Marcel Nuss
Écrivain-consultant-formateur-conférencier
Abonné·e de Mediapart

202 Billets

7 Éditions

Billet de blog 19 sept. 2017

Marcel Nuss
Écrivain-consultant-formateur-conférencier
Abonné·e de Mediapart

APPAS : Pour une exception à la loi

A l'occasion du quatrième anniversaire de sa création et de cette rentrée politique, l'APPAS refait entendre sa voix en faveur d'une reconnaissance de l'accompagnement sexuel en France.

Marcel Nuss
Écrivain-consultant-formateur-conférencier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Campagne APPAS © No Feelings

À l’occasion du quatrième anniversaire de sa création, l’APPAS et l’agence No Feelings lancent une campagne de presse et d’information. À cette occasion, elle diffuse également sa seconde étude statistique consacrée à la mise en relation des personnes en situation de handicap avec des accompagnant(e)s sexuel(le)s, dans le cadre de l’association, afin de montrer l’évolution de la situation entre 2015 (année de la première étude statistique de ce genre faite en France) et 2016.

À ce jour, l’APPAS est toujours en infraction avec la loi sur le proxénétisme, son président est par conséquent toujours susceptible d’être condamné à 150 000 € d’amende et sept ans de prison pour proxénétisme bénévole. Depuis 2013, le ridicule continue à ne pas tuer en France. Une dizaine d’états européens, et presque tout autant ailleurs dans le monde, reconnaissent l’accompagnement sexuel plus ou moins ouvertement, ses bienfaits, donc son utilité, son importance même au vu des résultats. Sauf la France, le pays des droits de l’Homme et du Citoyen, paraît-il.

François Hollande et son gouvernement, essentiellement Christiane Taubira – laissons à César ce qui est à César ou, plus exactement, à Cléopâtre ce qui est à Cléopâtre – ont obtenu la légalisation du Mariage pour Tous, contre vents et marées, que dis-je, cyclones et tremblements de terre moraux. Emmanuel Macron et son gouvernement seront-ils ceux par qui une exception à la loi sur le proxénétisme verra le jour, afin de légitimer enfin l’accompagnement à la vie affective, intime et sexuelle des personnes en situation de handicap arrivera ? Ce gouvernement libéral, d’après ses dires, va-t-il oser affronter le moralisme franchouillard qui règne dans notre pays, s’opposant à cor et à cri et avec des cris d’orfraie au respect des libertés individuelles, au mépris même du droit le plus élémentaire parfois ? Nous avons quatre ans pour le savoir.

En espérant que je ne vais pas encore devoir me battre pendant quatre ans pour obtenir un peu plus d’humanité dans notre pays, la reconnaissance du droit à accéder à sa sexualité, à pouvoir l’explorer, de découvrir, la vivre au moins une fois dans sa vie en situation de handicap.

Quant au subventionnement des petites associations à l’instar de l’APPAS, je suppose que même durant ce quinquennat, c’est illusoire de l’espérer au vu des objectifs économiques qui se profilent. Mais il est permis de rêver, d’être utopiste… Pourtant, elles produisent un travail essentiel est souvent très mésestimé, voire totalement ignoré par le grand public, les politiques et les médias. Ici aussi, comme dans bien d’autres domaines, il y a une disproportion et une inégalité de traitement indécentes entre les « grandes » et les « petites » associations.

Bonne lecture, avec mes salutations militantes et convaincues.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier