Marcel Zang
Abonné·e de Mediapart

29 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 avr. 2016

Les origines du racisme

Ce n'est pas parce qu'il est différent, étrange, autre, qu'il est inférieur; c'est parce que étant étrange, différent, autre, il s'expose comme Centre, nouveau centre - par l'attention qu'il crée (« Qu’est-ce que c’est ? »), donc susceptible de subvertir le Centre en place, de le décentrer - qu'il représente une menace, qu'il suscite la méfiance, l'angoisse, la peur, l'hostilité, voire le rejet,

Marcel Zang
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Parlant du centre, le Dictionnaire des symboles dit ceci: « Les images de centre et d'axe, dans la dynamique des symboles, sont corrélatives et ne se distinguent que par leur point de vue: une colonne vue de son sommet est un point central; vue de l'horizon, à la perpendiculaire, elle est un axe. Ainsi le même lieu sacré, qui recherche toujours la hauteur, est-il à la fois centre et axe du monde. » (Jean Chevalier et Alain Gheerbrant)

Le symbolisme du centre permet de mettre en relief deux de ses attributs: le premier c'est le centre défini comme Principe, c'est à dire, étymologiquement, "commencement", "origine", puis fondement, siège, foyer de rayonnement et de convergence; le second trait est la correspondance entre le centre et l'axe "qui recherche toujours la hauteur". Cette dernière propriété explique pourquoi tout Centre a tendance à se croire "supérieur", à réduire tout ce qui n'est pas de son champ d'appartenance, tout ce qui est autre, extérieur au Centre. Celui qui n'est pas soi est un obscur, un singulier pluriel, un "étrange" - donc "inférieur". Il faudrait trébucher sur ce "donc"; cette conjonction est censée lier deux éléments: l'antécédent "étrange" et le conséquent "inférieur"; pourtant, à s'y pencher, rien n'indique une causalité directe entre ces deux termes: l'étrangeté n'implique pas nécessairement l'infériorité. Mais c'est ainsi: ce n'est pas parce qu'il est différent, étrange, autre, qu'il est inférieur; c'est parce que étant étrange, différent, autre, il s'expose comme Centre, nouveau centre  - par l'attention qu'il crée (« Qu’est-ce que c’est ? »), donc susceptible de subvertir le Centre en place, de le décentrer - qu'il représente une menace, qu'il suscite la méfiance, l'angoisse, la peur, l'hostilité, voire le rejet, la répulsion ou le mépris (refus délibéré de prise en regard), et ce d'autant plus que le Centre en place se sent peu sûr de son fondement. Alors penser l'étrange, penser le différent, penser l'autre comme inférieur résulte tout simplement  d’une logique abdominale, d’une réaction de défense, car il y va de la survie du Centre. Comme on le voit, c'est un problème d'ordre géométrique, une question de pouvoir, d'espace vital. Comme il n'existe qu'un seul centre, on luttera donc pour  la conquête et la préservation du Centre, de son centre,  centre du monde. Instinct de conservation. Naturel. Toute personne, comme chaque peuple, se réclame et se pose comme centre; et, dans un groupe, celui qui le plus haut lève le doigt attire l'attention et devient Centre; de même est Centre celui qui détient la parole, et celui qui donne la parole, et Centre celui qui prend la parole, et Centre encore celui qui initie à la parole, et Centre aussi celui qui s'oppose à la parole - tous objets d'attention et, dans le même temps, maîtres du "commencement", premier attribut symbolique du centre. Ainsi celui qui détient le "commencement" (source, origine, géniteur, initiateur, inventeur, créateur, premier en ceci ou en cela) peut à juste titre s'en prévaloir pour revendiquer et conforter sa position de Centre, centre du monde, aliéner le reste, conchier l'autre et jouir du sommeil du "supérieur". "Sed gloria primis" (la gloire appartient aux premiers). C’est pourquoi le contrôle du "commencement" a  de tout temps constitué un enjeu capital et n'a cessé d'engendrer des rivalités civilisationnelles, des réécritures, des occultations, des détournements, des falsifications, des luttes implacables, souterraines, idéologiques (être le premier, être à la source, être le créateur, être l’absolu producteur de croyances, de savoirs, de techniques, de morale, de valeurs universelles, etc.). 

Entre parenthèses, le mot "racisme" vient du latin "ratio" qui signifie rapport de deux grandeurs et aussi ordre chronologique (Eve est née de la côte d'Adam, n'est-ce pas ? Cette antériorité confère donc à Adam la prééminence, la position de Centre, puisqu'il détient le "commencement". L'homme précédant la femme dans l'ordre de la création, rien de plus « naturel » et légitime qu'il ait ainsi le pouvoir et soit l'élément dominant). Et comme la notion de "commencement" est intimement liée à l’origine, à la pureté ("chaste"; "sans mélange"), on comprend dès lors que le Centre ne peut être que pur, tandis que l’impur et le sexe sont associés à l’étrange, au différent, à l’altérité, tout comme le Mal. C’est toujours l’Autre qui porte le sexe et l’introduit  dans le Centre, souillant l’espace de pureté. Si le « Je » est pur, le « Je-u » lui est impur ; si le connu est pur, l’inconnu est impur ; si le plein est pur, le vide est impur ; si l’Identité est pure, la Différence est impure ; si Le Même est pur, l’Autre est impur ; si L’Un est pur, le Multiple est impur ; si le dedans est pur, le dehors est impur ; si la raison est pure, l’émotion est impure (on sait que l’émotion nait du vide, de l’Autre). Ce n’est en fin de compte et rien d’autre, tout le long, qu’une histoire de pur et d’impur.

Et c’est ainsi que du point de vue de l’homme blanc par exemple – Centre et pureté par excellence et pour l’heure -  l’image du Noir et de la femme a toujours été entachée de sexe et d’impureté (des « personnes du sexe », comme on désignait les femmes naguère ; des « gens de couleur » ou gens à « gros sexe » ou « qui ont le rythme dans la peau », comme on dit encore des Noirs et des métis aujourd’hui - la couleur et le rythme étant mélange et alternance des différences, autrement dit impureté). C’est bien pour cela que la mythologie judéo-chrétienne détourna la Faute originelle, née de l’introduction du langage et du contact avec l’Autre, pour frapper le Noir de malédiction et imputer à la femme la responsabilité du péché de chair et de la Chute - confinant ainsi hors du monde de la pureté, hors du Centre, les deux humanités les plus dangereuses à ses yeux, humanités porteuses de sexe et du Mal. Et voilà comment du même jet « divin », le père-Noir, la compagne de toujours et l’altérité furent boutés hors du cercle du pouvoir, hors du jardin édénique, et promis aux flammes éternelles. Exit le nombre, le langage et l’altérité. Bienvenu au totalitarisme, à la xénophobie et au racisme. Car au commencement étaient l’Un et la pureté. 

Marcel Zang

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart