marc34000
Marc Le Tourneur, Retraité, ancien cadre d'entreprise de service public
Abonné·e de Mediapart

39 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 oct. 2016

Voter Juppé, c'est voter pour un programme de misère sociale!

Aller voter Juppé à la primaire, c'est donner un blanc seing au programme économique et social le pire depuis 1945 . Plus antisocial que Le Pen, plus que celui de Sarkozy (un comble!), plus que Macron, ou que le futur candidat du PS. C'est un choix absurde qui pèsera sur la conscience de tous ceux qui l'auront fait pendant 5 ans!

marc34000
Marc Le Tourneur, Retraité, ancien cadre d'entreprise de service public
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Aller voter Juppé à la primaire, c'est donner un blanc seing  au programme économique et social le pire de l'histoire politique française depuis la dernière guerre pour les gens les plus modestes!

Je ne peux pas croire que ceux qui défendent un tel choix aient lu le programme de Juppé. Cela signifie que par ignorance ils vont permettre à Juppé dans les premiers mois de son futur mandat de dire qu'une partie de la gauche le soutient. 

Petit florilège de la revanche de la classe dirigeante Européiste contre le modèle social Français mieux incarnée par le personnage Juppé que par l'"incontrôlable" Sarkozy: Juppé, un homme froid et digne, civilisé comme un grand patron de multinationale, et déterminé à réaliser son programme en un seul mandat pour laisser sa trace dans l'histoire de la droite Française, "moi Président je ne cèderai pas" :

Retraite à 65 ans avec chômage non indemnisé ( grâce à la dégressivité des allocations chômage), pour Sarko c'est 64 max.

Retour aux 39 h obligatoire en 2 ans, garantissant la suppression des majorations heures supplémentaires, avec deux conséquences: hausse du chômage, et baisse des salaires (pour Sarko, défiscalisation heures supp)

Suppression du CDI comme en Italie et en Espagne, remplacé par un contrat unique à droits augmentant avec le temps : le CDD pour tous!

Réduction massive des impôts des plus riches (-21 000 € par an pour une famille ayant un capital de 3 millions € et un revenu annuel de 200 000 €) et hausse des impôts des plus pauvres avec +1% de taux de TVA comme l'a très bien expliqué l'émission de F2 de jeudi 6 octobre, en présence de Juppé qui a argumenté pour!

Baisse de 100 Md € des dépenses publiques (suppressions massives de postes dans les services publics, baisses des retraites, baisses des aides sociales...)

Ceux que je rencontrerai qui se disent de gauche et qui iront voter pour ce programme, soit ils sont fous, soit ils sont de droite.

En effet, ce programme est pire sur ce terrain là que celui de Le Pen et de Sarkozy, et aussi du PS, malgré la loi travail. Et il nous l'a dit et écrit clairement ! Alors échapper à Sarko pour se récupérer pire que lui en terme de misère sociale, non merci!

Votre vote sera l'occasion pour Juppé d'affirmer plus tard, après la Présidentielle, qu'il a eu le soutien d'une partie de la gauche pour appliquer ce programme de régression sociale massive

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte
Journal
Le travail sexuel, angle mort de la Nupes pour les législatives
Le sujet n'a jamais fait consensus à gauche. Le programme de la Nupes est marqué par les positions abolitionnistes, majoritaires dans les partis. Plusieurs acteurs de terrain s'insurgent. 
par James Gregoire

La sélection du Club

Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public
Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt
Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart