marc34000
Marc Le Tourneur, Retraité, ancien cadre d'entreprise de service public
Abonné·e de Mediapart

39 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 janv. 2015

Ukraine et "trolls de Moscou": lettre à François Bonnet

marc34000
Marc Le Tourneur, Retraité, ancien cadre d'entreprise de service public
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bonjour,

Je pense que les analyses conduisant à affirmer que c'est Poutine qui a déstabilisé l'Est de l'Ukraine et pas les séparatistes eux-mêmes demandent à être prouvées. En disant cela, je ne me sens pas un "troll de Moscou", appellation qui a de sacrés relents de guerre froide et qui dans le match géopolitique qui oppose OTAN et Russie autour de l'Ukraine est un vrai parti-pris.

Quelques questions essentielles doivent être posées:

Etait-il légitime d'entamer une "guerre contre le terrorisme" dixit le nouveau pouvoir de Maidan, au lendemain de l'élection de Porochenko, face à ce qui n'était encore qu'une rébellion séparatiste peu armée et n'ayant pas mené d'actes de guerre, mais seulement des actions illégales de prise de pouvoir, ce qui n'est pas du tout la même chose?

Démarrer une guerre civile est une lourde responsabilité, de mon point de vue plus lourde que prendre le pouvoir "pacifiquement" dans une ville. En effet, la négociation n'a pas été tentée, et d'entrée de jeu, les séparatistes ont été déclarés "non fréquentables". Or, ils étaient soutenus par une part importante voire majoritaire de la population de l'Est, en témoigne la participation populaire au "référendum" des séparatistes.

A partir de l'engagement de cette guerre, il est devenu difficile d'accuser les Russes d'avoir commencé.

De nombreux journalistes (dont ceux de Médiapart, ce qui me déçoit) n'ont porté aucune attention à la division en deux radicale de l'opinion Ukrainienne depuis la révolution orange, comme en témoignent les résultats des élections présidentielles de 2004 et de 2010 où Ianoukovitch obtenait 90% dans l'Est Ukrainien et en Crimée. Il était inévitable que ces populations prennent très mal l'élimination de "leur" président (quel que soit son degré de corruption, d'ailleurs largement partagé des deux cotés). Imaginons un instant dans un pays démocratique les réactions de régions massivement électrices d'un Président renversé par des manifestations d'une autre région et pas par une élection. Rappelons que les gens de l'Est savaient très bien que 80% des habitants de Kiev (et des régions avoisinantes) avaient voté contre Ianoukovitch en 2004 et en 2010. Ils ne pouvaient prendre qu'avec des pincettes le procès fait par les manifestants de Maidan visant à faire partir le Président contre qui ils avaient massivement voté.

Cette division en deux s'inscrit dans une histoire violente et dramatique où l'ouest ukrainien a pris parti pour les nazis à leur arrivée en 1941 considérés comme des libérateurs des Rouges, alors qu'à l'inverse, ceux de l'Est ont été victimes d'une répression atroce de la part des nazis. De même, la Shoah par balles qui a tué 1,5 millions de Juifs a rencontré une neutralité bienveillante à l'Ouest de la part des nationalistes Ukrainiens issus des armées blanches des années 20. Alors qu'à l'inverse, les gens de l'Est se sont battus dans l'Armée Rouge contre les nazis. En tout 6 millions de morts en 5 ans de guerre, 20% de la poplulation!!!, le plus lourd tribu de tous les belligérants, faut-il le rappeler.

On peut comprendre la violence des traces que cette histoire a pu laisser quand on voit, en France, la permanence du souvenir des collabos et autres Vichistes, avec "seulement" quelques dizaines de milliers de morts.

Faut-il rappeler également qu'une des premières décisions de 2004 comme de Maidan fut de nommer Stepan Bandera héros de l'Ukraine, entrainant une virulente protestation d'Isrël et du centre Simon Wiessenthal, compte tenu de sa responsabilité dans la Shoah ukrainienne, et une vraie panique à l'Est devant le retour des "fascistes".

Enfin, ce n'est un secret pour personne que l'UE à travers l'accord d'association, et l'OTAN rêvent de séparer l'Ukraine de la Russie. Pour l'Est Ukrainien, intégré à la Russie depuis plusieurs siècles, ce n'est pas facile à avaler.

Voilà pourquoi je pense que, sans faire appel au complotisme, il est légitime de refuser de prendre pour argent comptant que le coupable, c'est Poutine. Que Poutine ait utilisé l'Ukraine pour redevenir populaire en Russie est une évidence. Mais cela veut dire aussi que n'importe quel autre dirigeant Russe en aurait fait autant. 

Pour moi, il y a un pays dont l'unité nationale n'était pas réalisée, qui était très profondément coupé en deux. Des apprentis sorciers de part et d'autre à l'intérieur et à l'extérieur ont soufflé sur les braises et ils sont tous responsables au même titre. Le plus urgent c'est de les obliger à réussir les pourparlers de paix. Je regrette que ce crime de guerre (que les USA ont également pratiqué en son temps) ne soit pas resitué dans ce contexte. Car le plus urgent, plus que de juger les criminels des deux camps, c'est d'arrêter cette guerre civile!

Je vous joins un résumé sans prétention de l'histoire de l'Ukraine posté sur mon blog pour illustrer ce billet que je vous envoie. J'aimerai beaucoup que vous me répondiez.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad conteste « avec la plus grande fermeté » les accusations et annonce une plainte en dénonciation calomnieuse.
par Marine Turchi
Journal
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart
Journal — France
Opération intox : une société française au service des dictateurs et du CAC 40
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal — Migrations
Tragédie aux portes de l’Europe : des politiques migratoires plus mortelles que jamais
Vendredi 24 juin, des migrants subsahariens ont tenté de gagner l’Espagne depuis Nador, au Maroc, où des tentatives de passage se font régulièrement. Mais cette fois, ce qui s’apparente à un mouvement de foule a causé la mort d’au moins 23 personnes aux portes de l’Europe.
par Nejma Brahim et Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay
Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame