Marche des Solidarités
D’où que l’on vienne, où que l’on soit né·e, Notre pays s’appelle Solidarité
Abonné·e de Mediapart

187 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 juil. 2021

Bal des migrant·e·s : contre le racisme et le fascisme, autodéfense populaire !

Jusqu’où les laisserons-nous aller ? La Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers appellent à se rassembler à partir de 18h00 ce mardi 13 juillet pour soutenir et défendre le Bal des MigrntEs organisé par le BAAM.

Marche des Solidarités
D’où que l’on vienne, où que l’on soit né·e, Notre pays s’appelle Solidarité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Chaque année le BAAM organise un Bal des MigrantEs la veille du 13 juillet.

Signe du racisme décomplexé dans le parti présidentiel, l’organisation de ce bal a été attaquée par un député LREM.

Comme un résumé de la politique du gouvernement cette attaque médiatique a ouvert la voie et légitimé, sur les réseaux sociaux fascistes, une campagne d’appels, plus ou moins explicites, à attaquer physiquement ce bal et celles et ceux qui l’organisent.

L’intervention du député LREM, François Jolivet contre le Bal des MigrantEs est ironiquement la meilleure confirmation des propos qu’il attaque, tenus par le DJ Fanaya : l’espace de la fête, l’espace de la danse est aussi un espace politique.

Alors quoi de plus légitime que les premierEs concernéEs soient au premier rang ? Dans la joie comme dans la colère, dans la fête comme dans la lutte. Rien de contradictoire - au contraire - avec le mélange et la solidarité que produisent la danse comme la lutte, la joie comme la colère.

Les menaces et intimidations des réseaux fascistes ont fait éclater la nature raciste de l'intervention de François Jolivet.

Elles montrent aussi à quel point nous n’en sommes plus aux mots : les fascistes menacent de plus en plus de passer à l’action.

Dire que « le fascisme ne passera pas » n’est plus suffisant. Il faut l’empêcher concrètement de passer, refuser l’intimidation et, si besoin, assurer notre défense par notre nombre et notre détermination.

Ce mardi 13 juillet, la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers appellent toutes et tous à se rassembler à l’entrée de la Rotonde de Stalingrad à parti de 18H00* contre le racisme et le fascisme, en soutien au Bal des MigrantEs et au BAAM.

Pas de fascistes dans nos quartiers, autodéfense collective et populaire, Liberté, Égalité, Papiers !

* Métro Jaurès ou Stalingrad

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal
L’affaire des « biens mal acquis »
Les Bongo au Gabon, les Sassou Nguesso au Congo-Brazzaville, les Obiang en Guinée équatoriale... Depuis 2007, la police et la justice enquêtent sur le patrimoine faramineux en France des familles de trois clans présidentiels africains qui règnent sans partage sur leur pays.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin

La sélection du Club

Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart