20 mars: on étouffe, de l'air !

Ce n'est pas que par leurs mots que Gérald Darmanin et les membres du gouvernement font la course à l'échalote raciste, islamophobe et sécuritaire avec Marine Le Pen. Loi sécurité globale, loi séparatisme, Beauveau de la sécurité, remise en cause de l'AME, l'offensive sécuritaire et raciste se déploie tous azimuts. Ca tourne réellement sale. Alors le 20 mars il faut prendre la rue !

 

affichea3-acte4-03
A l'occasion des deux journées internationales contre le racisme et contre les violences policières la Marche des Solidarités et les Marches Vérité et Justice pour toutes les victimes appellent à manifester le samedi 20 mars.

A Paris la manifestation est appelée à 13H12, place Edmond Rostand - RER Luxembourg pour débuter à 14H00 jusqu'à la place de la Bastille.

 

unknown
Des manifestations contre le racisme, contre le fascisme et les violences policières auront lieu le même jour dans de nombreux pays. (voir : https://worldagainstracism.org). 

Appel de la Marche des Solidarités

 

On étouffe. De l'air !

 

Contrôles au faciès et harcèlement policier dans les quartiers : la police étouffe les jeunes, la justice étouffe les affaires. Et viennent les lois punitives de sécurité globale et contre le prétendu séparatisme. Chacun chez soi, les moutons seront bien gardés : de moins en moins de droits pour circuler, se rassembler, manifester.

Frontières fermées aux migrant.e.s, des milliers de mort.e.s, hommes, femmes, enfants, noyé.e.s en mer, asphyxié.e.s dans des camions, tué.e.s sur les routes, dans la rue .

C’est la liberté qu'on étouffe

 

Les discours de haine à l’encontre des Sans Papier prononcés par le ministre de l’Intérieur, les polémiques islamophobes initiées par la ministre de l’enseignement supérieur, des journalistes ou « experts » fachos se relayant sur les plateaux télés pour affirmer que Trappes ce n’est plus la France à cause des Musulman.e.s : on étouffe.

L’extrême droite légitimée par tous ces discours ambiants, des milices identitaires qui ne cessent leurs exactions à l’encontre des migrant.e.s : on étouffe !

A Calais et ailleurs, des milices d’État vandalisent les campements de réfugié.e.s, les photographes journalistes ont l’interdiction de témoigner : on crève les yeux de la presse et on étouffe la voix de migrant.e.s pour ne pas faire entendre les cris des appels à l’aide, le bruits des noyades, des violences subis et les cris de la colère.

C’est la solidarité qu'on étouffe.

 

L’Union Européenne lutte contre la propagation du virus mais bloque les migrant.e.s dans des campements insalubres en Grèce. Le Président Macron enferme des sans-papiers dans les centres de rétention, précarisent les foyers de travailleurs.euses immigré.e.s, laissent les migrant.e.s à la rue, les jeunes isolé.e.s sans protection, les sans-papiers sans accès aux droits.

 Cette politique anti-migratoire, mâtinée d’islamophobie, de nationalisme et d’autoritarisme du gouvernement actuel voudrait casser toute solidarité envers les personnes migrantes, les sans-papiers.

C’est ainsi que les Obligations de Quitter le Territoire Français (OQTF) pleuvent et sont la plupart du temps accompagnées d’Interdiction de Retour sur le Territoire Français (IRTF).

La stratégie est d’invisibiliser tout en se servant de leur force de travail essentielle.

Mais, depuis mai 2020, le mouvement des sans-papiers et la Marche des Solidarités s’opposent avec détermination et courage à cette politique. Partie prenante du mouvement social d’opposition à la politique du gouvernement Macron, elles et ils ont ouvert la voie en brisant l’interdiction de manifester le 20 mai 2020 et en construisant un mouvement qui a investi la rue et les routes de France avec les Acte 1, 2, 3 et 4 pour la régularisation de toutes et tous et la liberté de circulation et d’installation

C’est l’égalité qu'on étouffe.

 

Chacun chez soi c'est plus de racisme et de nationalisme, plus d’inégalités et de pauvreté, moins de libertés.

 C’est l’avenir qu'on étouffe.

 

De l’air !

Le 20 mars on manifeste pour :

La liberté de circulation et d’installation. La régularisation des sans-papiers.

La protection automatique, dès leur arrivée, des jeunes étranger-ère-s isolé-e-s

La fermeture des centres de rétention.

L’égalité des droits pour touTes dans tous les domaines (travail, logement, santé, éducation…).

Le droit de vote des étrangerEs.

La fin des contrôles au faciès et des violences policières.

Vérité et Justice pour les familles de victimes. Abrogation de la loi sécurité globale.

L’abrogation de la loi séparatisme.

 La fin des discours stigmatisants.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.