"Lazarus Mirages ": le scepticime scientifique et l'esthétique du complot

  Lazarus Mirage est un projet internet "multiplateforme" (utilisant le web, les téléphones portables, etc) tout a fait fascinant, et qui pose plus de question qu'il n'y répond.Il se présente comme un projet d'un homme défendant le "scepticisme scientifique" et proposant de démythifier un certain nombres de faits, de connaissances ou d'opinions largement répanduesdans le même esprit que les sites "zététiques". Mais ce qui est étrange c'est l'esthétique utilisée, trés orientée "théorie du complot" et masque à la "Anonymous"

 

Lazarus-mirages_Mystifications_01.jpg

 

Lazarus Mirage est un projet internet "multiplateforme" (utilisant le web, les téléphones portables, etc) tout a fait fascinant, et qui pose plus de question qu'il n'y répond.Il se présente comme un projet d'un homme défendant le "scepticisme scientifique" et proposant de démythifier un certain nombres de faits, de connaissances ou d'opinions largement répanduesdans le même esprit que les sites "zététiques". Mais ce qui est étrange c'est l'esthétique utilisée, trés orientée "théorie du complot" et masque à la "Anonymous"

lazarus-mirages.png

 

"Lazarus Mirage" c'est un site web "full flash" (prévoir un ordinateur assez puissant et armez vous de patience pour charger les animations) mais aussi un blog, et une série de vidéo sur Daillymotion. Bref un ensemble de vecteurs au service d'un projet. Mais quel projet exactement ? C'est ainsi que l'équipe d'animation ne se donne jamais comme telle, et cache ses objectif dérrière une esthétique longuement travaillée. Le résultat est bluffant, un espéce de mixte d'une esthétique qui emprunte au roman noir "gothique" du XVIII° siècle, aux différentes théories du complot mais aussi au design de la série télé "wild wild west" (plus connu par chez nous sous le titre "les mystères de l'ouest") Il y a ainsi une tension entre le propos du site (qui fait appel à la "raison", aux faits démontrés de façon matérialiste) et l'esthétique qui elle est pleine de mystéres et d'illusions, comme sur un vieux spectacle de magie "à l'ancienne"

Ce projet (comme d'ailleurs on peut le constater en qualifiant la qualité et le professionnalisme de sa réalisation) n'est pas un "petit projet". Il a d'ailleurs suscité l'intéret de grands professionnels, comme ci dessous le grand game designer et concepteur d'espaces internet Igal Kohen, interwievé par la revue du documentaire 3WDOW

 

Lazarus-mirages_Mystifications_01.jpg

3WDOC : « Qu’est-ce qui t’a plu dans cette production lazarus-mirages.net ? »

Igal Kohen : « Il ont mis les moyens, et c’est donc de très bonne facture en effet, plein de bonnes idées. Puis on commence à sortir des codes traditionnels fiction et documentaire. Ici, c’est un véritable essai, et le dispositif mis en place pour faire passer le message ne me gène pas le moins du monde, bien au contraire. Ils utilisent simplement les armes de leurs ennemis. Le sujet du projet est le scepticisme, un vrai courant de pensée en plein développement, que j’avais découvert dans le formidable best-seller « Le Cygne Noir » de Nassim Nicolas Taleb. Ainsi, si le but est de voir au delà des discours politiques, religieux ou économiques consensuels, alors ils ont au moins besoin, eux-aussi, des armes du récit. Un personnage mystérieux, Une esthétique un peu fascisante, des effets spéciaux, et une écriture inspirée, voilà des attributs du récit qui me plaisent bien, et qui sont tout à fait en rapport avec l’ambition du projet.

Esthétiser un projet par certains attributs du récit, c’est quelque chose de courant dans le documentaire anglophone, alors qu’en France, l’héritage de la télé et son formatage journalistique empêchent de pousser ce genre de partis-pris. Récemment, la version TV de « Manipulation » à opté pour une narratrice personnifiée très efficace pour raconter l’histoire des scandales de la République depuis 20 ans. On rentre dedans avec d’autant plus d’intensité.

C’est, dans une bien moindre mesure, l’ambition que j’avais dans mes deux courtes animations sur la crise : http://vimeo.com/13149061 / http://vimeo.com/12459574 »

3WDOC : « Quels sont vos projets avec ton associé Marine de Saint Seine au sein de PIW (Progress In Work) ? »

Igal Kohen : « Ta citation d’Orwell est très à propos : « Le langage politique est destiné à rendre vraisemblables les mensonges, respectables les meurtres, et à donner l’apparence de la solidité à ce qui n’est que vent. » Nous avons justement un projet sur le récit politique, le fameux storytelling. Chez nous, ce récit est en effet enseveli sous une tonne de communication (voir Borgen ou Les hommes de l’ombre) alors nous allons chercher une parole politique plus « véritable » à l’autre bout du monde, en Papouasie Nouvelle Guinée! Le pays organise ses élections générales quelques semaines après nos présidentielles, quelques mois après la Russie, quelques mois avant les USA. Dans cette grande année électorale, nous voulons voir comment se construit ce récit, voir ce qui se cache derrière, et tenter de déceler un brin de morale chez les politiciens d’un des pays les plus corrompus de la planète. C’est donc un miroir que nous voulons tendre au spectateur, mais c’est aussi une histoire prenante en soi, que nous voulons raconter. Le teaser très bientôt :)

Sinon nous sommes sur des projets webdoc dont on ne peut pas encore beaucoup parler : Une important projet, très immersif et ludique en co-production avec une société de production traditionnelle, et une autre co-production pour une série de webdocs pour le site d’un important musée.

Et finalement, une belle quantité de projets audiovisuels plus alimentaires pour des entreprises et des associations. »

3WDOC : « Parles-nous de la genèse du dernier weboc que tu as produit et réalisé Les Connectés, un web-documentaire sur des octogénaires branchés sur Internet ? »
Igal Kohen : « C’est un projet de mon associée Marine de Saint Seine, à l’origine. Elle est journaliste, et voulait traiter de l’arrivée de plus en plus massive des seniors dans l’écosystème numérique. Une fois les personnages trouvés, elle a découvert que la Délégation aux usages de l’Internet, une structure dépendant du Ministère de l’Enseignement Supérieur, sortait un livre blanc sur l’usage des tablettes par les seniors. Nous les avons rencontré et convaincu de participer au financement du projet. Puis nous avons convaincu le groupe Bayard, par l’intermédiaire du rédacteur en chef du magazine Notre Temps, orienté séniors, de pré-acheter le projet. Une fois les fonds trouvés, nous avons lancé la production : Marine à l’écriture, et à la prise de contact, moi à la mise en scène, au montage et au design, Owni au développement.

Et voilà ! – > http://80ansconnectes.fr

Pour un petit projet comme celui-là, nous avons eu un vrai succès : environ 40 000 vues. »

3WDOC : « Que souhaites-tu pour le webdocumentaire pour l’année 2012 à venir ? »
Igal Kohen : « En 2012, je souhaite que les projets m’immergent de plus en plus efficacement, et tuent une bonne fois pour toute cette irrésistible envie de zapper… »

Lazarus MIRAGES (teaser) © Lazarus Mirages

 

 

 

 

Plusieurs productions de "Lazarus mirage" méritent notre attention.

L'animation interactive consacrée a la religion et celle sur l'homéopathies sont tout à fait convainquantes (mais les arguments n'apportent rien par rapport à ceux démontré par les zététiciens)

La dernière production de "Lazarus mirage" traite de "sexe et cerveau" et est tout a fait intéressante. Elle met en scéne des expériences significatives sur le fonctionnement sexué du cerveau, et remet en cause bien des idées reçues

Les animations sont disponibles ici : http://www.lazarus-mirages.net

Le blog sur les "blogs libération" est disponible ici http://lazarus.blogs.liberation.fr/

Le blog codirigé avec OWNI est ici : http://lazarus.owni.fr

On peut également lire l'entretien accordé par Lazarus au webmagazine "medialab" http://www.transmedialab.org/storytelling-transmedia/rencontre-avec-lazarus-protagoniste-de-lexperience-transmedia-mirages/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.