MarchalFrancois
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 mars 2020

MarchalFrancois
Abonné·e de Mediapart

Cahier de confinement. Petit exercice sur la fin de crise

La crise épidémique du Covid-19 provoque également une crise économique de grande ampleur. En tenant compte d’un certain nombre d’éléments rationnels, quelle perspective pouvons-nous raisonnablement avoir sur la façon dont notre gouvernement va gérer la sortie de cette crise ?

MarchalFrancois
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alors que la période de confinement s’installe dans la durée, fleurissent sur les réseaux solutions et initiatives pour meubler son temps et se distraire un peu. Souhaitant contribuer à cet effort national de dé-questcequejemefaischierisation, voici en manière de passe-temps, un peu comme les cahiers de devoirs de vacances, un petit problème à résoudre, vous savez, comme quand on était à l’école, ces fameux problèmes aux énoncés parfois si improbables qu’ils en prenaient une teinte de poésie un peu surréaliste. En voici donc l’énoncé :

Sachant que la crise du Covid-19 provoque un ralentissement très important de l’activité économique du monde et de la France, et que par conséquent cela impliquera des recettes de l’Etat bien inférieures à ce qui était attendu pour 2020,

Sachant que l’État a engagé des sommes d’argent considérables pour soutenir l’économie française en cette période de crise, déséquilibrant ainsi fortement un budget déjà chroniquement déficitaire,

Sachant que le gouvernement est néolibéral et qu’il fonctionne dans un monde néolibéral dont une des logiques majeures est d’instrumentaliser l’argument de l’équilibre budgétaire des états en le focalisant sur la réduction des dépenses publiques, donc le démantèlement du service public, tout en négligeant soigneusement d’intégrer le fait que s’il y a un déficit, c’est surtout parce que les recettes de l’État sont extraordinairement diminuées par l’évasion et la fraude fiscales, qui coûtent environ 1000 milliards !!! d’euros par an à l’Europe, 30 à 60 milliards à la France, (à mettre en regard du déficit du budget 2019 de 108,7 milliards d’euros).

Sachant qu’avec la crise de 2008 nous avons un exemple récent de la façon dont ce système néolibéral gère une crise économique, en permettant que le monde de la finance suce comme un vampire les budgets des États (qu’en temps normal ils évitent le plus possible d’alimenter), pour que très vite les actionnaires renouent avec des dividendes indécents pendant que les États ainsi exsangues massacrent leurs services publics et plongent leurs populations dans des cures d’austérité plus ou moins longues et plus ou moins sévères,

Estimez la probabilité que notre gouvernement augmente les dépenses publiques en 2021 et les années suivantes pour, entre autres urgences de société, remettre à flot l’hôpital et la recherche publics. Question subsidiaire : si vous estimez cette probabilité faible ou nulle, sachant qu’alors la recherche et l’hôpital public resteront dans l’état de déliquescence où la crise du Covid-19 les a trouvés, estimez la probabilité que la prochaine fois qu’il y aura une crise épidémique, c’est à dire la prochaine fois, elle ne soit pas mieux gérée que celle-ci. Vous avez jusqu’à la fin du confinement. Le gouvernement vous donnera la réponse avec le vote de son budget 2021.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère