marc.burlat
Enseignant - directeur d'école
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 juin 2020

Marseille a besoin d'un Front Républicain des gauches

Le Printemps Marseillais doit montrer la voie du rassemblement le plus large possible au delà des appareils et des inimitiés anciennes ! Le principe du front républicain doit s’appliquer pour toutes les forces de gauche et assimilées pour faire barrage à la fois au Rassemblement National et à l’équipe de Gaudin-Vassal !!!

marc.burlat
Enseignant - directeur d'école
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le printemps Marseillais doit entretenir une dynamique de victoire...
La plus large possible... Au delà de toute politique d'appareil “à l'ancienne“...

Les voix des électeurs de nous appartiennent pas, et Marseille appartient aux marseillaises et aux marseillais.

De ce constat qui semble trivial, il en ressort en fait des logiques qui bien souvent sont contraires aux logiques des appareils politiques, aux logiques des organisations dans l’entre deux tours d’une élection municipale.
Il est évident qu’entre deux têtes de listes différentes il y a des oppositions, des rancœurs, des inimitiés parfois difficilement contournables.
C’est tellement évident que l’on a souvent tendance à l’oublier ; sinon, pourquoi ne pas faire liste commune ? Pourquoi se battre avec des mots parfois très dur lors du premier tour de la campagne ?

De part et d’autres, nous considérons souvent avec juste raison que l’autre a trahi, que l’autre a dévoyé les idéaux qui nous liaient auparavant, que si notre histoire commune s’est arrêtée en une fracture brutale, c’est que l’autre a démérité.
Vu depuis le référentiel de chacun, c’est nécessairement fondé…
Pour autant, que cela soit vrai ou non, lors d’une élection municipale, pour un second tour, l’essentiel n’est plus tellement là.
L’essentiel est dans ce que l’électeur considère comme représentatif au sein de telle ou telle liste… Pour ce qui nous concerne, dans la grande famille des valeurs humanistes de gauche.
Peu importe l’étiquette, peu importe l’appartenance initiale : ce qui doit rassembler cette famille républicaine est plus vital et plus important que ce qui risquerait de la diviser.

Si telle sénatrice nous semble avoir démérité des valeurs de la gauche qu’elle défendait bien longtemps avant, si tel député nous semble avoir trop frayé avec les idées gouvernementalement défendues par une Assemblée Nationale considérée comme “godillot“, que dire au sein de notre propre camp ?
Tant de noms d’oiseaux ont fleuri entre nous par exemple lors de la campagne présidentielle !


Sommes-nous capables de nous poser, et de nous regarder, d’oser regarder notre nombril, d’oser faire notre propre examen.
Certes, nous n’aurons beaucoup moins de choses à nous reprocher que ce que nous reprochons aux autres. C’est humain, et c’est peut-être vrai, mais qu’importe. Aujourd’hui, il est temps de se mettre à la place de ceux qui soutiennent cette sénatrice ou ce député.
Telle enseignante appelée sur la liste de cette sénatrice considère qu’au-delà de sa personne, c’est la dynamique qu’elle a mise en œuvre qui compte, ce sont toutes les personnes qui animent l’équipe municipale autour d’elle et qui sont véritablement “aux manettes“ de son secteur depuis six ans. A-t-elle tort ? Qu’est-ce qui compte le plus, finalement…
Et ce député élu à la REM, qui appelle dans “La Marseillaise“ (tout un symbole) samedi 30 mars a une alliance la plus large possible, un “front commun“ pour être sûrs de battre le RN, a-t-il tort ???

Disons le tout net. Je n’aime pas telle personnalité arrivée en tête dans le 8ème secteur. Mais pourquoi ? Qui suis-je ? Je n’ai pas aimé certaines de ses déclarations passées, je n’ai pas aimé son parcours qui m’a paru clientéliste. son abandon du PS pour un centrisme qui me paraît peu clair.
Mais suis-je un expert ? Que nenni ! Et d’autre part, qui suis-je ? Quelqu’un qui n’a jamais su se poser quant à son militantisme très superficiel dans la réalité et un peu erratique. Toujours de gauche mais parfois avec de mauvais choix. Toujours engagé mais le plus souvent virtuellement.
Alors qui suis-je pour juger ?
Mieux placé que les habitants du 8ème secteur qui savent de qui il s’agit ?
Mieux placé que tous ces militants de gauche et de terrain qui lui font confiance et se sont alliés derrière son nom ?

Le cas du 7ème secteur est aussi complexe, mais finalement encore plus fort : des électeurs semblent plébisciter le tenant d’une république raciste, haineuse et discriminatoire… Nous n’avons aucune valeur commune avec ce type de personnage politique…
La différence essentielle et fondamentale est justement que nos valeurs communes avec la tête de liste du 8eme secteur et avec toutes les forces de gauche doivent primer sur toute autre considération…
Sans jamais se coucher devant une droite médisante et complaisante qui n’attend que cela pour emporter sans vergogne aucune la mairie centrale !

Dans chacun de ces 2 secteurs nous devons impérativement tout faire pour battre à la fois la droite extrême cynique et hypocrite et l’extrême droite haineuse et raciste… C’est le principe du “NI-NI“, et non du “OU-OU“…

Les valeurs de TOUTES les listes de gauche, plurielle, des 7ème et 8ème secteurs sont fortes, humaines, et semblables.
Au delà des personnes, et surtout bien au delà de ce qui risquerait de nous diviser... et de nous perdre !

Et si un secteur échappe à ce sursaut pour rester aux griffes de l’extrême droite, il en va de la responsabilité des électeurs… En aucun cas, les 7 autres secteurs ne doivent se voir ravir la mairie centrale par une droite affairiste et tout autant haineuse au motif de nos “pudeurs de gazelle“ face au danger alors instrumentalisé d’une habile manière par l’équipe vassalienne…
En aucun cas nous ne devons favoriser cette équipe sortante qui doit sortir, quoi qu’il arrive !

Le principe du front républicain doit s’appliquer pour rassembler toutes les forces de gauche et assimilées ou voisines, toutes les forces et les personnalités ayant des valeurs humanistes plus fortes que ce qui les divisent, pour faire barrage et au Front National et à l’équipe de Gaudin-Vassal !!!

Le Printemps Marseillais a su montrer son esprit d'ouverture, son esprit de tolérance et son rejet des appareils... Cela doit continuer.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Le Titanic Hidalgo fait escale à Aubervilliers
Dans une salle à moitié vide, la candidate socialiste à la présidentielle a estimé que le combat n’était pas perdu, même si la voie est « ardue et semée d’embuche ». En interne, certains la jugent déjà sans issue.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Le PS et les quartiers populaires : vingt ans de trahison
Le Parti socialiste poursuit sa lente dislocation dans les quartiers populaires. En Île-de-France, à Évry-Courcouronnes et Aulnay-sous-Bois, les désillusions traduisent le sentiment de trahison.
par Hervé Hinopay
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou Damien Rieu fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Romani Herstory : réinscrire les femmes roms dans l’Histoire
Objets de tous les fantasmes, les femmes roms se voient sans cesse privées du droit à la parole. Les archives Romani Herstory montrent pourtant que beaucoup de ces femmes ont marqué nos sociétés de leur empreinte. (Texte d'Émilie Herbert-Pontonnier.)
par dièses
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal
Billet de blog
Entre elles - à propos de sororité
Sororité, nf. Solidarité entre femmes (considérée comme spécifique). Mais du coup, c'est quoi, cette spécificité ?
par Soldat Petit Pois