Marche des Solidarités
Nous, familles des victimes, MigrantEs, ImmigréEs, contre les violences policières, contre la chasse aux migrantEs et aux sans-papiers, contre le racisme d'Etat et le ciblage de la jeunesse et des quartiers populaires, pour la vérité, la justice, la dignité, l'égalité, la liberté, on appelle toutes et tous à marcher le 18 décembre, partout en France !
Abonné·e de Mediapart

181 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 juin 2021

Contre le fascisme et le racisme il n’est pas trop tard : riposte populaire !

Rappelons-nous : le fascisme est un poison mortel. Rappelons-nous : il a bénéficié d'un terreau. La Marche des Solidarités appelle à construire massivement la riposte contre le fascisme et le racisme.

Marche des Solidarités
Nous, familles des victimes, MigrantEs, ImmigréEs, contre les violences policières, contre la chasse aux migrantEs et aux sans-papiers, contre le racisme d'Etat et le ciblage de la jeunesse et des quartiers populaires, pour la vérité, la justice, la dignité, l'égalité, la liberté, on appelle toutes et tous à marcher le 18 décembre, partout en France !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Contre le fascisme et le racisme il n’est pas trop tard :

Riposte populaire !
Sur le lieu de départ de la manifestation à Toulouse

La Marche des Solidarités appelle à construire massivement la riposte contre le fascisme et le racisme.

Les manifestations prévues les 5 juin et 12 juin ainsi que les mobilisations prévues contre le congrès du RN à Perpignan les 3 et 4 juillet, l’accueil et les marches des Zapatistes aux côtés des Sans-papiers et migrantEs ces prochains mois doivent être le début d’une contre-offensive pour reprendre nos rues et nos quartiers aux fascistes et aux racistes.

Le fascisme c’est la gangrène !

Rappelons-nous : le fascisme est un poison mortel de racisme et de nationalisme exacerbés, une forme de pouvoir qui exclut toute liberté d’organisation et de contestation.

Après son arrivée au pouvoir en Allemagne ou en Italie entre les deux guerres mondiales du XXème siècle il a supprimé violemment les associations, syndicats et partis, emprisonné et massacré ses opposants. Il a exterminé des millions de Juifs mais aussi les Rroms, les étrangerEs, les homosexuelLEs et les militantEs de gauche.

D’où le slogan historique de l’antifascisme : « le fascisme c’est la gangrène, on l’élimine ou on en crève ! »

Rappelons-nous : il a bénéficié d’un terreau qui a fait qu’à la même période le nationalisme, le racisme et le militarisme se sont imposés dans toute l’Europe plongeant le continent dans la guerre.

Plus de temps à perdre

Élection après élection, année après année le Rassemblement National obtient des millions de voix, pénètre les institutions, s’installe dans nos quartiers.

Des cadres militaires menacent d’une intervention de l’armée, des activistes d’extrême-droite envahissent un conseil régional en criant « mort aux islamo-gauchistes », des milices fascistes organisent des opérations médiatisées contre les migrantEs aux frontières, des commandos attaquent des locaux organisant la solidarité avec les réfugiéEs. Sans riposte de masse.

Et lorsque des milliers de policiers manifestent devant le parlement avec une forêt de drapeaux d’une organisation policière d’extrême-droite, ils sont soutenus et salués par le ministre de l’intérieur et des dirigeants de nombreux partis, de droite comme de gauche.

Plus jamais ça ?

Ce qui semblait impossible aux générations qui ont survécu à la Seconde guerre mondiale et à l’holocauste est en train de revenir. Et nous payons cher les reculs accumulés.

C’est même parfois au prétexte de la lutte contre le fascisme que les idées et revendications de l’extrême-droite ont été reprises par les différents gouvernements et partis, de droite comme de gauche. Discours et politiques racistes et sécuritaires se sont multipliés tandis que les représentantEs de l’extrême-droite devenaient des interlocuteurs et interlocutrices avec qui il est légitime de discuter et de débattre.

Au-delà des ravalements de façade, ce ne sont pas les fascistes et les racistes qui se sont modéréEs et respectabiliséEs. C’est bien tout le champ politique et médiatique qui a respectabilisé les fascistes, légitimé et banalisé leurs thèses... et leur existence même.

Il n’est pas trop tard mais il faut inverser le courant.

Partout des Zones populaires antiracistes et antifascistes !

On ne débat pas avec les fascistes, avec ceux qui remettent en cause l’existence même de celles et ceux d’entre nous qui sont migrantEs, MusulmanEs, Juifs et Juives, Noirs, Arabes, gays, lesbiennes, trans, etc. La crise sanitaire actuelle devrait nous enseigner qu’on ne discute pas avec un virus mortel : on l’isole, on s’immunise et on le détruit.

Voilà pourquoi nous devons nous unir, femmes et hommes, homos et hétéros, syndicalistes et non-syndicalistes, noirs, blancs, arabes, avec et sans-papiers pour virer les fascistes de nos quartiers, de nos lieux de travail, de nos rues.

Cela ne se fera pas sans s’attaquer aussi à tout ce qui légitime les fascistes et le racisme. L’égalité n’est pas un sujet de débat : c’est une question de droits. La mort de milliers de migrantEs n’est pas un sujet de débat c’est juste une tragédie et un scandale qui doivent cesser.

Nous refusons à ceux et celles qui nous exploitent, stigmtisent certainEs d’entre nous, nous répriment et nous matraquent la prétention de gérer nos vies et cette société. Ils et elles n’ont fait qu’ouvrir la voie pour les fascistes.

Pour appeler à la manifestation contre le racisme et les violences policières du 20 mars dernier, nous écrivions :  

Les discours de haine à l’encontre des Sans Papier prononcés par le ministre de l’Intérieur, les polémiques islamophobes initiées par la ministre de l’enseignement supérieur, des journalistes ou « experts » fachos se relayant sur les plateaux télés pour affirmer que Trappes ce n’est plus la France à cause des Musulman.e.s : on étouffe. 

L’extrême droite légitimée par tous ces discours ambiants, des milices identitaires qui ne cessent leurs exactions à l’encontre des migrant.e.s : on étouffe ! 

- Pas de fascistes dans nos quartiers, pas de quartier pour les fascistes !

- Liberté, égalité, papiers !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid : Blanquer a annoncé le nouveau protocole des écoles depuis Ibiza
Les vacances de fin d’année du ministre, mis en cause pour sa gestion tardive de la crise sanitaire, suscitent depuis plusieurs jours des tensions au sein du gouvernement. Son entretien polémique au « Parisien », qui a suscité la colère des enseignants, a en réalité été réalisé depuis l’île des Baléares, a appris Mediapart. Ce qui avait été caché. 
par Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Nucléaire et transition climatique : les éléments clés du débat
Le nucléaire peut-il être une énergie de transition climatique ? Alors que les candidats à l’élection présidentielle ont tous un avis tranché sur la question, nous tentons ce soir de dépassionner le débat avec nos deux invités, Cyrille Cormier, ingénieur, spécialiste des politiques énergétiques et climatiques, et Nicolas Goldberg, senior manager énergie chez Colombus Consulting.
par à l’air libre
Journal
Zemmour et CNews condamnés pour injure raciste et provocation à la haine
Lundi, le tribunal correctionnel de Paris a condamné Éric Zemmour, désormais candidat à l’élection présidentielle, à 10 000 euros d’amende pour ses propos sur les mineurs étrangers non accompagnés, qui visaient à « susciter un élan de rejet et de violence » contre l’ensemble des personnes immigrées, d’après le jugement. Le directeur de la publication de CNews écope de 3 000 euros d’amende.
par Camille Polloni
Journal — France
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel

La sélection du Club

Billet de blog
De la nécessité d'une parole antivalidiste
Exclusion politique, culte de la performance, refus de l'autonomie, enfermement, confiscation de la parole... Yohann Lossouarn nous explique pourquoi les luttes antivalidistes sont aujourd'hui plus que nécessaires.
par dièses
Billet de blog
Un tri dans la nuit : nos corps dissidents, entre validisme et Covid-19
Un entretien initialement publié par Corps Dissidents, dans le blog d'Élise Thiébaut, et toujours actuel. Le validisme est une question cruciale pendant le Covid19. Il l’a été dans les réactions – solidaires ou pas – des gens face aux discours selon lesquels seuls les vieux et les handicapés mouraient du Covid-19. Il l’est pour la question du triage : est-ce qu’uniquement les corps productifs méritent d’être sauvés ? 
par Elena Chamorro
Billet de blog
Handicap 2022, libérer les miraculés français
La personne handicapée qui ne peut pas vivre « avec nous », permet la fiction utile d’un monde peuplé de « normaux ». Entre grands sportifs et artistes, une population est priée de demander le droit de circuler, de travailler, d’exister. L’observatoire des politiques du handicap appelle à une métamorphose normative urgente des institutions françaises appuyées par une politiques publique pour tous.
par Capucine Lemaire
Billet de blog
Vieillissement et handicap
Les maux pour le dire ou réflexions sur le vieillissement vécu de l'intérieur.
par Marcel Nuss