Marc Tertre
Education populaire (science et techniques), luttes diverses et variées (celles ci qui imposent de "commencer à penser contre soi même") et musiques bruitistes de toutes origines
Abonné·e de Mediapart

140 Billets

10 Éditions

Billet de blog 30 avr. 2022

Miscellannées scientifiques du mois d'avril 2022

Ce mois ci une horloge ultra précise vérifie Einstein, 5 technologies pour la fusion nucléaire, une étude sur l'évolution de l'hépatite B depuis des temps immémoriaux, les sons du vivant, Bertha Parker Pallan Cody une scientifique oubliée, et le livre du mois sur des méthodes mathématiques pour évaluer la manipulation sur les réseaux sociaux

Marc Tertre
Education populaire (science et techniques), luttes diverses et variées (celles ci qui imposent de "commencer à penser contre soi même") et musiques bruitistes de toutes origines
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une horloge ultra précise vérifie Einstein

Une des bases de la physique "moderne" est la théorie de la relativité selon laquelle un champ gravitationnel d'un objet massif déforme l'espace temps de sorte que le temps s'écoule plus vite quand on est proche de l'objet en question. Cet effet s'appelle le "décalage d'Einstein". En 1976 la sonde "GRAVITY PROBE A"a constaté l'existence de cet effet et l'a mesuré comme un décalage d'une seconde tous les 73 ans sur l'orbitre de la sonde.

Mais les horloges ont fait d'énorme progrès, et la dernière (et la plus sophistiqué) d'entre elles, a réussi a mesurer le même effet mais au niveau du sol : c'est un véritable exploit si on considère que l'amplitude de l'effet est vingt milliards de fois moins important ! Ce resultat est due a une technologie de précision en horloge qui utilise des nuages d'atomes piégés dans des faisceaux lasers, et dont on mesure la transition entre deux états électroniques. Le professeur Jun Se de l'université du Colorado a utilisé des atomes de Strontium ultra froids organisés selon des couches organisées verticalement. 

Pour en savoir plus : https://syrte.obspm.fr/spip/science/fop/experiences/article/horloges-optique-a-atomes-froids-de-strontium

Source : Pour la science Avril 2022 page 15

Fusion nucléaire : les 4 modèles de réacteur envisageable

Lq fusion nucléaire est une "grande utopie" scientiste : selon ses thuriféraires, il suffirait de mettre au point un système de "fusion nucléaire" pour qu’aussitôt tous nos problèmes d'énergies (y compris le réchauffement climatique) sont résolus. Évidemment cette forme d'énergie est particulièrement difficile a mettre au point, et rien ne dit qu'elle puisse l’être un jours. Mais le caractère aléatoire d'une utopie n'a jamais empêché personne d'y succomber...

L'histoire est pleine de ces "avancées" qui permettent de parler un jour de "miracle technologique". Il y a effectivement un foisonnement d'initiatives diverses qui s'inscrit dans la perspective d'une résolution "technique" des problèmes causés par le réchauffement climatique. Cet elan s'exprime en particulier dans le développement de technologies nouvelles permettant une fusion nucléaire contrôlée.

De fait, on est encore loin de vraies réalisations industrielles, mais la nécessité de trouver des financements dispose à la multiplication d'arguments plus publicitaire que rigoureusement scientifiques...

5 technologies sont présentées comme particulièrement prometteuses. Elles ne sont pas toutes nouvelles (la premiére ayant plus de 60 ans, mais se présentent comme des technologies "révolutionnaires". Voyons ce qu'il en est :

Réacteur Tokamak sphériques et toriques

Le réacteur de type tokamak est le premier type de réacteur mis au point dans l'union soviétique en 1960 pouvant servir éventuellement à la production d'énergie par fusion nucléaire Un tokamak est un dispositif de confinement magnétique expérimental explorant la physique des plasmas  Il existe deux types de tokamaks aux caractéristiques sensiblement différentes, les tokamaks toriques  et les tokamaks sphériques. 

Dans le tokamak torique, le confinement du plasma est obtenu par l'action d'un "tore", une bobine refermée sur elle même.

Dans le tokamak sphérique, une géométrie particuliére du tore permet de réaliser un dispositif bien plus efficace.

C'est dans un tokamak spérique qu'on a annoncé une avancée importante, annonçant avoir atteint la température de 100 millions de degrés. Cela dit, on en est pas encore à la température nécessaire à la fusion nucléaire (150 millions de degré)

Réacteur Linéaire à collusion de faisceau

des paquets de plasma sont projetés dans une chambre centrale et tournent rapidement à l'intérieur d'un solénoIde (electroaimant formé d'une bobine de fil enroulé)

Stellarator

Le confinement du plasma est entièrement réalisé par un champ magnétique hélicoïdal créé par l'arrangement complexe de bobines autour du tore, alimentées en courants forts et appelées bobines poloïdales.

Réacteur à cible magnétisée

Comme dans les procédés « traditionnels » de fusion nucléaire, Général Fusion prévoit d’utiliser un tokamak (sorte de gros donut en métal dans lequel a lieu la fusion) pour créer et contenir un plasma à 100 000 000 °C à partir d’un champ magnétique. Mais la technologie MTF vise en plus de comprimer ce champ magnétique, via un ensemble de pistons appuyant sur une enveloppe de métal liquide. « La compression permet d’augmenter la densité pour augmenter la rapidité des réactions », explique Michel Laberge à l’Usine Nouvelle.

Source : Pour la science Avril 2022 page 24

Hepatite B : une évolution partagée

Actuellement, on étudie beaucoup (et pour d'excellentes raisons) les "nouvelles maladies" et leurs nouveaux vecteurs. Pour autant, les "vieilles" maladies et épidémies n'ont pas toutes disparues et certaines, malheureusement, continuent de nous toucher et de constituer un probléme majeur de santé. C'est par exemple le cas de l'hépatite B et de son virus, qui partage une longue histoire commune avec l'espéce humaine.

C'est ainsi qu'une équipe de chercheurs et de chercheuses de l'institut Max Planq de Iéna a été amené a étudié les ADN fossiles de virus retrouvé sur des squelettes humains datés de 10500 à 4000 ans, et de retracer l'évolution et l'histoire du virus pendant cette période.

Ils ont ainsi établi que la première version du virus datait de la fin de la première période glaciaire, de 20000 à 12000 ans, c'est à dire aprés la sortie d’Afrique par Homo sapiens. Ils ont aussi noté la séparation en deux lignées indépendante géographiquement, la branche amerindienne et la branche asiatique. Le virus connait ensuite certaines évolutions, qui peuvent signifier une diminution de sa virulence, ou pas. C'est ainsi que la perte d'une protéine de surface a entraîné le passage du variant WEMBA aux formes A et D que nous connaissons actuellement, et qui sont  au contraire plus pernicieuses

source : pour la science décembre 21 page 9

Une histoire des sons du vivant

Les espèces vivantes n'ont pas toujours été aussi sonores qu’aujourd’hui (le braiment de l’âne, le chant des oiseaux, le klaxon de ) et à l'origine étaient même totalement silencieuses (puisque constituées quasi totalement de micro organismes, et d'animaux a corps mou ne produisant aucun bruit) Le premier animal a produire des sons a été un insecte de la famille des Tettigonidae dont on a retrouvé un fossile sufisament bien conserver pour pouvoir reproduire les stridulations qu'il produisait avec ses ailes Mais on a également retrouvé des cigales, elles aussi produisant des sons particulièrement spectaculaires.

On connait bien entendu les capacités sonores des grenouilles et autres crapauds (celles et ceux qui habitent pret de ces populations sonores pour ne pas dire bruyantes savent de quoi il est question) mais moins celle de la production sonore des dinosaures. C'est ainsi que le T Rex produisait un véritable "klaxon" Mais selon les recherches, les bruits produit par les dinosaures s'apparentaient beaucoup a ceux produits aujourd'hui par des oiseaux , ce qui est normal étant donné que les suivants sont les descendants des premiers...

Sources : pour la science avril 2022 page 56

la vanille sauvage en voie de disparition

De nombreuses espèces de plantes  "sauvages" à l'origine de leur variantes "cultivées" sont menacées d'extinction. C'est le cas de la vanille sauvage, dont la formation ne peut se faire qu'aprés fertilisation d'une seule espèce d'Abeille, malheureusement en voix de disparition...  

Source : pour la science novembre 2021 page 9

Bertha Parker Pallan Cody la première archéologue amérindienne

Bertha Parker Pallan [Cody] (1907-1978) est considérée comme l'une des premières femmes archéologues amérindiennes. Toute jeune, elle accompagnait son père éminent archéologue sur ses fouilles. . Elle est surtout connue pour avoir fait la découverte des plus vieux ossements humains aux États-Unis, sur le site Gypsum Cave. Elle n'avait pas une formation universitaire, ce qui ne l'a pas empêché d'écrire de nombreux comptes rendus de ses recherches dans les revues scientifiques à comité de lecture du secteur. Elle a également participé comme conseil a la préparation de plusieurs films qui cherchaient une certaine rigueur dans la représentation de la vie amérindienne.

Le livre du mois : quand les mathématiques nous permettent de comprendre les manipulations sur internet

Est ce que les mathématiques peuvent nous aider a comprendre les tentatives de manipulation sur les réseaux sociaux ? Ce livre écrit par un des spécialistes de cette discipline tente de nous donner des outils pour comprendre et agir, pour ne pas se laisser manipuler.

Il est  courant de voir les "réseaux sociaux" et l'importance qu'ils ont pris dans la vie politique au moyen des outils de la sociologie ou des sciences de l'information et de la communication. Les mathématiques peuvent etre un moyen extrêmement efficace pour comprendre leur fonctionnement et donner des mesures quantitative et qualitative pour comprendre des phénoménismes complexes.

Un des résultats obtenus par ces methodes nous permet de comprendre comment les guerres culturels de l'alt right  (la droite "alternative" incarnée pour nous par Trump) sont repris par des agents français et comment ces méthodes politiques entrent en résonnances avec la logique industrielle et commerciale des principaux réseaux sociaux. 

présentation par l'éditeur :

« Le 5 mai 2017, durant l’entre-deux-tours de la présidentielle, un tweet révèle des milliers de courriels de l’équipe d’En Marche. Il sera massivement relayé pour tenter de faire basculer l’opinion, et avec elle l’élection.
Qui était à la manœuvre de ces MacronLeaks ?
Le GRU russe, qui aurait hacké les boîtes mail, l’alt-right, l’extrême droite française… et 20 000 bots, des robots pilotés par intelligence artificielle. »
D’élection en élection, une lame de fond s’abat sur chaque citoyen : les réseaux sociaux nous manipulent et déchirent notre tissu social. De fait, la science révèle notre dangereuse inadaptation à la nouvelle donne numérique. Comment se prémunir des intoxications à l’heure du vote ? Une analyse stupéfiante doublée de pistes concrètes, tant individuelles que collectives, pour nous protéger et préserver nos démocraties.

Référence bibliographique :

david Chavalarias toxic data Flammarion mars 2022 289 pages

Pour approfondir le sujet :


Un domaine d’interaction entre les mathématiques et les sciences sociales : les réseaux sociaux : Alain Degenne Mathématiques et sciences humaines, tome 104 (1988), p. 5-18

http://www.numdam.org/article/MSH_1988__104__5_0.pdf (site consulté le 19/05/2022)

Le militantisme politique à l’ère des réseaux sociaux David Chavalarias, Noé Gaumont, Maziyar Panahi  dans  Réseaux 2019/2-3 (n° 214-215), pages 67 à 107

https://www.cairn.info/revue-reseaux-2019-2-page-67.htm (site consulté le 25/05/2022)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire