Marcel Zang
Abonné·e de Mediapart

29 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 avr. 2016

En France, diversité ne rime pas avec République

La diversité est l’état de ce qui est divers, varié, différent, disent les dictionnaires ; qui ajoutent que c’est l’ensemble formé par les minorités visibles issues de l’immigration ou de l’Outre-mer. On y apprend également qu’au Moyen-Âge le terme désignait plutôt ce qui est « bizarre » ; emprunté au latin « diversitas » (divergence), il exprimait une notion de méchanceté…

Marcel Zang
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En janvier 2008, en France, il a été envisagé d’inscrire « le respect de la diversité » dans le Préambule de la Constitution. On en est toujours à ce voeu pieux. On comprendra mieux pourquoi par ce qui suit :

L'article premier de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 stipule que " les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune. " 

L’article premier de la Constitution du 4 octobre 1958 proclame que " La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. " Sans cependant considérer explicitement la distinction établie en fonction du sexe.

Le troisième alinéa du Préambule de la Constitution de 1946 ajoute que " la loi garantit à la femme, dans tous les domaines, des droits égaux à ceux de l'homme ".

Il apparait donc que la valeur constitutionnelle du principe d’égalité entre les sexes est reconnue par le Conseil constitutionnel – en dépit du silence sur ce point de l’article premier de la Constitution de 1958.

L’indivisibilité de la République induit l’unicité du peuple français ; il est l’un des fondements du principe d’égalité qui interdit de distinguer les individus en fonction de leur origine, de leur race ou de leur religion, tel qu’il est aussi consacré par l’alinéa 1 de l’article premier de la Constitution.

Mais contrairement aux caractéristiques raciales, ethniques ou religieuses qui participent de la « diversité », la République fait une distinction entre les citoyens en fonction de leur sexe. C’est une dérogation aux principes républicains. Rappelons-le, la tradition constitutionnelle française est assimilationniste depuis la 3ème République et ne connaît que « le peuple français, composé de tous les citoyens français, sans distinction d'origine, de race ou de religion. » La différenciation sexuelle retirée ainsi du champ de la « diversité », le droit français admet l’existence de discriminations positives dans les domaines du sexe, quand l’universalisme républicain ne permettrait aucune discrimination même « positive ». En poussant à la limite ses principes, il ne permettrait même pas de reconnaitre juridiquement le sexe des citoyens. Mais tel est pourtant le cas.

Et voilà les femmes en possession du pouvoir de s’exprimer légitimement en tant que femmes ; au nom de leur identité sexuelle, elles peuvent réclamer des droits, « la parité »,  bénéficier des politiques de discriminations « positives », à l’image des minorités aux Etats-Unis qui peuvent s’affirmer pour obtenir un traitement tendant à l’égalité de fait. En République – et seule l’indifférenciation sexuelle peut y mettre un terme - les femmes ont droit de cité et droit à la parole en tant que femmes, au regard des textes constitutionnels ; aussi sont-elles audibles. Ce qui n’est que juste et normal, pour le moins. En revanche, les singularités raciales, ethniques ou religieuses qui constituent la « diversité » ne sont pas prises en compte et ne peuvent l’être en République ; n’ayant pas d’existence constitutionnelle, elles ne peuvent prétendre à rien, sinon à la cosmétique ; elles n’ont pas voix au chapitre et ne peuvent donc être entendues en tant que « diversité ».

On comprend donc que la « diversité » et ses minorités visibles auront beau s’agiter, manifester, réclamer, ils trouveront toujours porte close – sauf s’ils s’expriment au nom d’une identité autre que « raciale, ethnique ou religieuse » ; comme par exemple en tant que femme, homosexuel ou handicapé.

Pour que la « diversité » puisse être réellement entendue, il faudrait que la France cesse d’être universaliste et assimilationniste ; qu’elle rompe avec ses principes républicains et modifie sa Constitution.

« Diversité » ne rime pas avec République.

« Diversitas »

Marcel Zang

La République © Delacroix

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo