reconnaître l’intention positive de l’autre. Elle existe, mais elle est parfois difficile à repérer…

 

Qu’est-ce que l’indice de distance hiérarchique ?

Il s’agit de l’attente et de l’acceptation des inégalités par les gens ayant le moins de pouvoirs dans une société et par extension dans une organisation. Le graphique ci-dessous nous montre que l’indice de distance hiérarchique en France est le plus élevé de tous les pays de l’OCDE. Dans les entreprises, cela aura pour conséquence que les salariés et les collaborateurs ont une tendance plus forte à accepter une certaine distance hiérarchique de la part de leur manager. Cette différence sera élevée par rapport aux styles de management d’équipes pratiqués dans les pays anglo-saxons. Les principes de management interculturel en vigueur dans un pays suivent le fonctionnement de la société. Ainsi l’autorité acceptée par les élèves et les parents d’élèves dans un pays suivra l’indice de distance hiérarchique. Ce qui se passe à l’école se passe dans l’entreprise.

 

Indice de distance hiérarchique selon Hofstede © G. Hofstede Indice de distance hiérarchique selon Hofstede © G. Hofstede

Quelles seraient les réponses d’un directeur d’école dans un pays à indice de distance hiérarchique moins élevée ?

Le directeur demande à mon fils ce qui l’amène ici. Je le laisse terminer et l’interroge sur les raisons de notre attente dans le couloir pendant 50 min.

Le proviseur : « je pense que vous avez été prévenus par mon assistante ».

Moi : « absolument pas ».

Je ne suis pas client. Je n’ai aucune raison d’intervenir sèchement contre un « service » de mauvaise qualité. Il y a cependant un problème de courtoisie, peut-être un problème plus profond d’organisation au niveau de la direction d’établissement. J’ai du mal à accepter. Nous sommes en plein dans la pertinence de l’indice de distance hiérarchique. Je suis français et j’ai grandi en France, mais j’ai travaillé et étudié dans de nombreux pays où l’indice de distance hiérarchique était nettement moins élevé que chez nous. Notamment dans les pays anglo-saxons.

Dans ces pays, les parents n’auraient pas accepté l’autorité du proviseur de la même manière. Je suis convaincu que le proviseur n’aurait pas pris le risque de faire attendre les familles. Une scène similaire pourrait se produire en Russie, dans certains pays d’Asie comme la Chine, mais très rarement en Scandinavie ou dans les pays anglo-saxons.

 

  • Faut-il chercher à comprendre ?

Dois-je insister et si oui pourquoi ? Cela n’est pas nécessaire en soi. Le temps est perdu. En revanche, je souhaite savoir quelles sont les croyances qui entourent l’attitude de cet homme. Je fais le choix de continuer « l’exploration ». Prenant ma voix la plus douce possible, j’ose un timide « qu’est-ce que cela vous ferait à vous, Monsieur, d’attendre 50 min dans un couloir, sans être prévenu » ? Dans ma posture de consultant interculturel, quelque chose ne me semble pas juste. Vais-je réellement confier mon fils à une institution dirigée de cette façon ?

Le proviseur m’explique que c’est normal. Certains rendez-vous durent plus longtemps que d’autres. « S’il faut 20 minutes pour recevoir un futur lycéen nous prenons 20 minutes. S’il faut une heure, nous prenons une heure. C’est comme chez le médecin », ajoute-t-il fièrement. J’entends cette logique. Je la respecte. De là à ne pas prévenir les personnes qui attendent avec un simple « j’ai un peu de retard, revenez d’ici une demi-heure »… Nous sommes à la fois dans le manque de courtoisie bien sûr, mais surtout dans la caractéristique d’un indice de distance hiérarchique élevée. Il n’y a pas de mal à cela. Il s’agit simplement d’une différence dans la communication interculturelle. Dans certains pays, cela est normal. Dans d’autres, cela n’est pas acceptable. Ce qui se passe à l’école se passe aussi dans le management des équipes interculturelles. Au fond de moi, je remercie cet homme. Cette expérience constitue une belle validation du modèle de management interculturel d’Hofstede. Ce modèle est destiné à la formation des managers. La base des travaux de cet auteur est de nature anthropologique. Il a commencé par étudier les sociétés (les systèmes scolaires en font partie) et la vie au quotidien.

  • Et le management interculturel dans le cas présent ?

Le modèle de management interculturel est utilisable aussi bien dans les entreprises que pour comprendre le système scolaire. Pour le lycée, l’indice de distance hiérarchique représente la façon dont les parents vont accepter ou non l’attitude du proviseur. Ici, mon attitude n’est pas du tout française. Avec un indice à 69, la majorité des familles françaises vont accepter la situation. Leur attitude sera probablement différente dans les pays scandinaves.

Pour finir, je n’ai pas influencé mon fils, en tout cas pas consciemment, dans le choix du lycée. Le destin a fait qu’il n’a pas retenu cet établissement.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.