Marche des Solidarités
Nous, familles des victimes, MigrantEs, ImmigréEs, contre les violences policières, contre la chasse aux migrantEs et aux sans-papiers, contre le racisme d'Etat et le ciblage de la jeunesse et des quartiers populaires, pour la vérité, la justice, la dignité, l'égalité, la liberté, on appelle toutes et tous à marcher le 18 décembre, partout en France !
Abonné·e de Mediapart

184 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 juin 2020

Marche des Solidarités - Le 13 juin ET le 20 juin : On est là !

Parce que si on parle de racisme systémique il ne faut pas seulement déboulonner les statues du passé mais aussi tout un système raciste et colonial, les collectifs de Sans-Papiers et la Marche des Solidarités appellent à participer aux manifestations de ce samedi 13 juin et aux manifestations du 20 juin.

Marche des Solidarités
Nous, familles des victimes, MigrantEs, ImmigréEs, contre les violences policières, contre la chasse aux migrantEs et aux sans-papiers, contre le racisme d'Etat et le ciblage de la jeunesse et des quartiers populaires, pour la vérité, la justice, la dignité, l'égalité, la liberté, on appelle toutes et tous à marcher le 18 décembre, partout en France !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Contre le racisme, les violences policières, les contrôles au faciès, pour l'égalité des droits, la régularisation des Sans-Papiers et la fermeture des centres de rétention.

Les collectifs de Sans-Papiers et la Marche des Solidarités défileront ce samedi 13 juin à Paris à l'appel des collectifs de familles de victimes.

RDV pour constituer un cortège à partir de 13H30 - Place de la République (devant le magasin Go Sport).

Appel et signataires pour le 20 juin

Sans-Papiers : si le pouvoir n’entend pas il faut crier plus fort !

Les Sans-Papiers et migrantEs ont été en première ligne pendant la crise, exploitéEs dans les pires des conditions dans des secteurs qui ont continué à tourner (nettoyage, livraison, bâtiment, service à la personne, restauration…) ou perdant leur emploi sans chômage partiel, retenuEs dans les CRA, vivant à la rue ou hébergéEs dans des hébergements souvent précaires et insalubres.
Le refus du pouvoir de régulariser touTes les Sans-Papiers pour leur donner accès aux droits et conditions permettant de lutter contre la propagation du virus, de fermer les Centres de rétention et de réquisitionner bâtiments et logements vides pour loger touTEs les sans-abris et mal-logéEs a mis en évidence l’hypocrisie de ses discours « sanitaires ». Avec sa volonté d’ignorer leur contribution au travail qui a permis pendant cette période de crise sanitaire et permet tous les jours à ce pays de fonctionner, il laisse volontairement les sans-papiers exploité-es, sans droits, dans une situation d’inégalité et d'injustice totale. 
La crise a pourtant montré que ces mesures de justice et d’égalité étaient aussi des mesures indispensables pour construire une société plus solidaire et plus sûre y compris sur le plan sanitaire.
Le 30 mai à Paris, et dans plus d’une dizaine d’autres villes, des milliers de Sans-Papiers ont été en première ligne de la lutte contre les atteintes aux libertés au nom de « l’urgence sanitaire ». Ils et elles ont bravé l’interdiction de manifester aux côtés de soutiens pour demander leur régularisation.


Mais aucune réponse n’est venue. Alors si le pouvoir n’entend pas, il faut crier plus fort ! C’est pour cette raison que nous appelons à manifester plus nombreuses et plus nombreux le 20 juin dans tout le pays !
Pour la régularisation de touTEs les Sans-Papiers et MigrantEs, la fermeture des CRA et le logement pour touTes ! Pour l’égalité des droits et la fin des discriminations ! Pour la liberté !

Liste des premières organisations signataires (collectifs, associations, syndicats, organisations politiques)

A l’appel des Collectifs de Sans-Papiers et de résidents des foyers,

Bureau des Sans-Papiers, CISPM, CSP13, CSP59, CSP75, CSP Paris 20, CSP92, CSP93, CSP95, CSP d'Alsace, CSP Montreuil, CTSP Vitry, Collectif Schaeffer d’Aubervilliers, COPAF, Droits Devant !!, Groupe Ensemble pour notre régularisation sans exception,

De la Marche des Solidarités,

Et,

ACAT de Poitiers, ACTIT, ADTF, AMDH Paris-IDF, AMF, ANC, ANV COP 21 Marseille, Assemblée antiraciste Paris 20, ASIAD, ASMIE-Solidarité mineurs isolés étrangers, ASTI de Colombes, ASTI de Petit-Quevilly, ASTI de Romans, ASTI de Valence, ATMF, ATTAC, Autremonde, Avec Toits, Bangladesh Community in France, BDS France Marseille, BDS France Montpellier, BDS France Paris, CADTM-France, CAPJPO-EuroPalestine, CDDLE Besançon, CEDETIM, Centre abbé Pierre - Emmaüs d'Esteville, CGT de la Cité nationale de l'histoire de l'immigration, CGT de la Société de Restauration du Musée du Louvre, CGT Energie Paris, CIBELE, Cimade Poitiers, CISEM 38, CIVCR, CNT-FTE, CNT-Solidarité ouvrière, Collectif 20ème Solidaire avec les migrant.e.s, Collectif Bienvenue MigrantEs 34, Collectif "Comprendre les migrations" de Colmar, Collectif des Sorins Montreuil, Collectif de soutien aux réfugiés en Ariège, Collectif de soutien aux Sans-Papiers de France (Conseil Supérieur de la Diaspora Malienne de France, Haut Conseil des Maliens de France , Conseil de Base des Maliens de France, Confédération Générale des Maliens de France, Comité de défense des Libertés Démocratiques au Mali, Comité Culturel pour la Maison du Mali, Association de la Jeunesse Franco-Malienne, Coordination Générale des Maliens d'Île de France), Collectif de soutien de l’EHESS aux sans-papiers et aux migrant-e-s, Collectif du 5 novembre - Noailles en colère, Collectif féministe Las Rojas, Collectif "Justice et Vérité pour Babacar", Collectif Loire « Pour que personne ne dorme à la rue », Collectif Réfugiés du Vaucluse, Collectif Solidarité Migrants-Etorkinekin Pays Basque et Sud Landes, Collectif Saint-Lois d'Aide aux Migrants, Collectif vigilance  pour les droits des étrangers Paris 12ème, Comité contre le racisme de Gérardmer, CORENS, Courant international Socialisme ou Barbarie, CRID, CRLDHT, DAL, Décoloniser les arts, DNSI 67, DNSI 86, Ecole Thot, EELV, EELV Paris 18, Ensemble, Etats Généraux des Migrations, EVTC, Extinction Rébellion Montreuil, Extinction Rébellion PEPPS, FASTI, Filles et Fils de la République, Fondation Frantz Fanon, France Association of Child education Bangladesh, FSU, FTCR, Gasprom-Asti de Nantes, GAT réfugiés migrants FI 35, Genepi, GMI, La Cimade, La Conquête du Pain, Le Paria, LDH Rennes, LIFPL, MAN Fédéral, Maison Internationale de Rennes, Missing at the borders/ les disparus aux frontières, Mission Ouvrière Rouen, Modus Operandi Grenoble, Montreuil Rebelle, Mouvement Utopia, MRAP, MRAP Vaucluse, Nous Toutes 35, Nouvelle Jungle - Lille, NPA, Organisation de Femmes Egalité, Pas d'enfants à la rue à Valence, Parti des travailleurs de Tunisie - Section France, PEPS, PIR, Potere al Popolo Paris, Québriac Migrants Solidarités, Réseau de Lutte contre le Fascisme en Isère, Réseau Foi & Justice Afrique Europe, REMCC, RESF Jeunes 69, RESF Vaucluse, Revendications d'une Pandémie, Revue d’Études Décoloniales, RUSF 34, SMG, SNPES-PJJ/FSU, Solidarité et Langages de Valence, Stop Précarité, SUD Culture Solidaires, SUD Education 92, SUD Education 93, Syndicat des Quartiers Populaires de Marseille, TadamunExil70, Tous Migrants, UCL, UD Solidaires Val de Marne, UJFP, UL Solidaires-93 Montreuil, UPML, Union Syndicale Solidaires, UTAC, Un Toit c'est Un Droit Rennes, Voies Libres Drôme, Voisins Solidaires de Versailles, ZSP18

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Clara Martot (Marsactu)
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Climat : militer dans l’urgence
Une quinzaine de départements français sont touchés par la sécheresse, dix ont déjà dépassé le seuil d’alerte. On en parle avec Simon Mittelberger, climatologue à Météo-France, Cécile Marchand d’Alternatiba et Les Amis de la Terre, et Julien Le Guet, du collectif Bassines non merci.
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena