Marc PRAGER
Auteur et formateur en management interculturel
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 avr. 2020

L'avenir de l'Australie en Asie : comprendre la complexité interculturelle

Évoluer dans un contexte géopolitique ouvert ou mondial n'est plus un choix. L'Australie est aujourd'hui connectée et culturellement diversifiée, et l’avenir économique de l’Australie se situe dans la région asiatique. Quarante-cinq pour cent des Australiens sont nés à l'étranger ou au moins un de leurs parents l'est.

Marc PRAGER
Auteur et formateur en management interculturel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans les entreprises, une grande partie de notre rôle de consultant management interculturel, consiste à éduquer nos clients sur les réalités de l'Asie. Nous avons constaté que l'Asie était souvent considérée comme "une région traditionnelle, mais pauvre et qui a besoin de l'"aide australienne", plutôt que comme une destination commerciale.  Il est intéressant d'examiner l'origine de ces perceptions.

Les images de l'Asie que nous pouvons observer dans les médias sont moins souvent sont celles de personnes comme vous et moi qui travaillent à l’étranger. Elles le font dans un environnement mondialement connecté. L'Asie est une destination commerciale clé de nombreuses économies asiatiques qui connaissent la croissance la plus rapide au monde.

La culture ne consiste pas seulement à reconnaître les symboles de surface et les indices visuels de la différence culturelle.  De tels symboles peuvent facilement nous égarer, et nous entendons souvent que la différence culturelle est minimisée en raison de l'apparence de similitudes : la culture devient la même partout, les gens boivent des cafés du Starbucks et portent des jeans de même marque. Ils déjeunent dans les mêmes chaînes de restauration rapide. Les clients pratiquent trop souvent la « malbouffe ». Et cela de façon relativement uniforme de Pékin à Sydney en passant Hong Kong.

Les différences culturelles

Pour comprendre la différence culturelle, il faut explorer : la différence de valeurs, de croyances et de visions du monde. À cela s’ajoutent leurs origines et les implications sur la façon dont les gens agissent et interagissent dans le monde.  Par exemple, pour qu'un ingénieur australien soit efficace lorsqu'il travaille sur un projet d'infrastructure en Chine, les compétences techniques ne suffisent pas.  La connaissance de la culture fera souvent la différence. Elle expliquera peut-être une partie des retards dans la construction d’un pont.

Pour permettre la construction d'un pont, il est important de pouvoir diriger une équipe interculturelle, de négocier avec les hauts fonctionnaires et de communiquer clairement avec les principaux membres de l'équipe du projet.

Les différences culturelles en Asie. Les apports du modèle de management interculturel d'Hofstede © Marc Prager

Ces compétences sont développées grâce à une compréhension de la vision du monde des homologues, de leurs origines culturelles et, idéalement, des capacités linguistiques locales.

La collaboration interculturelle est de plus en plus complexe.  Nous sommes appelés à aider des équipes mondiales à collaborer dans un environnement virtuel en ligne. Soyez préparés à travailler par exemple avec l'équipe de direction d'une grande multinationale qui comptait des membres clés de plus de dix cultures asiatiques et d'un bureau australien.  Lorsque l'équipe est réunie, nous nous mettons d'accord sur un processus commun. Nous avons fixé des objectifs communs et des normes comportementales.

Peut-on parler d'intelligence culturelle ?

La flexibilité comportementale, la conscience de ses propres préférences culturelles constituent la capacité à développer des relations de travail étroites avec les autres. Ce sont des compétences essentielles. Les membres de l'équipe australienne se sont engagés à écouter plus qu'à parler, leurs collègues japonais à partager leurs opinions lorsqu'on le leur demandait, les Thaïlandais à partager des commentaires constructifs. La "sensibilisation" culturelle ne suffit pas. Si quelqu'un doit être un bon leader, il doit avoir envie de découvrir la "sensibilisation au leadership". La sensibilisation est essentielle et c’est la première étape. Ensuite, le développement des compétences suivra.  Des recherches approfondies montrent que les personnes qui sont les plus efficaces dans toutes les cultures ont des compétences interpersonnelles très développées, de l'empathie, une conscience de soi et une tolérance pour l'ambiguïté.  Ces compétences font de nous de meilleurs citoyens et des membres à part entière de la société.  La capacité à reconnaître la force et votre habileté à négocier fera la différence. Vous réussirez à obtenir des résultats mutuellement bénéfiques. Ce sont des compétences essentielles dans un monde en mutation rapide.  L'apprentissage approfondi d'autres cultures est un moyen essentiel de développer ces compétences.

Les problèmes auxquels nous sommes confrontés en tant qu'Australiens ne peuvent pas être résolus par des connaissances techniques.  Nous sommes confrontés à des défis mondiaux : la crise économique mondiale, le réchauffement climatique et la rareté des ressources n'en sont que quelques exemples. La capacité de l'Australie à s'épanouir et à prospérer en tant que nation dépend de la capacité à collaborer avec ses voisins pour trouver des solutions. Il en va de même avec le virus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Ce soir, reportage à la frontière avec la Biélorussie, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. Et nos invitées : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige