Marcel Zang
Abonné·e de Mediapart

29 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 mai 2016

Mon Général, go home !

Cinquante ans après les indépendances africaines et la répression sanglante d'une manifestation d'Algériens au métro Charonne à Paris, reconnu officiellement par François Hollande ; après la traite négrière et les deux guerres mondiales où l'Afrique paya un bien lourd tribut, la question sensible des "réparations" et de la dette due par la France à l'Afrique ne cesse de se poser.

Marcel Zang
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour ce qui serait de l'ingratitude de la France vis-à-vis de l'apport des étrangers… Il est clair que depuis six siècles, les rapports entre la France et l'Afrique, disons entre l'Europe et l'Afrique, ne se sont jamais exercés, ou si peu, sur le mode du partenariat, mais plutôt sur celui de la prédation, de dominant à dominé, dont l'expression la plus actuelle est la mondialisation et le néolibéralisme qui ne sont qu'une autre facette de l'impérialisme, de la colonisation et de l'esclavage. Dès lors parler de gratitude ou d'ingratitude à ce niveau de communication verticale, voire de monologue, est pour le moins déplacé. Il ne viendrait à l'idée de personne de traiter le loup d'ingrat pour avoir dévoré l'agneau ; et si l'agneau, lui, venait néanmoins à le penser, l'on serait en droit de le trouver naïf et dupe, voire sentimental. Car c'est bien de ça qu'il s'agirait ici, et de sentiments et d'affects, et même de sexe. Les Africains sont des émotifs et des sentimentaux, c'est connu.

Rien, bien sûr, n'empêche de demander à la France d'exprimer sa gratitude à l'égard des étrangers, pour leur apport économique et militaire fait de chair et de sang au cours des deux dernières guerres mondiales par exemple, tous ces anciens combattants de l'Empire, ces "tirailleurs sénégalais", ces "indigènes", ces "coloniaux" venus prêter main-forte à la "civilisation" contre la "barbarie". Oui… pourquoi pas. Une dette envers l'Afrique, pourquoi pas. Il faudrait cependant savoir : ou les Africains sont des étrangers ou ils ne sont pas des étrangers. S'ils ne sont pas des étrangers pour la France, une dette n'a pas lieu d'être, ni même l'usage d'une autre langue que le français dans leurs territoires ; et si effectivement ce sont des étrangers, on entre de plain-pied dans le concept Nietzschéen du "complexe du créancier", où le débiteur finit par nourrir du ressentiment envers son créancier, où celui qui reçoit finit par renier celui qui donne, où il ne peut être question de reconnaissance, encore moins d'amour. Voilà pourquoi, pour ne pas avoir à traîner une dette et être obligé d'exprimer de la gratitude, voire des regrets ou de la "repentance", encore moins se livrer à des "réparations" - ce qui infléchirait du même coup le rapport de domination - il vaut mieux ne pas avoir face à soi un étranger, et pour cela, l'assimiler d'une façon ou d'une autre, par "l'intégration" par exemple - où l'on retrouvera cet "être-à-ranger". L'on sait bien qu'il n'est pas de dette ni de langue (autre) qui tiennent face à son miroir, où Écho s'interdit de répondre à Narcisse sur l'air de "vous vous croyez seul, mais il y a quelqu'un" - pour paraphraser un mot d'Antonin Artaud. Mais il est aussi permis de se raccrocher à une certaine mystique, où il est dit que celui qui aime est toujours plus fort que celui qui est aimé ; d'autres postulent même que celui qui aime finit par tuer celui qui est aimé.

Bref, il serait temps pour les Africains de cesser d'offrir le cou à la lame rougissante, de se penser dorénavant en sujet et non en victime : défendre chèrement son morceau et rendre coup pour coup en toute civilité. Les affaires sont les affaires. Et foin de sentiments, d'ingratitude et de francophonisation ! Autrement dit, se poser en tant qu'"Autre", assumer son altérité, son étrangéité, sa pleine panafricanité. En somme acter pour une véritable indépendance, quel qu'en soit le coût, et s'ériger en créateur de valeurs.

Marcel Zang

Le général de Gaulle

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
En Ukraine, des militantes viennent en aide aux « survivantes » de viols de guerre
Un collectif encore très confidentiel de victimes de violences sexuelles dans le Donbass, membre du réseau mondial SEMA, se mobilise en Ukraine pour repérer et accompagner les rescapées des viols commis par les soldats russes. Mediapart a pu les suivre.
par Rachida El Azzouzi
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Sur les réseaux sociaux, les jeunes chercheurs obligés de « se vendre »
Précaires et soumises à une concurrence croissante, les nouvelles générations de chercheurs sont incitées à développer leur « marque » personnelle sur Twitter, Instagram voire TikTok. Non sans effets pervers.
par Aurélien Defer
Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB