Marche des Solidarités
Nous, familles des victimes, MigrantEs, ImmigréEs, contre les violences policières, contre la chasse aux migrantEs et aux sans-papiers, contre le racisme d'Etat et le ciblage de la jeunesse et des quartiers populaires, pour la vérité, la justice, la dignité, l'égalité, la liberté, contre les lois d'exception et pour le retrait du projet de loi Macron-Collomb Asile et Immiogration, on appelle toutes et tous à marcher le 17 mars à Paris.
Abonné·e de Mediapart

177 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 juin 2020

Sans-Papiers: après le 30 mai, le 20 juin !

Le pouvoir n’entend pas ? Il faut crier plus fort ! Ci-dessous le communiqué de la Marche des Solidarités sur les suites de la journée de manifestations du 30 mai et notamment l'appel à une nouvelle journée de manifestations le 20 juin.

Marche des Solidarités
Nous, familles des victimes, MigrantEs, ImmigréEs, contre les violences policières, contre la chasse aux migrantEs et aux sans-papiers, contre le racisme d'Etat et le ciblage de la jeunesse et des quartiers populaires, pour la vérité, la justice, la dignité, l'égalité, la liberté, contre les lois d'exception et pour le retrait du projet de loi Macron-Collomb Asile et Immiogration, on appelle toutes et tous à marcher le 17 mars à Paris.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Communiqué de la Marche des Solidarités - décisions de la réunion du lundi 1er juin

Mardi 2 juin 2020,

Paris : malgré l'interdiction, des milliers de personnes défilent pour les sans-papiers © Le Parisien

Sans-Papiers : Le pouvoir n’entend pas ? Il faut crier plus fort ! Après le 30 mai, le 20 juin !

Le samedi 30 mai, des rassemblements et manifestations ont eu lieu dans une vingtaine de villes, de Brest et Rennes à Strasbourg et Metz, de Lille à Nîmes et Perpignan, de Rouen et Le Havre à Lyon et Grenoble ainsi qu’à Orléans, Poitiers, Limoges… et aussi à Bruxelles et Bologne.

Au mépris du droit à manifester, la manifestation était interdite à Paris. Mais le dispositif policier a été débordé par les milliers de manifestantEs et les cortèges cherchant à accéder aux places de l’Opéra et de la Madeleine. Un cortège d’un millier de Sans-papiers et de soutiens partis des foyers de Montreuil a été bloqué par des effectifs venus en urgence d’Opéra.

Comme le montrent les nombreuses vidéos qui tournent sur les réseaux sociaux, la détermination impressionnante des Sans-Papiers a payé et la manifestation, partie de Madeleine et Opéra, a eu lieu jusqu’à République.

La Marche des Solidarités exige que le Préfet abroge les OQTF délivrées à des Sans-Papiers arrêtés lors de la manifestation et annule les amendes. Elle exige prioritairement la libération immédiate des deux Sans-Papiers déférés au tribunal ce mardi 2 juin.

Les Sans-Papiers ont été en première ligne de la crise sanitaire, soit parce qu’ils et elles ont continué de travailler, soit parce qu’ils et elles n’ont plus de revenu et se trouvent dans des situations sanitaires dramatiques. Pourtant le gouvernement n’a pas répondu aux exigences portées par cette manifestation : régularisation de touTEs les Sans-Papiers et MigrantEs, fermeture des Centres de Rétention, logement décent pour touTEs.

Le pouvoir ne veut pas entendre ? Nous allons donc augmenter le volume.

La Marche des Solidarités appelle à une nouvelle journée de manifestations le samedi 20 juin à l’occasion de la Journée mondiale des réfugiéEs. Les Sans-Papiers ont montré le 30 mai leur capacité à se mobiliser, leur courage et leur détermination. Nous appelons toutes et tous, individus et organisations à se joindre à leur combat.

Nous n’attendrons pas le 20 juin et construirons cette manifestation dans les prochaines semaines.

Notamment :

La Marche des Solidarités organisera des initiatives le 13 juin dans le cadre de la campagne « Régularisation ! » lancée avec ANVITA, CIELE, Collectif Interorga de Rennes, EGM, Modus Operandi, et RUSF38.

Parce que, comme l’indiquait l’affiche pour le 30 mai, « Santé = Egalité + Liberté + Solidarité » nous appelons à participer à la journée de manifestations du 16 juin pour l’hôpital public. Nous prenons contact avec les collectifs et syndicats mobilisés pour leur proposer d’organiser un cortège avec les collectifs de Sans-Papiers dans cette manifestation et aussi de participer à la manifestation du 20 juin à nos côtés.

Enfin, parce que la lutte contre le racisme et les violences policières est à la base de la Marche des Solidarités, nous tenons à exprimer notre solidarité à la famille d’Adama Traoré et au comité Adama et partageons leur colère. Nous incitons touTEs celles et ceux qui le peuvent à se joindre au rassemblement appelé par le comité Adama ce mardi 2 juin à 19H00 devant le tribunal de Paris (porte de Clichy).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné