Alan Turing, mathématicien et martyr

  On commémore aujourd'hui le centenaire de la naissance d'Alan Turing, un des scientifiques les plus atypiques du XXe siècle. Père des ordinateurs modernes, en particulier pour leur conception théorique où ses recherches continuent d’être d’actualité, sa contribution à la victoire des alliés pendant la Seconde Guerre Mondiale est décisive.

 

p00v2b0b.jpg

 

On commémore aujourd'hui le centenaire de la naissance d'Alan Turing, un des scientifiques les plus atypiques du XXe siècle. Père des ordinateurs modernes, en particulier pour leur conception théorique où ses recherches continuent d’être d’actualité, sa contribution à la victoire des alliés pendant la Seconde Guerre Mondiale est décisive.

Celle ci sera mal payée de retour puisque il sera persécuté en raison de ses positions "pacifistes" qui le contraindront à interrompre ses recherches. Son homosexualité sera dénoncée, on le contraindra a une castration chimique qui l'entraidera au suicide celui ci va  va mettre un terme à une contribution décisive dans l'élaboration de théories mathématiques toutes fascinantes, qu'il s'agisse de la question de la "calculabilité" (et de l'informatique) de l'intelligence artificielle et de la morphogénèse.

alan-turing-robot.jpg

Alan Mathison Turing est né le 23 mai 1912 à Londres. Né d'un père collecteur d'impôts aux Indes et d'une mère partie le rejoindre en 1913, le petit Alan passe de nurses en tuteurs, de familles d'accueil en pensionnats, durant toute son enfance.

Le jeune Turing n'est pas un élève brillant. Ses professeurs le décrivent comme brouillon, inattentif. A l'âge de 15 ans, il rencontre Christopher Morton, interne comme lui, avec lequel il partage la même passion des sciences.Il va tomber follement amoureux de ce dernier, même si sa passion n'est pas partagée. Mais elle le ménera a s'impliquer avec détermination dans l'étude des sciences en général et de la mathématique en particulier, et ce en premier lieu pour séduire son ami. Mais celui ci décédera subitement de maladie, le laissant seul et désemparé. Il se jettra alors à corps perdu dans les études, et sera admis au trés prestigieux "king's collége" de cambridge ou son air "décalé" et son homosexualité affichée ne lui sera jamais reprochée; cette université favorisant les profils "atypiques"

En 1936, Turing part préparer son doctorat à Princeton (États-Unis) où il prend connaissance des travaux d'Alonzo Church auxquels il participe.Assistant à la montée du nazisme, il se rapproche alors des milieux pacifistes non marxistes auquel il restera toujours lié.

De retour à Cambridge, en 1939, il suit avec intérêt les cours de Ludwig Wittgenstein sur les fondements des mathématiques et leur valeur. Le maître et l'élève sont en profond désaccord sur le sujet. Turing défend avec vigueur le formalisme des mathématiques, leur système déductif permettant des calculs logiques précis, corroborant ses théories informatiques. Wittgenstein estime quant à lui que les mathématiques ne sont qu'un outil ne permettent pas de découvrir une seule vérité absolue.

Enrôlé par l'armée anglaise sitôt la guerre commencée, Alan Turing est recruté par les services secrets.

Au début de la Seconde Guerre Mondiale, la marine allemande remporte de nombreuses victoires sur terre et dans les mers. Une des clés de ces victoires est la machine Enigma, une machine à coder électro-magnétique, qui permet à l'état major allemand de transmettre à ses sous-marins des messages indéchiffrables par les services secrets alliés. L'armée britannique réunit à Bletchley Park, un lieu alors tenu secret, 10.000 personnes, essentiellement des "petites mains" - c'est-à-dire des secrétaires chargées des tâches répétitives - mais aussi des chercheurs chevronnés, des calculateurs prodiges, des joueurs de mots croisés, etc... afin de tout faire pour comprendre le mécanisme de la machine produisant le code Enigma puis de son successeur, la Zuse 3.

enigma-8-rotors-1000px.jpg

La machine Enigma dans les années 30

Zuse3-console-800.jpg

La machine Zuze 3 et sa console utilisée pendant la seconde guerre mondiale

La théorie devient alors pratique lorsque, avec d'autres mathématiciens tels Gordon Welchman, Hugh Alexander, and Stuart Milner-Barry, Alan Turing parvient à casser les codes allemands, notamment Enigma. Avant la fin de la guerre, il conçoit une machine électronique, le Kolossus, qui permet de décrypter la plupart des messages allemands. Le fantasme d'Alan Turing repose sur cette machine évolutive, voire intelligente, qui grâce à son cerveau mécanique fonctionnant avec un langage binaire, serait capable de tout numériser, jusqu'à la pensée. Il foprmalise le fonctionnement de tout automate programmable et avance significativement en créant la "machine de tuning" formalisation théorique de ce qu'est un automate programmable. Par essence même, les ordinateurs modernes sont des réalisations concrètes des "machines de Turing".

turingmachine.gif

Dessin d'une machine de turing "théorique"

colossus-400x300.jpg

Ordinateur "Colossus" construit a partir des travaux d'allan turing

Mais la "machine de Turing" se révèle vite obsolète face à l'Eniac, le premier ordinateur "électronique" (jusque là les ordinateurs étaient uniquement constitués de circuits electromécaniques)  Après la guerre, Turing travaille à l'Institut de Physique de Grande-Bretagne à la conception des premiers ordinateurs. Il s'intéresse aussi à la biologie, et particulièrement aux connexions neuronales, avec en toile de fond la question : pourquoi les machines, si douées pour effectuer des calculs rébarbatifs à l'homme, sont-elles si gênées pour simuler les actions les plus naturelles de l'être humain (marcher, prendre un verre...). En 1950, grâce aux puissants ordinateurs construits par d'autres, Alan Turing explore l'intelligence artificielle et propose un test pour définir si une machine est "consciente" ou non. Si un humain ne parvient pas à différencier un être humain d'un ordinateur avec lesquel il communique à l'aide de messages écrits, alors l'ordinateur est comme l'homme, capable de "penser".

eniac1.jpg

L'Eniac, en 1947

Sa fin prématurée est marquée par les persécutions. Son homosexualité choque, mais c'est surtout son pacifisme dans le contexte de la guerre froide qui pose probléme, les services secrets crayant qu'il ne divulgue aux russes des secrets militaires comme tant d'autre universitaires. Le contexte est celui qui ménera quelques années aprés a la fameuse "affaire philby", du nom de cet espion des russes qui recrutait dans les meilleurs univervités britaniques  Il commence par être exclus des recherches scientifiques "sensibles", à commencer par tout ce qui peut toucher à l'informatique.  A la suite d'une sombre histoire de cambriolage (dont il fut la victime), Turing est condamné pour ses pratiques sexuelles "déviantes".Pour échapper à la prison, il doit subir un traitement de castration chimique par prise d'œstrogènes, dont un des effets secondaires est de développer la poitrine.

Le 7 juin 1954, Alan croque une pomme préalablement trempée dans une solution de cyanure. Il est retrouvé mort le lendemain, l'écume aux lèvres.Ce geste lui aurait été inspiré par Blanche Neige et les 7 Nains, où dans une scène la méchante sorcière trempe une pomme dans le bouillon empoisonné. En revanche le fait que le logo d'Apple, une petite pomme croquée, serait un clin d'œil au destin tragique de Turing est une "légende urbaine" qui ne repose sur rien. .

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.