J'ai honte

Un peu de poésie engagée, pour changer…

Dessin de Schwarz Dessin de Schwarz

J’ai honte à ma France.

Où sont passés les Lumières,

que sont devenus les Hugo, Zola et Schoelcher,

où sont les Jaurès et les Mendès d’antan ?

Le Peuple est seul à défendre la démocratie,

ils ont mis leurs œillères d’idéologues bornés,

comme une muleta de bonne conscience,

pour gouverner à l’abri de leur cénacle.

Rien n’est pire que l’aveuglement des dogmes,

la violence attise la violence, vous le savez.

Pourquoi provoquer une insurrection ?

Qu’ils sont pathétiques ces intellos sans horizon,

ignorant que la supériorité est une faiblesse

de novice ou d’arrogant mal dégrossi.

Qui sème le vent récolte la tempête,

qui sème l’amour récolte la lumière.

La souffrance, la misère, les injustices

appellent à de l’humilité et de la solidarité.

Pas à cette guerre de tranchées que vous imposez

sans discernement ni panache. Par fierté mal placée.

Pourquoi, ô ministres intègres[1], ne prenez-vous pas

un casque et un bouclier pour aller en première ligne,

courageusement, auprès de ceux

que vous offrez à la vindicte de la foule excédée,

délibérément excédée par vos ordres irresponsables.

J’ai honte à ma France,

si belle et si diversifiée.

Vive la liberté !

 

[1] Ô ministres intègres !

Conseillers vertueux ! Voilà votre façon

De servir, serviteurs qui pillez la maison !

Ruy Blas de Victor Hugo (toute la tirade édifiante peut être lue ici : http://lechatsurmonepaule.over-blog.fr/article-v-hugo-ruy-blas-bon-appetit-messieurs-o-ministres-integres-122230730.html).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.