Italie, Stiglitz et JLM

Pays après pays les pays de la zone euro s'enfoncent dans la crise et vont dans le mur. Après la Grèce, le Portugal, l'Espagne, voilà le tour de l'Italie. Dans son dernier livre sur L'Euro Stiglitz montre que sans remise en cause radicale des traités, point de salut. Or seul Jean Luc Mélenchon propose une remise en cause aussi radicale. Les autres candidats de l'arc républicain n'en font rien.

Je suis en train de lire le bouquin de Stiglitz sur l'euro (ècrit fin 2015 et début 2016). Passionnant, parce qu'il explique ce qui est en train de se produire sous nos yeux:

L'euro est devenu une machine à écraser les peuples sous la houlette d'une classe dirigeante aveuglée par le dogme néolibéral en particulier la classe dirigeante allemande.

Tant que l'euro ne sera pas profondément remis en cause dans son fonctionnement actuel, les pays de la zone euro s'enfonceront dans des crises récurrentes et plongeront les peuples dans le gouffre d'un appauvrissement illimité. Il ajoute que les petites rémissions avec une légère reprise de la croissance seront des cache misères de la future prochaine crise. Il démontre comment la monnaie unique avec ses règles de fonctionnement conduit à la divergence des économies. Les peuples du Sud de l'Europe, principales mais pas uniques victimes de cette politique aveugle du maintien de l'euro et des traités, n'en peuvent plus.

L'Italie s'enfonce d'année en année plus profondément dans le cycle infernal parcouru avant elle par la Grèce, l'Espagne ou le Portugal: stagnation et/ou baisse du PIB et hausse parallèle et mécanique de la dette publique. Malgré des mesures de plus en plus libérales, dont la dernière est la suppression totale du CDI et de ses protections, l'Italie continue à s'enfoncer dans la crise de la dette. Le vote de dimanche vient de nouveau le rappeler à l'oligarchie bruxello-allemande.

Il est donc clair que les hommes politiques français qui n'ont pas dans leur programme une remise en cause radicale du fonctionnement de la zone euro vont nous entrainer dans le gouffre que les peuples sont en train de vivre. La compétition pour toujours plus de libéralisme et moins de protection ne produit que stagnation ou baisse du pouvoir d'achat et donc hausse du chômage et de la dette.

De Macron à Valls ou de Bayrou à Fillon aucun d'eux ne parle de cela. Ils se battent seulement sur le contenu des mesures d'austérité et de "compétitivité", lire baisse de la protection des plus faibles et du pouvoir d'achat de la majorité conjointement à l'augmentation des revenus des riches.

Le seul qui propose cette remise en cause profonde des traités et un referendum ensuite sur le résultat de la négociation engagée avec l'UE, c'est Mélenchon. Certains sur ce forum défendent l'idée que le programme de JLM est irréaliste. En fait ce sont les programmes de soit disant baisse du chômage sans toucher à l'euro qui sont mensongers. Le pire d'entre eux est celui de Fillon qui fera à coup sûr exploser le chômage et qui sera balayé comme Renzi en Italie par un immense mouvement de ras le bol si nous ne mettons pas Mélenchon en situation de gagner cette présidentielle. 

(commentaire paru dans l'article sur la défaite de Renzi)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.