Un singe vaut il un banquier ? le blog "science étonnante" répond

Il y a longtemps que je n'avais pas conseillé un site web ! C'est chose faite avec celui ci issu du de blog "c@fé des science". Cela fait d'ailleurs plusieurs fois que je voulais vous en parler,Voila le tour de celui ci : science étonnante, s'apppelle t il, et voila un nom qui n'est pas usurpé !

http://sciencetonnante.wordpress.com/2013/11/04/un-singe-ferait-il-mieux-que-votre-conseiller-financier/

Il y a longtemps que je n'avais pas conseillé un site web ! C'est chose faite avec celui ci issu du de blog "c@fé des science". Cela fait d'ailleurs plusieurs fois que je voulais vous en parler,

Voila le tour de celui ci : science étonnante, s'apppelle t il, et voila un nom qui n'est pas usurpé !

rtrisuw.jpg

Qu'est ce que c'est qu'un bon blog de science : c'est à la fois un blog qui parle d'un probléme fondamental de science, d'une façon agréable (voir même remplie d'humour ou de poésie), qui nous fasse rire, réver et surtout réfléchir. Ce n'est pas forcément un site ou tout est prémaché, au risque de nous donner une bouillie sans trop de consistance.

Celui ci m'avait déja séduit via un ancien billet "Pourquoi les glaçons refroidissent-ils (le pastis) ?" Question trés intéressante et qui ouvre des perspectives physiques étonnantes.

Parlons donc du billet que j'ouvre maintenant à votre sagacité !

Il s'agit d'une recherche scientifique trés sérieuse qui permet de savoir si les résultats des traders (ceux qui spéculent en bourse, en achetant et vendant des valeurs) sont dues au talent, a la chance ou à des méthodes de gangster ! Pour cela on compare le résultat d'un panel de traders tout a fait réputer et d'un couple de singes munies de fléchette. Les traders choisissent leurs valeurs en déployant toute la palette de leur intelligence. Les singes eux sortent le "wall street journal", deux flechettes et visent au hasard les valeurs à vendre et à acheter.

chimpanzee-joueur.jpg?w=300&h=289

Le résultat est tout a fait intéressant et va a l'encontre des idées reçues.

Laissons la parole au blog :

Première constatation : si on compare la performance des investisseurs à la performance moyenne du Dow Jones, ils n’ont gagné que 51 fois contre 49 ! À peine mieux que la moyenne, donc.

Heureusement pour eux, dans leur duel contre les singes, les investisseurs ont sauvé l’honneur en battant les primates 61 fois sur 100. Alors d’accord, en moyenne les experts ont gagné, mais quand même 39 défaites sur 100 face à des singes lançant des fléchettes, ça ne parait quand même pas très glorieux pour la profession.

Une fois que les résultats complets ont été rendus publics, plusieurs économistes les ont analysés en profondeur, et ont montré que le cas était même encore un peu plus grave. Ils ont en effet noté qu’il existe un biais significatif dans le jeu : les choix des investisseurs étant rendus publics dans les pages du Wall Street Journal, ils provoquent un effet d’annonce qui fait augmenter artificiellement les cours des actions concernées. D’après plusieurs calculs, si on corrige pour cette hausse anormale des cours, les investisseurs ne font pas mieux que les singes.

Pour corriger le biais, il aurait fallut conduire l’expérience en publiant les choix des investisseurs et des singes dans les pages du journal, mais sans dire qui était qui. Mais comme les choix des investisseurs sont publiés avec une justification, il aurait fallut aussi composer aléatoirement des argumentaires pour justifier les choix des singes, ce qui paraît peu évident (encore que ?).

Évidemment en regardant ces résultats au premier degré, on a envie de conclure que, soit la Bourse c’est vraiment n’importe quoi, soit les investisseurs professionnels sont des charlatans incompétents

Mais loin de conclure que finalement "la finance c'est du pipeau" les spécialistes nous expliquent qu'au contraire, les résultats observés confortent l'hypothése des "marchés efficients" sur laquelle est batie toute la théorie "libérale" et "néo libérale". Sauf qu'il y a un biais inverse, et qui est que la notion de "rationalité des acteurs" qui est au coeur de cette théorie est difficile à saisir et plus encore à évaluer objectivement. Cela ouvre donc à discussion, mais à discussion passionnnante, et nous rappelle que les sciences ne consistent pas a apporter "automatiquement" des réponses, mais à nous aider à poser les bonnes questions. Et ça, ça n'a pas de prix !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.