Marche des Solidarités
Nous, familles des victimes, MigrantEs, ImmigréEs, contre les violences policières, contre la chasse aux migrantEs et aux sans-papiers, contre le racisme d'Etat et le ciblage de la jeunesse et des quartiers populaires, pour la vérité, la justice, la dignité, l'égalité, la liberté, on appelle toutes et tous à marcher le 18 décembre, partout en France !
Abonné·e de Mediapart

181 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 oct. 2020

Réponse à la préfecture: une étrange conception du droit de manifester!

La préfecture de police de Paris a accepté que les marches de Sans-Papiers venues de tout le pays convergent à la place de la République le samedi 17 octobre et qu'une manifestation parte ensuite de cette place à 14H00. Mais elle refuse pour l'instant que cette manifestation aille vers l'Elysée. Ci-dessous notre réponse.

Marche des Solidarités
Nous, familles des victimes, MigrantEs, ImmigréEs, contre les violences policières, contre la chasse aux migrantEs et aux sans-papiers, contre le racisme d'Etat et le ciblage de la jeunesse et des quartiers populaires, pour la vérité, la justice, la dignité, l'égalité, la liberté, on appelle toutes et tous à marcher le 18 décembre, partout en France !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Venez nombreux et nombreuses accueillir les marches et les accompagner dans Paris - Trois entrées des Marcheurs et Marcheuses dans Paris en cortèges qui iront jusqu'à République :

- 10H00 : Porte de Paris (avec les campements de migrantEs) - passage vers 11H00 Porte de La Chapelle

- 10H00 : Porte de Montreuil

- 10H00 : Porte d'Italie

Manifestation nationale vers l'Elysée : 14H00 - Place de la République

Réponse au courriel de la Préfecture de Paris concernant la manifestation du 17 octobre

Monsieur,

Dans un courriel adressé à la Marche des Solidarités, en réponse à notre dépôt de manifestation du 17 octobre vous écrivez :

« Votre parcours déposé avec un rassemblement place de la République pour rejoindre la place de la Concorde après avoir emprunté : rue du Temple, rue de Turbigo, rue Beaubourg, rue du Renard, rue de la Coutellerie, avenue Victoria, place du Châtelet pour participer à la commémoration du 58ème anniversaire du 17 octobre 1961, et continuer par la rue de Rivoli, ne peut être accepté. »

Il semble que vous voulez tout changer pour que rien ne change.

Il y a quelques mois vous preniez prétexte de la crise sanitaire pour nous « inviter à annuler » une manifestation organisée par les collectifs de Sans-Papiers et la Marche des Solidarités. Cette manifestation s’est pourtant tenue. Le recul de l’épidémie dans les semaines suivantes a démontré à quel point imposer notre droit à manifester n’était pas contradictoire avec la lutte contre la propagation du virus.

Nous en avions déduit que les raisons de l’interdiction n’étaient pas sanitaires mais politiques.

Alors que l’épidémie a repris vous avez abandonné vos anciens arguments. Vous parlez même de « nécessité de l’exercice du droit à manifester ».

Tout a changé il semble : vous ne nous interdisez donc pas de manifester.

Mais rien n’a changé : ce que vous remettez en cause c’est l’objet même de notre manifestation. En effet, alors que, comme nous vous en avions informé avant même le départ de la première marche à Marseille le 19 septembre, des Sans-papiers et soutiens marchent depuis plusieurs semaines, dans des conditions parfois difficiles, venant des quatre coins du pays, avec l’objectif déclaré d’aller vers l’Elysée et l’espoir qu’enfin ils et elles soient entenduEs par le président de la République, vous dites que le parcours final pour aller de la place de la République, au centre de Paris, vers l’Elysée « ne peut être accepté ».

Et c’est sans doute avec le même type « d’humanité » qui guide les politiques anti-migratoires des autorités dont vous dépendez que vous « proposez comme alternative » un rassemblement statique à République ou un trajet de manifestation partant d’abord vers l’est parisien pour aller ensuite à Stalingrad.

Comprenez-vous le mélange de mépris et de violence de cette proposition ?

Violence de nous « proposer » l’exact opposé de ce que nous demandons.

Mépris de considérer que les seuls quartiers où nous soyions habilitéEs à manifester sont ceux où nous habitons, les quartiers populaires. Quand l’objet de cette marche est de nous faire entendre par ceux qui n’habitent pas nos quartiers et pour qui gouverner notre vie c’est la détruire.

Ce mépris et cette violence sont par ailleurs renforcés par l’absence totale de réponse du président de la République à la lettre que nous lui avons envoyée.

C’est une drôle de « démocratie » celle qui se pare de la « défense de l’ordre public » pour justifier que la population ne peut aller manifester là où se trouvent les lieux de pouvoir.

C’est un bien étrange droit de manifester que celui dont le périmètre est déterminé par ceux qui détiennent le pouvoir.

Comme vous le savez pourtant bien ce ne sont jamais les manifestations du mouvement des sans-papiers qui sont un « trouble à l’ordre public », c’est bien plutôt l’ordre qui en fait des sans-papiers sans droits qui est un trouble pour toute la société.

Vous comprendrez, Monsieur, que dans ces conditions nous ne pouvons pas plus accepter votre « proposition » que nous ne pouvions accepter il y a quelques mois votre « invitation à annuler notre manifestation ».

Nous maintenons donc notre projet de manifester le samedi 17 octobre pour aller vers l’Elysée, avec ou sans papiers, appuyéEs par 270 organisations de tous ordres. Nous le maintenons plus que jamais au moment où un rapport de Médecins Sans Frontières vient de montrer l’extrême urgence d’un logement décent pour tous et toutes et de l’accès de toutes et tous aux mêmes droits.

Nous sommes par ailleurs ouvertEs à toute suggestion permettant d’améliorer notre dispositif pour garantir les meilleures conditions à l’expression de nos exigences.

Veuillez recevoir, Monsieur, l’expression de toute notre détermination à marcher vers l’Elysée.

Marche Nationale des Sans-Papiers : lettre à Emmanuel Macron © Marche Nationale Des Sans Papiers

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française