marc34000
Marc Le Tourneur, Retraité, ancien cadre d'entreprise de service public
Abonné·e de Mediapart

39 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 févr. 2017

Sans un pas spectaculaire de Hamon, pas de candidature commune possible

A tous les lecteurs qui veulent et espèrent une candidature commune Hamon-Mélenchon-Jadot, du coeur du mouvement de la France Insoumise, je vous dis que la seule possibilité de relancer ce débat serait un pas spectaculaire de Hamon en direction de la France Insoumise. Attendre ce pas du candidat qui devrait se saborder sans une telle annonce publique spectaculaire ne servirait à rien.

marc34000
Marc Le Tourneur, Retraité, ancien cadre d'entreprise de service public
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vivant ce débat au sein de la France Insoumise à Montpellier où j'anime un des groupes d'appui de 25 personnes dont 21 qui n'avaient jamais participé à une campagne électorale ou à une action politique auparavant, je pense nécessaire d'éclaircir cette question du point de  vue des soutiens de JLM car il ne s'agit pas d'égo mais de politique ce que les médias feignent d'oublier:

1 - Il y a toujours eu depuis 40 ans un candidat à la gauche du PS et sa disparition serait paradoxale justement lors de cette élection puisque le problème n'est pas le score dans les sondages de ce candidat, score tout à fait honorable aujourd'hui à la différence de Jadot, mais bien celui du candidat du PS qui ne retrouve que la moitié des voix habituelles du PS.

2 - Mélenchon n'est pas tout seul comme je le rappelle ci-dessous et les 260 000 adhérents de la FI n'ont aucune envie de voir disparaitre le contenu d'un programme auquel ils adhérent massivement et sans réserves, eux, contrairement à de nombreux adhérents du PS!

Je vous renvoie à cet article du blog de Mélenchon sur le sujet Hamon versus Mélenchon comme candidat unique.

C'est un sujet difficile pour plein de raisons. 

D'une part la proximité dans les sondages des scores potentiels des 2 candidats rend le choix du candidat, si candidature commune, tout sauf évident. Dans la moyenne des 6 derniers sondages dans les 7 derniers jours, Mélenchon est à 11,4% et Hamon à 14%, soit 20% d'écart seulement rien à voir avec le cas Jadot. 

Dans un tel contexte avec 260 000 membres dans la France Insoumise, des dizaines de milliers de militants sur le terrain, des milliers de groupes d'appui à JLM et plus d'un an d'élaboration du projet "l'avenir en commun", il est évident qu'on ne peut pas ne pas poser la question du "qui doit se retirer?". Il suffit de rappeler que les meetings les plus fréquentés sont quand même ceux de JLM qui n'a pas besoin d'animateurs de salles comme le fait Macron pour déchainer l'enthousiasme de ses partisans.

Dans la mesure où Hamon avait dés le départ posé comme conditions que ce ne serait pas lui qui se retirerait, il fallait donc avoir des concessions majeures sur le programme "commun", et ce surtout quand on voit l'ampleur des concessions fournies à Jadot et son potentiel de 2%. Il ne peut pas suffire d'afficher une simple volonté de dialogue, il faut l'illustrer par une annonce spectaculaire.

Il aurait fallu que Hamon annonce d'entrée de jeu cet effort majeur en direction du programme de Mélenchon et de ses 260 000 partisans actifs et accepte par exemple comme normal le refus de voir Valls ou El Khomri labellisé par une candidature commune Hamon - Jadot - Mélenchon. C'était un "minimum syndical" indispensable pour pouvoir additionner les potentiels de voix des deux candidats, au lieu de surréagir sur "les têtes à couper". Valls ou El Khomri peuvent se présenter sans un tel label. 

Rien de tout cela n'a eu lieu, sans doute en raison de l'opposition déterminée de l'appareil du PS, cf le billet de blog de Mélenchon.

Dés lors, dire qu'il s'agit d'un problème d'égo de JLM est un vrai mensonge. Sachez que des coups de sonde internes aux signataires de la FI montrent que les opposants à un retrait au profit de Hamon seraient a priori de l'ordre des 80%, bonjour l'égo de JLM si il se permettait de passer outre l'avis de ses partisans mobilisés pour l'avenir en commun. Ce n'est pas seulement JLM qu'il faut convaincre mais les centaines de milliers de membres de la France Insoumise. 

Pour une candidature commune dans ces conditions là, il faudrait impérativement ouvrir un débat public sur le programme "commun", puis à la suite de ce débat qui ne peut être que public après les mensonges des 5 ans de Hollande, il faudrait organiser une consultation des électeurs de la primaire ayant voté Hamon et des signataires de la France Insoumise.

Si vous êtes partisan de cette candidature commune, il faut interpeller celui qui est sensé être ce candidat commun pour qu'il accepte un tel processus. C'est logiquement à lui de faire le premier pas le plus spectaculaire et le plus important car c'est lui qui aurait le pouvoir si il était élu. 

Attendre comme le font la plupart d'entre vous ce premier pas de celui qui devrait se saborder sans contrepartie annoncée, excusez moi, ça s'appelle "pisser dans un violoncelle pour qu'il donne le la"! Donc vos appels ne serviraient à rien car adressée au mauvais candidat.

Faute de tout cela, prétendre que c'est JLM ou les insoumis qui ont fait capoter cette possibilité serait une vraie manipulation médiatique et politique, comme Philippe Torreton (partisan de Jadot pour ceux qui ne le sauraient pas) l'a reconnu en direct dans l'émission de F2 jeudi dernier.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier