marc34000
Marc Le Tourneur, Retraité, ancien cadre d'entreprise de service public
Abonné·e de Mediapart

39 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 août 2014

QUELQUES REFLEXIONS SUR L'USAGE DU MOT TERRORISME A PROPOS DU HAMAS ET DE LA RESISTANCE PALESTINIENNE

marc34000
Marc Le Tourneur, Retraité, ancien cadre d'entreprise de service public
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous venons d'assister impuissant à un massacre unilateral et non bilateral. Le Hamas et l'ensemble des groupes Palestiniens de Gaza (y compris le Fath) unis contre l'occupant se sont défendus dans une opération de bout en bout initiée par Israel en réplique au gouvernement Palestinien d'unité nationale refusé catégoriquement par Netanyaou. Avant l'enlèvement des 3 jeunes colons, il n'y avait plus de tirs de roquettes par le Hamas depuis 2012, et les rares roquettes lancées l'ont été par des groupes que la police du Hamas essayaient d'empêcher. (pas toujours tendrement!).

La preuve que la terreur n'a pas été Palestinienne (à la notable exception de l'assassinat des 3 jeunes par une cellule dissidente non contrôlée par le Hamas)  (1) c'est justement la question des tunnels qui n'ont jamais servi à attaquer des civils (alors qu'ils n'ont évidemment pas été construit pendant l'opération, ils auraient pu servir avant!). Tout le monde fait semblant d'oublier que le Hamas a dit qu'il avait arrêté les attentats suicides depuis déjà 8 ans. Et il a tenu parole! Ces tunnels ont été faits et utilisés pour tendre des embuscades et autres actions militaires contre l'occupant, ce qui explique que Tsahal a eu 10 fois plus de morts au combat qu'en 2008 pour "Plomb durci". Ces tunnels "de la terreur" comme les qualifie Israel sont les armes trouvées par des résistants 100 fois moins armés pour pouvoir se défendre. Je me refuse à les condamner, contrairement aux roquettes qui ne me plaisent pas faute de pouvoir être guidées.

Si ils étaient des tunnels de "terreur", pourquoi n'ont-ils pas été utilisés pendant l'opération pour attaquer les kibboutz voisins et tuer un maximum de civils? Cela aurait été plus "facile" que de s'attaquer grâce à eux à des soldats surarmés.

Par ailleurs le blocus infligé aux 1,8 million de Gazaouis est la preuve qu'on ne peut pas renvoyer dos à dos les violences, car on oublie l'essentiel l'enfermement à vie de toute une population, cause fondamentale des tirs de roquettes et non l'inverse. Qui pourrait accepter d'être privé de liberté, sûrement pas les citoyens israéliens?

Aucun autre peuple opprimé n'est enfermé à vie aujourd'hui, en dehors des Gazaouis. On a vu les conséquences dramatiques de cet enfermement dans l'impossibilité de quitter Gaza écrasée sous les bombes. Même les Chrétiens d'Irak arrivent à quitter les territoires contrôlés par les Djihadistes délirants d'Irak. Même les civils d'Homs ont pu partir, le bourreau Assad l'a laissé faire (non sans pression!). Les gazaouis ne l'ont pas pu, et ont eu droit en prime à l'accusation de "boucliers humains", comme si les combattants Palestiniens étaient des barbares souhaitant la mort de leurs familles...Ils ont beau être islamistes, ils aiment leurs familles comme vous et moi, ce ne sont pas des déchets de l'humanité.

L'enchainement des faits décrit par les observateurs neutres prouve que les roquettes ont été une réponse à l'agression israélienne qui, après avoir accusé le Hamas sans preuve de l'enlèvement des jeunes et malgré ses dénégations, a arrêté des centaines de membres du Hamas en Cisjordanie. Si Israel avait cru le Hamas, on n'aurait pas eu de reprise des tirs de roquettes et pas de prétexte au massacre !

Remarquons également que le Hamas avait bien dit la vérité quand il a affirmé n'avoir pas enlevé de soldat. Cela n'a pas empêché un déluge de feu sur Rafah en représailles d'un acte qui n'avait pas eu lieu, bilan 120 morts civils, ce crime a été possible parce que les médias mainstream et les dirigeants occidentaux affirment en boucle que le Hamas est "terroriste". Or on ne discute pas avec les terroristes et on ne pense jamais qu'ils peuvent dire la vérité.

Cette opération militaire doit nous faire changer le logiciel mortifère qu'on nous a mis dans la tête en assimilant le Hamas à Al Qaida, logiciel qui conduira à accepter de nouveau le maintien de l'enfermement, qui, lui même, provoquera de nouveau résistance et massacres faute de pouvoir négocier "avec les terroristes". Et notre refus de considérer les résistants Palestiniens comme aussi légitimes qu'Israel, en les accusant a priori de mensonges, de terreur et de barbarie (boucliers humains), nous rend coresponsable du blocus de Gaza et des massacres répétés qui en sont la conséquence.

(1) Je viens de découvrir la déclaration d'un responsable du Hamas qui contredirait mon affirmation si, et seulement si, le Hamas confirmait aussi cette revendication officiellement. Car des dissidences parmi les responsables du Hamas existent comme dans tout mouvement de résistance semi clandestin (ici pas de discipline des armées, ni de tribunaux administratifs!). Or, il y avait sûrement, au sein du Hamas, des oppositions qui voulaient faire capoter la nouvelle ligne politique du gouvernement d'union avec l'Autorité Palestinienne.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad conteste « avec la plus grande fermeté » les accusations et annonce une plainte en dénonciation calomnieuse.
par Marine Turchi
Journal
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart
Journal — France
Opération intox : une société française au service des dictateurs et du CAC 40
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal — Migrations
Tragédie aux portes de l’Europe : des politiques migratoires plus mortelles que jamais
Vendredi 24 juin, des migrants subsahariens ont tenté de gagner l’Espagne depuis Nador, au Maroc, où des tentatives de passage se font régulièrement. Mais cette fois, ce qui s’apparente à un mouvement de foule a causé la mort d’au moins 23 personnes aux portes de l’Europe.
par Nejma Brahim et Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay